Grez-Doiceau | L'ancien bourgmestre Alain Clabots vise l'écharpe maïorale

©BELGA

Le scrutin s’annonce à la hauteur des retournements de la précédente magistrature.

“Mais c’est lamentable !” Le jugement est clair pour l’actuel conseiller Alain Clabots (CDh) à propos de la mandature de Sybille de Coster-Bauchau (MR) qui lui a succédé en 2012. Difficile de faire la part des choses tant les accusations volent, à l’heure du bilan. Opposition et majorité s’accusent mutuellement de mensonge et de falsification des chiffres, multipliant les griefs comme autant d’arguments de campagne.

box renvois zoom communal
Ne manquez rien des élections communales

- Notre dossier avec toutes les analyses

- Notre blog avec tous les à-côtés

- Abonnez-vous sur Twitter et Instagram

Exemple parmi d’autres. L’échevin Michel Jonckers annonce son retrait de la vie politique et déclarait à l’occasion: “Je veillerai à assurer le passage de relais et la transition avec mon successeur, quel que soit le parti qui prendra la place en 2019, ce qui n’avait pas été le cas en 2012 lorsque j’ai pris la fonction…".. Comprenez que le bourgmestre de l’époque ne s’était pas soucié de la succession de son Collège, alors présidé par Alain Clabots. En toute logique contre-argumentative, ce dernier nous explique: “Si je suis élu en 2018, cela sera mon dernier mandat. L’annoncer me permet de penser à la succession”.

Petite majorité

Les rapports de force se sont inversés depuis la nomination de Sybille de Coster-Bauchau (MR), il y a six ans. A l’époque, l’Alliance Communale (tendance MR) et l’Equipe (tendance PS) accèdent au Collège communale avec une majorité de 13 sièges contre 10 pour l’opposition. Depuis lors, deux départs ont inversé la tendance: Philippe Lenaerts a quitté l’Equipe, Pascal Goergen l’Alliance Communale. Ce dernier n’en oublie pas la politique, puisqu’il se place tête de liste pour déFI-Citoyen dans la commune, liste qui sera poussée par Adrien Felot (déFI). Son ambition: 4 sièges et se placer en pivot.

Actuellement crédité de 2 conseillers, Ecolo n’a pas encore présenté sa liste mais devrait, en toute logique, prendre une place dans le scrutin. Une inconnue dans la déjà complexe équation grézienne: le dissident PS Philippe Lenaerts. A l’heure d’écrire ses lignes, il ne s’est pas positionné et d’aucun n’exclut qu’il présente sa propre liste. 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content