PERIPHERIE | Damien Thiéry éjecté à Linkebeek

©Photo News

L'Union des francophones n'a pas prévalu dans toutes les communes à facilités. Damien Thiéry doit céder sa place à Linkebeek. Dans les communes sans facilités, la N-VA reste très forte.

L'union des francophones n'a pas prévalu pour cette élection dans toutes les communes à facilités. Et ce pour différentes raisons.

A Linkebeek, le député fédéral et ex-bourgmestre non-nommé Damien Thiéry (MR) a connu une dissidence dans ses rangs qui aujourd'hui l'emporte. La liste Link@Venir emmenée par l'échevin Yves Ghequiere, un temps bourgmestre lui aussi "non nommé" par le gouvernement flamand, prend la première place avec 7 sièges suivie par la liste de Damien Thiéry, Ensemble LKB Samen, avec 5 sièges.

La liste bilingue Activ', qui veut sortir la commune des querelles communautaires, est troisième seulement avec 3 sièges. Une alliance sera dès lors nécessaire pour constituer une majorité.

A Crainhem, autre commune à large majorité francophone, la liste de la bourgmestre sortante Dorothée Cardon de Lichtbuer (cdH) arrive en dernière position avec 4 sièges. Elle était le fruit d'une alliance entre le cdH, Ecolo-Groen, le CD&V et l'Open Vld ainsi que des indépendants.

La Liste DéFI-MR-Indépendants emporte 11 sièges. L'ex-bourgmestre Véronique Caprasse (DéFI), qui pourtant poussait la liste, arrive en première position. La liste indépendante Kraainem-Unie emmenée par Bertrand Waucquez progresse significativement et prend 8 sièges. Là aussi, une alliance devra être conclue pour obtenir une majorité.

A Wezembeek-Oppem, la Liste du bourgmestre-Union de Frédéric Petit (MR) se maintient avec 18 sièges (-1) suivie par la liste flamande WOplus avec 5 sièges (+1).

A Wemmel, le grand vainqueur est la liste LB Wemmel du bourgmestre Walter Vansteenkiste qui réalise 47,2%. Cette liste regroupe des gens étiquetés N-VA, Open Vld, Groen et quelques indépendants. Il précède Wemmel Plus! de Christian Andries (27,3%), qui a laissé tomber son étiquette Open Vld. Pas loin derrière, on trouve la liste Intérêts communaux (25,4%), où l'on retrouve les partis traditionnels francophones.

Communes sans facilités

La situation est sensiblement différente dans les communes flamandes sans facilités situées dans la périphérie bruxelloise, mais où habitent de nombreux francophones.

A Tervuren, la N-VA est le premier parti avec 29,8% (+7,6%). Le bourgmestre et député fédéral Jan Spooren est donc bien parti pour se succéder à lui-même. Les nationalistes sont suivis par les écologistes de Groen qui réalisent 21,7% (+3,5%). Tout cela au détriment du CD&V (16%, soit -2,70%) et de l'Open Vld (17%, soit -7%). La liste Unie, qui regroupe bon nombre de francophones, reste aux alentours de 15%.

A Dilbeek, l'Open Vld est premier (26,7%) devant la N-VA (24,5%), le CD&V (14,5%), Groen (10,6%) et l'Union des francophones (10,4%).

A Overijse, la N-VA est en tête (29,5%) devant le cartel Vld-Groen (26,8%) et Overijse Plus (20,9%) où se trouvent bon nombre de candidats francophones, mais aucun de DéFI. Les autres partis sont beaucoup plus loin. Ainsi par exemple, le CD&V de Marcia De Wachter, ancienne directrice à la Banque nationale, ne réalise que 11,5%.

Pas de résultat notoire pour la N-VA à Hoeilaart en revanche où l'Open Vld rate de peu la majorité absolue (49,6%). Suivent le CD&V (22,7%) et Pro Hoeilaart (20,5%) où figurent des candidats francophones.

Vlaams Belang à Grimbergen

Enfin, on épinglera la situation particulière de Grimbergen, une autre commune en bordure de la Région bruxelloise. Trois listes, l'une, baptisée Vernieuwing et emmenée par un ex-membre du Vlaams Belang, Bart Laeremans, l'Open Vld et la N-VA, ont conclu dimanche soir un accord de principe en vue de la formation d'une nouvelle coalition.

Vernieuwing obtient huit sièges (+2), l'Open Vld six (un statu quo) et la N-VA quatre (-1). Ce qui donne à la coalition dix-huit sièges sur les 33 que compte le conseil communal. Aucune décision n'a par contre encore été prise sur la personne qui exercera la fonction de bourgmestre. Bart Laeremans est un ancien député et sénateur du Vlaams Belang, parti qu'il a quitté en 2015. Grimbergen est actuellement dirigée par une coalition CD&V, Open Vld et Groen.

Lire également

Publicité
Publicité