FLANDRE | Les ténors de la N-VA assurent, le sp.a perd Bruges et Hasselt

Jan Jambon, le ministre de l'Intérieur ©EPA

Les socialistes flamands perdent plusieurs bastions, comme Hasselt et Bruges. À Gand et Louvain, le sp.a se maintient aux commandes alors que les grands noms de la N-VA ont pris les devants dans leurs communes respectives. Le parti de Bart De Wever reste également le plus grand parti dans la province d'Anvers.

Le ministre de l'Intérieur Jan Jambon (N-VA) est sorti dimanche conforté du scrutin dans sa commune de Braaschaat dans le Limbourg. Sur la base des résultats issus de pratiquement tous les bureaux de vote, la liste N-VA qu'il emmenait y reste en première position avec 44,3% des suffrages, en progression de plus de 4 points de pourcentage par rapport à 2012.

Le sp.a perd des plumes

À Hasselt, la N-VA est aussi en tête des résultats. La liste emmenée par le ministre de la Défense Steven Vandeput engrange un peu moins de 28,7% des suffrages, en progression de 3,13%. Les nationalistes flamands prennent la première place aux socialistes. Le cartel RoodGroen+ arrive en deuxième place avec 25,3% des voix, juste devant le CD&V (20,9%)- toutefois insuffisant pour maintenir la majorité qu'ils formaient jusqu'ici avec RoodGroen+. La N-VA a donc décidé de s'associer à RoodGroen+ ainsi qu'à l'Open Vld, une coalition emmenée par Vandeput qui quittera dès lors le Fédéral en janvier prochain. Vandeput devra quitter son poste à la Défense afin d'assurer ses fonctions à l'échelon local. Pour le remplacer, Jan Jambon évoque Theo Francken comme étant "l'une des options". 

À Bruges, le sp.a du bourgmestre sortant Renaat Landuyt est en chute libre. Il perd plus de 7% après le décompte de tous les bureaux de vote. À l'inverse, le CD&V fait la course en tête avec un score dépassant les 31% en progression de près de 5,34%. Le troisième parti de la Venise du Nord est l'Open Vld Plus (13,3%). La N-VA perd du terrain à 11,7% contre 19,8% en 2012. La tête de liste CD&V, Dirk De Fauw, devient ainsi le nouveau bourgmestre et dirigera Bruges avec une nouvelle majorité sp.a, CD&V et Open Vld PLUS. Ces trois partis ont une majorité de 33 sièges sur 47.

Pari raté pour la N-VA à Gand

À Gand, le cartel sp.a-Groen reste majoritaire, mais a engrangé une perte importante. La liste du bourgmestre sortant Daniel Termont (qui ne se représente pas) a atteint 33,9% contre 45,5% en 2012. L'Open Vld en a profité pour passer de 16,5 à 24,7%, selon VTM Nieuws sur base du dépouillement de 12 bureaux sur 91. La N-VA perdrait aussi des points en remportant 12,4% des suffrages contre 17,1% en 2012. Le CD&V gagne quelques points à 9,8%. Le PVDA (PTB) remporte 7% et fera son apparition au conseil communal. Le Vlaams Belang récolte 7,5% (6,5% précédemment). Le cartel progressiste rassemblant à Gand le sp.a et Groen entamera mardi après-midi des discussions "exploratoires" avec l'Open Vld et le CD&V en vue de former une coalition pour diriger la ville.

Ne manquez rien des élections communales

- Notre dossier avec toutes les analyses

- Notre blog avec tous les à-côtés

- Abonnez-vous sur Twitter et Instagram

Le cartel sp.a-Groen reste en tête selon de premiers résultats. D'après la chaîne VTM, la liste du cartel aurait remporté 39% des suffrages, soit 6% de moins qu'en 2012, mais loin devant le deuxième parti, l'Open Vld. Les libéraux auraient engrangé 2,5% de plus, avec 19% des votes. Les deux listes forment la majorité actuelle à Gand. La N-VA aurait reçu une fameuse claque tombant de 17 à 10%. Le CD&V serait à 16% (+7%), le PVDA à 9% et le Vlaams Belang à 6%. Il s'agit de résultats provenant d'un bureau de vote sur un total de 91 à Gand, selon VTM. La cheffe de file écologiste, Elke Decruynaere, a indiqué que des négociations seraient entamées ce lundi en vue d'établir un cartel progressif au collège communal.

