Que risquez-vous si vous n'allez pas voter dimanche?

©Photo News

Vous ne pouvez ou ne voulez pas aller voter dimanche? Si la loi rend effectivement le vote obligatoire dans notre pays, vous ne risquez toutefois pas grand-chose en ne vous rendant pas aux urnes.

A l'approche d'une élection, qu'elle soit communale, régionale ou fédérale, les mêmes questions resurgissent pour nombre de Belges. Suis-je réellement obligé d'aller voter, étant donné que le vote est obligatoire en Belgique? Qu'est-ce que je risque si je ne le fais pas?

Le fait de ne pas aller voter peut découler de plusieurs situations: on est à l'étranger, on travaille, on est incapable de se déplacer ou encore simplement, on en a marre de la politique et on ne tient plus à s'engager en général.

Si ce choix peut être tout à fait justifiable, il implique aussi certaines conséquences: s'abstenir de voter sans raison valable, c'est assumer de payer l'amende imposée par la justice.

→ Taxes, prix de l'immobilier, taux de chômage, criminalité,... Pour tout savoir sur votre commune avant d'aller voter, n'hésitez pas à consulter notre tableau de bord spécial communales.

→ Ce que dit la loi

box renvois zoom communal
Ne manquez rien des élections communales

- Taxes, prix de l'immobilier, taux de chômage, criminalité... Votre commune sous toutes les coutures.

- Notre dossier avec toutes les analyses

- Abonnez-vous sur Twitter et Instagram

Selon la loi, si vous n'avez pas une excuse valable admise par le juge de paix de votre commune de résidence, une amende doit vous être infligée par le Tribunal de police. Si vous vous abstenez de voter pour la première fois, le montant de l'amende oscille entre 40 et 80 euros.

Les fois suivantes, c'est entre 80 et 200 euros. Enfin, sachez que si vous ne votez pas plus de quatre fois en 15 ans, il faudra vous attendre à être rayé des registres électoraux pendant dix ans, période durant laquelle vous ne pourrez obtenir une quelconque nomination, promotion ou distinction provenant d’une autorité publique.

→ Ce qu'est la réalité

La réalité est toutefois bien loin de la théorie. Selon les observateurs, aucun électeur n’a été condamné depuis 2003 pour ne pas avoir participé à un scrutin électoral. