Flémalle | La reconversion doit se poursuivre

©BELGA

Pas moins de huit listes devraient s’affronter en octobre dans le fief d’Isabelle Simonis.

C’est la multiplication des listes dans cette commune de bord de Meuse, au cœur de la ceinture rouge liégeoise. Même si tous ne sont pas encore confirmés, huit équipages devraient s’affronter lors du scrutin d’octobre prochain.

Il y a, bien sûr, le PS, emmené par la bourgmestre en titre Isabelle Simonis, par ailleurs ministre à la Communauté française. La patronne compte bien le rester en octobre 2018 et conserver sa confortable majorité absolue (19 sièges sur 29). L’ouverture à un autre partenaire? "Bien sûr, tout dépend des résultats." Mais non, ce n’est pas au programme.

Ne manquez rien des élections communales

- Notre dossier avec toutes les analyses

- Notre blog avec tous les à-côtés

- Abonnez-vous sur Twitter et Instagram

En face, l’opposition est, disons, dispersée. On retrouve le cdH (3 sièges), sous la bannière "Intérêts communaux" (IC) et emmené par Jean-Denis Lejeune. Ecolo (3 sièges) aussi, qui a entamé la campagne en distribuant des poules pondeuses, afin de sensibiliser à l’alimentation saine et à la production de déchets.

Du côté libéral, l’affaire est plus complexe, le MR ayant perdu en cours de route deux de ses trois conseillers. Si une liste MR est pressentie, la conseillère indépendante Nathalie Blondiaux (ex-MR) a lancé son propre mouvement, AC3, pour "Alliance citoyens commerçants commune". Puisque l’on parle de dissidence: le PTB (1 siège) sera de la partie, concurrencé par son ancien conseiller communal, lui aussi devenu indépendant, et qui concourra sous les couleurs RCC, pour "Rassemblement citoyen communal". Enfin, il serait également question d’une liste Wallonie insoumise. Bref, en voilà du monde sur la ligne de départ.

Budgets participatifs

C’est un classique: la majorité défend son bilan. Fait notamment du "redéploiement complet" de l’entité, sur la base d’un "masterplan" adopté lors de la précédente législature. Et qui devra encore se poursuivre sous la prochaine, souligne Isabelle Simonis.

C’est que Flémalle se redessine. Il y a le projet Flémalle-Neuve, reconversion de l’ancien site Duferco en logements et zone économique et industrielle à destination de PME. Le réaménagement de la Grand’Route, l’érection de logements sur le site des Hospitaliers, à Flémalle-Grande, ou encore la renaissance d’une parcelle sur le plateau des Trixhes – il est question de 1.650 habitations et d’une mixité accrue. Isabelle Simonis promet par ailleurs d’œuvrer à davantage de participation citoyenne, notamment par le biais de budgets participatifs.

De son côté, Jean-Denis Lejeune répugne à balayer l’action de la majorité. "La commune est bien gérée et, malgré les difficultés économiques, les comptes sont restés dans le vert." Non, ce qui le chipote, lui, c’est cette majorité absolue. Qu’il rêve de voir disparaître. "Je n’ai rien contre le PS, mais je suis opposé à toute majorité absolue, surtout durant tant d’années. Ce n’est pas sain et fait le lit du clientélisme."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content