Le sp.a sauve aussi les meubles à Louvain, et cela en dépit du retrait de l'emblématique bourgmestre Louis Tobback. Dimanche soir, le parti annonçait déjà son intention de s'associer au CD&V et à Groen pour diriger la ville universitaire ces six prochaines années. Emmené par l'échevin Mohamed Ridouani, le sp.a engrange un peu plus de 26% des suffrages sur la base des résultats de 70 des 78 bureaux. Il va ainsi va devenir le premier Belge d'origine étrangère à diriger une grande ville flamande. La N-VA progresse, elle, de 19 à 21,89%, tandis que Groen opère une forte ascension, passant de 15,5% à près de 20%. Partenaire de la coalition actuelle, le CD&V fait lui les frais de l'opération. Il passe de 18,5 à 16,1% des voix. Si ces chiffres se confirment, une prolongation de la coalition actuelle sp.a-CD&V est désormais impossible dans la cité brabançonne. 

À Ostende, la Stadlijst (liste communale), parti du bourgmestre d'Ostende Johan Vande Lanotte, reste première à Ostende. Elle remporte 22,8% des suffrages et 11 sièges communaux sur 41. L'Open Vld de Bart Tommelein suit de près à 19,8% et 9 sièges. Sur les ondes de VTM, Bart Tommelein a indiqué ne pas vouloir monter dans une coalition avec le sp.a. "Les électeurs ont voté pour un changement. Je crois qu'il est possible de faire une belle coalition avec différents partis CD&V,N-VA et Groen sous la direction de l'Open VLD car les Ostendais ont clairement indiqué qu'ils me voulaient comme bourgmestre." Open Vld et CD&V ont décidé de négocier en vue d'unir leurs forces. Bart Tommelein (Open Vld) considère toujours que le cartel Open Vld, CD&V, Groen et N-VA est la meilleure solution pour un projet d'innovation.

À Lubbeek, la N-VA, avec le secrétaire d'État à l'Asile et la Migration Theo Francken comme tête de liste, arrive en tête des premiers résultats avec un peu moins de 35% des voix, soit un bond de 9% par rapport au scrutin de 2012. Loin derrière les nationalistes flamands, on retrouve Groen (19%) et le CD&V (17,8%). Davy Suffeleers devient le bourgmestre faisant fonction (ff) de la commune de Lubbeek, afin de remplacer le secrétaire d'Etat.

A Anvers, Bart De Wever réussit son pari. La N-VA égalise son score de 2012 (35,3% contre 37%). Groen est le parti qui progresse le plus dans la métropole (18,1% contre 7,9% en 2012) au détriment du sp.a alors que CD&V et Open Vld perdent des plumes. De Wever se dit ainsi prêt à discuter avec Groen, ce qui ne semble pas une priorité pour les Verts. "Les deux modèles entre N-VA et Groen sont opposés sur des points cruciaux, cela n'a pas changé", déclare Meyrem Almaci, présidente de Groen.

La N-VA et le CD&V se répartissent les cinq provinces flamandes

Le CD&V et la N-VA semblaient se partager la victoire pour les élections provinciales dans les cinq provinces flamandes après dépouillement de deux tiers des bureaux de vote. Les chrétiens-démocrates du CD&V étaient en tête les provinces du Limbourg et de Flandre occidentale, alors que les nationalistes de la N-VA l'emportaient en Brabant flamand, à Anvers et en Flandre orientale, selon les résultats disponibles.

> En Flandre occidentale, le CD&V était crédité de 22,3% des voix, soit deux points de pourcentage de plus que la N-VA (20,2%). Les autres partis oscillaient entre 13 et 14%.

> Dans la province du Limburg, le CD&V obtenait 25,7% des voix, ce qui le place en première position, devant la N-VA avec 21,8%, précédant le sp.a (15%), le Vlaams Belang (12,6%), l'Open Vld (11,8%) et les écologistes de Groen (8,4%).

> En province d'Anvers, la N-VA s'affichait comme premier parti, avec 33,6% des suffrages, devançant le CD&V (18,1%), le Vlaams Belang (15,1%), Groen (12,7%), l'Open Vld (9%) et le sp.a (6,9%).

> La même situation se dessinait en Flandre orientale, où les nationalistes flamands obtenaient, selon les résultats disponibles, 24,9% des voix. Suivaient le CD&V, avec 20,2% des suffrages, le Vlaams Belang (15,7%), l'Open Vld (14,7%), Groen (12,7% et le sp.a (8,7%).

> En Brabant flamand, la N-VA apparaissait en première position, avec 25,8% des voix, devant un trio composé du CD&V (17,1%), de Groen (16,1%) et l'Open Vld (16%). Le sp.a était crédité de 9,6%, le Vlaams Belang de 8% et la liste francophone UF de 3,8%.

Lire également

Publicité
Publicité