Le PTB annonce son retrait des négociations à Molenbeek

Catherine Moureaux ©BELGA

Le PTB se retire des négociations en vue de former une majorité à Molenbeek-Saint-Jean.

A deux, le PS et le PTB pesaient 24 sièges sur 45 à Molenbeek suite aux résultats des élections communales du 14 octobre dernier. Mais le PTB a annoncé ce jeudi son retrait des négociations. Les responsables locaux ont fait part de leur décision à Catherine Moureaux, la cheffe de file PS.

"Les conditions pour une rupture sociale et démocratique de gauche ne sont malheureusement pas réunies."
PTB

Pourquoi? "Les conditions pour une rupture sociale et démocratique de gauche ne sont malheureusement pas réunies", dit le PTB, qui parle de "sérieuses questions" en matière de gouvernance qui n'ont pas reçu de réponse "sérieuse". Il demandait notamment la création d'un "bureau indépendant d'éthique politique et de transparence" pour éviter le clientélisme et les conflits d'intérêts.

Alors, quelles sont les autres coalitions possibles? Hormis un plus qu'improbable scénario MR-PTB, le PS est incontournable dans les autres formules de majorité envisageables à Molenbeek. Suite au retrait du PTB, on peut nvisager deux coalitions: PS-Liste de la Bourgmestre (MR, F. Schepmans) forte de 30 sièges et PS-EcoloSamen-cdH-DéFI, qui compterait 24 sièges comme une alliance PS-PTB.

Pour rappel, Ecolo s'était déjà retiré des discussions autour d'une coalition PS-Ecolo-PTB. "Ce type de coalition permettait des équilibres qu'un duo ne permet pas. Le rapport de forces serait trop défavorable pour le PTB: le PS aurait eu une majorité absolue au collège et aurait pu passer ses points en force", souligne encore le PTB. Le parti épingle aussi la façon dont les négociations se déroulaient. A ses yeux, l'ouverture faite par Mme Moureaux le soir des élections "semblait feinte".

Lire également

Publicité
Publicité