Mont Saint-Guibert | La fin de la parenthèse verte

Tour Griffon du Bois ©EmDee - Wikipedia

Le bourgmestre écolo Philippe Evrard ne se représentera pas à la tête de la commune. Les listes UC et Notre Village se regroupent et rêvent de majorité absolue. Comme ça l’a toujours été, avant 2012.

Lorsque l’écolo accède au poste de bourgmestre en 2012, la surprise est générale. Alors novice, Philippe Evrard accepte le poste. Après 5 ans de maïorat, beaucoup d’attentes de la part de la population et quelques démissions internes à son parti, le bourgmestre sortant annonce qu’il ne se représentera pas. L’épisode vert aura été court, et le mot décevant plane sans jamais être prononcé.

Ne manquez rien des élections communales

- Notre dossier avec toutes les analyses

- Notre blog avec tous les à-côtés

- Abonnez-vous sur Twitter et Instagram

"Quand Ecolo a pris la tête de la commune, les attentes étaient fortes. Mais la situation était assez compliquée et le bourgmestre ne connaissait pas très bien la vie politique et son fonctionnement", explique Julien Breuer, premier échevin sortant et tête de liste de Co. Hé. Sion (MR-cdH-Citoyens). Il avait obtenu, lui, plus de 400 voix. Le bourgmestre Philippe Evrard à peine 277.

S’il avait accédé au poste, c’est parce que les accords préélectoraux avaient été trahis, obligeant les partis en lice à revoir leur promesse. Cette année, plus d’engagements préélectoraux pour éviter les déceptions, malgré la quasi nécessité d’une coalition pour la majorité. En face de Co. Hé. Sion et d’Ecolo, on retrouve Tous ensemble. La liste ne présente pas officiellement de couleur mais est emmenée par Michaël Lenchant, le président des socialistes guibertins.

Retour à la normale

Entre 1994 et 2012, un cartel PS-cdH-MR dirigeait la commune, incarnée dans la figure bien assise du bourgmestre. Jean-François Breuer décède en cours de mandat en 2011. La coalition continue mais les dissensions apparaissent. La rupture est consommée en 2012 lorsque les libéraux se divisent. Une partie s’allie avec le PS sous la bannière Union communale, l’autre avec le cdH pour Notre Village.

"Quand Ecolo a pris la tête de la commune, les attentes étaient fortes."
Julien Breuer
Premier échevin

Pour éviter la même situation, les mots d’ordre ont changé: "Cohésion et expérience", martèle Julien Breuer pour la bien nommée Co. Hé. Sion. La liste de gauche Tous ensemble ne fait guère plus subtil pour souligner sa volonté d’unité. Chez Ecolo, en revanche, cette cohésion manque. Dernier exemple en date: l’éloignement de l’ancienne conseillère provinciale Josiane Conrardy suite à la confection de la liste emmenée par Marcel Ghigny.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content