Malines | Tous contre "le meilleur bourgmestre du monde"

Bart Somers ©BELGA

Bart Somers (Open Vld) est le favori pour succéder à lui-même.

Tout le monde ne peut pas s’enorgueillir d’avoir "le meilleur bourgmestre du monde". C’est pourtant le cas des 86.000 Malinois depuis que Bart Somers (54 ans, Open Vld) a remporté, en février 2017, le World Mayor Prize attribué par le think-tank londonien City Mayors Foundation. Même si l’intéressé tient à relativiser la chose, il ne se privera certainement pas de l’exploiter pendant sa campagne.

Ne manquez rien des élections communales

- Notre dossier avec toutes les analyses

- Notre blog avec tous les à-côtés

- Abonnez-vous sur Twitter et Instagram

"Somers a fait de bonnes choses à Malines, mais il sait surtout très bien se vendre, note Nicolas Bouteca, politologue à l’Université de Gand. Somers n’a cessé de présenter Malines comme une ville où tout allait mal, de sorte qu’une fois qu’il était là, les choses ne pouvaient qu’aller mieux. Lui-même a pas mal évolué également. En 2000, il tenait un discours assez polarisant, notamment par rapport à l’immigration. Aujourd’hui, il a adopté un profil populaire et rassembleur."

Après 15 ans de mayorat, Somers, qui se présente en cartel avec Groen, sera en effet difficile à déboulonner de son piédestal. Depuis 2012, il dirige une coalition qui comprend également la N-VA et le CD&V, laissant les socialistes du sp.a et le Vlaams Belang dans l’opposition. Somers fait peu de fautes et ratisse large. A droite, il peut se prévaloir d’avoir fait de Malines une ville sûre. A gauche, il mène une politique inclusive à l’égard des personnes d’origine allochtone. Ce qui a tout pour plaire à son allié Kristof Calvo (Groen) qui poussera la liste M+.

C’est ainsi que Somers a fait la promotion de l’engagement d’agents de police d’origine turque et marocaine. Il a aussi pris des mesures contre le "profilage ethnique", qui veut que des personnes d’origine étrangère soient davantage contrôlées que des Belges de souche. Cette politique a, du moins à ses débuts, plutôt bien fonctionné. Jusqu’à ce qu’en 2016, des faits de harcèlement à connotation raciste au sein de la police malinoise aient été signalés auprès du comité P.

Un récent sondage a donné 44% des voix à Somers. Avec un score aussi écrasant, il n’est donc pas exclu qu’il puisse y aller seul. "La seule incertitude est de savoir si la N-VA pourrait éventuellement être remplacée par le sp.a dans la coalition de Somers avec les Verts", souligne Nicolas Bouteca.

Trois challengers

En face de lui, Somers trouvera trois challengers: l’ancienne présidente du sp.a Caroline Gennez (42 ans) et deux "petits nouveaux", Freya Perdaens (N-VA, 29 ans) et Wim Soons (CD&V, 28 ans). Un moment, le ministre des Finances Johan Van Overtveldt avait été pressenti pour emmener la liste N-VA, mais il a finalement préféré ne pas défier Somers directement et pousser la liste nationaliste. La campagne de la N-VA, contrariée par la défection en juin dernier de l’échevin Chris Backx, parti à l'Open Vld, sera centrée sur la sécurité et l’identité. Malines compte 27% de personnes étrangères ou d’origine étrangère. Des jeunes Malinois sont partis en Syrie et la ville a mis en place une cellule de prévention de la radicalisation.

Les finances de la ville sont un autre point d’attention. Des investissements nombreux et nécessaires ont été réalisés, notamment en matière de mobilité. Mais le résultat, c’est que chaque Malinois a désormais une dette d’environ 3.000 euros au-dessus de la tête.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content