Marche-en-Famenne | Match ministériel entre Borsus et Collin

René Collin ©Photo News

Le ministre-président wallon fait figure d’outsider face à un tandem Collin/Bouchat qui, fort de sa majorité absolue, part avec les faveurs du pronostic.

Borsus-Collin, c’est un peu le match dans le match à Marche cette année. Fraîchement débarqués dans la commune, les deux ministres du gouvernement wallon René Collin (cdH) et Willy Borsus (MR) s’affronteront sur deux listes différentes avec l’ambition de sortir du scrutin avec une confortable assise électorale sur le plan local.

Ne manquez rien des élections communales

- Notre dossier avec toutes les analyses

- Notre blog avec tous les à-côtés

- Abonnez-vous sur Twitter et Instagram

Avec quel impact sur la vie politique de la commune? Au cdH, c’est un tandem Collin/Bouchat qui animera la liste. René Collin, le ministre wallon du Tourisme et de l’Agriculture conduira ainsi la liste cdH intitulée "Liste du Mayeur cdH". Il sera épaulé en fin de liste par le bourgmestre sortant de Marche, André Bouchat, 78 ans, dont 32 de mayorat. "Mon arrivée à Marche il y a moins de trois ans est une question d’envie et non d’opportunité. Il est donc normal que je m’insère dans l’équipe. Je vais conduire une liste qui a une majorité absolue mais dont l’équipe emmenée par André Bouchat en 2012 a ouvert sa majorité au PS. Il est évident que l’actuel bourgmestre fera le meilleur score tellement il est populaire", explique René Collin, qui pourrait éventuellement reprendre le poste de bourgmestre à André Bouchat à la mi-mandature.

Outsider, Willy Borsus pourrait, lui, créer la surprise et profiter de sa visibilité en tant que ministre-président du gouvernement wallon pour bousculer l’actuelle majorité. "Mon objectif est clairement de participer à la gestion de la ville et participer à la fonction de bourgmestre et je me mets à disposition des Marchois pour exercer les fonctions de bourgmestre même si je serai temporairement empêché."

Reste à voir maintenant si ce qui reste un sujet de taquinerie entre les deux hommes au sein du gouvernement ne risque pas de tendre les relations entre les ministres pendant la campagne!

Combat immobilier

Sur le front des idées, un des grands enjeux qui opposera les deux listes repose sur le développement immobilier à Marche. "Il faut stopper les constructions en hauteur qui modifient le visage de la ville. Il y a plus de 1.000 appartements en construction qui sont planifiés. Il faut repenser tout cela et revenir à une croissance de la ville raisonnée et raisonnable", estime le libéral Willy Borsus.

René Collin tempère cependant cette vision et dénonce le paradoxe du discours de Willy Borsus. "Il faut augmenter la capacité de logements. Pas dans des immeubles à appartements, mais je trouve que venant de Willy Borsus, plaider pour un moratoire sur les investissements privés est particulier."

Maintenir la caserne

Outre son attractivité économique, le développement de son hôpital, Willy Borsus fait du maintien de l’implantation militaire à Marche une de ses priorités.

René Collin voit lui dans la mobilité douce, l’aide pour le développement des commerces dans le centre-ville et l’accent sur l’alimentation locale d’autres leviers indispensables pour doper l’économie locale.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content