Knokke | Léopold Lippens part en guerre contre "l'île des dragueurs"

©BELGA

Bourgmestre de Knokke depuis 1979, Léopold Lippens dénonce le projet d’île artificielle qui "va tuer la station balnéaire".

C’est peu dire que le maïeur Lippens en a gros sur la patate – passez-nous l’expression. Avec ses quasi 40 ans de maïorat au compteur, Léopold Lippens n’avait encore jamais vu cela: on veut lui construire une île artificielle à 1,2km de "sa" station balnéaire – la bourgeoise cité de Knokke. C’est d’ailleurs le seul et unique véritable enjeu de cette campagne électorale: constater l’ampleur du soutien dont va bénéficier Léopold Lippens dans sa population pour partir au combat.

Ne manquez rien des élections communales

- Notre dossier avec toutes les analyses

- Notre blog avec tous les à-côtés

- Abonnez-vous sur Twitter et Instagram

Knokke, pour rappel, c’est 34.000 habitants résidents mais 150.000 habitants 220 jours par an, c’est 1.800 magasins, 300 restaurants, 100 galeries d’art, 15 km de plages battues par le vent, un golf, une réserve naturelle, un casino, etc. "C’est simple: on a la meilleure qualité de vie et le plus haut standing de toute l’Europe du Nord. Il n’y a pas mieux, ne cherchez pas", assure le bourgmestre. Qui enchaîne: "Zéro fiscalité additionnelle, des finances communales dans le vert, une nouvelle clinique, le Zwin réaménagé et des projets immobiliers de standing qui vont encore voir le jour."

Le comte Lippens (76 ans) est candidat à la tête d’une liste "intérêts communaux" avec, dit-il, "un peu de tous les partis politiques, CD&V, libéraux, etc.". Sur les 31 conseillers communaux, il dispose d’une majorité de 24 élus: les 7 membres de l’opposition sont tous N-VA, mais Lippens est déjà parvenu à en débaucher 3.

La N-VA, c’est l’épine dans le pied du bourgmestre puisque c’est elle, via le ministre flamand Ben Weyts, qui porte le projet d’ile artificielle (40 hectares) au large de Knokke. L’île est censée protéger la station balnéaire contre la future montée des eaux. En vérité, dit Lippens, "on va tuer Knokke, on va se retrouver non plus face à la mer, mais face à un canal. Autant aller en vacances au canal Albert".

Il soupire: "Plus de vagues, plus de surf, plus question de nager car il y aura un courant dingue. On se retrouve seuls face à tous ces lobbies. C’est le lobby des dragueurs Denul et Deme qui poussent la N-VA à faire ce truc-là. Luc Bertrand (CEO de AVH) et Denul soutiennent la N-VA et la N-VA le leur rend bien. C’est ridicule", s’emporte-t-il. "On a, en plus, cette alliance objective avec le lobby ecolo qui pense qu’on pourra mettre des phoques sur cette île, et le lobby des Ostendais qui veut simplement nuire à Knokke. Bref, on est seuls contre tous, soupire-t-il. Pour une fois qu’on a un endroit qui tourne bien dans ce pays, sans problèmes communautaires, une ville bien tenue avec de la sécurité et de la propreté, de la qualité de vie. On veut tout foutre par terre. C’est vraiment dégoûtant."

Pour le reste, le bourgmestre dit vouloir poursuivre la gestion dans la continuité. "On fait comme ça depuis 40 ans, on ne va pas changer notre fusil d’épaule. Priorité à la sécurité, la propreté et à la qualité de vie."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content