Frasnes-lez-Anvaing | La ruralité, version smart city

Bien qu'empêché, le bourgmestre Jean-Luc Crucke sera au premier plan de la campagne du MR. ©Thierry du Bois

Bien qu’empêché, Jean-Luc Crucke semble bien parti pour remporter une nouvelle fois les élections.

Tête de liste ou dernier pour pousser les autres candidats libéraux, le cas de Jean-Luc Crucke et la place qu’il devait occuper sur la liste MR pour les élections communales de Frasnes-lez-Anvaing a longuement animé le microcosme local ces derniers mois.

Une attention qui s’explique avant tout par la popularité du bourgmestre empêché.

"Il faut poursuivre la transformation d’une commune rurale vers une commune moderne."
Jean-Luc Crucke
Bourgmestre MR


Devenu bourgmestre de Frasnes-lez-Anvaing en 1997, Jean-Luc Crucke avait a priori prévu pour ce scrutin de se mettre en fin de liste pour éviter les télescopages entre la disponibilité nécessaire pour mener à bien une campagne et ses fonctions de ministre du Budget et de l’Energie en Région wallonne.

Ne manquez rien des élections communales

- Notre dossier avec toutes les analyses

- Notre blog avec tous les à-côtés

- Abonnez-vous sur Twitter et Instagram

Il n’a d’ailleurs jamais fait de mystère sur ce que serait son choix au lendemain du scrutin d’octobre. "Si, à l’issue du scrutin, je deviens le n°1, à savoir bourgmestre en titre, je désignerai moi-même le ou la personne la plus compétente pour assumer cette fonction entre-temps", a ainsi rapidement fait savoir Jean-Luc Crucke.

Mais voilà, poussé par ses partisans libéraux de Frasnes-lez-Anvaing, le ministre animera finalement la campagne au premier plan en figurant comme tête de la liste du MR.

En face, l’opposition politique tentera de mettre fin à l’hégémonie du MR à Frasnes-lez-Anvaing. Le cdH s’est par exemple rebaptisé Horizon citoyen, avec un seul objectif: faire mieux que les deux sièges décrochés lors des dernières élections, mais surtout faire en sorte que le MR ne soit plus en mesure de mettre en place une majorité absolue pour la troisième fois.

La modernité dans les campagnes

Mais à Frasnes-lez-Anvaing, cette question politique cache un autre débat: le développement de la ville axé autour de quelques grands enjeux socio-économiques.

Coincée en pleine Wallonie picarde, entre Tournai, Lille et Courtrai, Frasnes-lez-Anvaing rêve de modernité. "C’est l’enjeu pour cette ville. Il faut poursuivre la transformation d’une commune rurale vers une commune moderne", assure Jean-Luc Crucke. Le bourgmestre empêché veut par exemple enclencher l’accélérateur autour d’une smart city. "Il faut donner envie d’avoir une numérisation rurale. C’est indispensable et on a déjà entrepris des choses avec la création d’un Uber rural."

L’autre grand volet touche la mobilité et la création d’un Ravel dédié aux touristes et à l’emploi. "Cette ancienne ligne de chemin de fer transformée en Ravel rejoint les gares de Renaix et de Leuze et permet ainsi aux travailleurs de prendre facilement le vélo vers les gares pour se rendre à leur travail."

Sur le plan opérationnel et de la gestion de la vie locale, Jean-Luc Crucke remet sur la table la fusion des communes. "Nous allons arriver à 12.000 habitants. Je suis persuadé que la fusion des communes et les fusions entre CPAS et communes seront des débats inévitables."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content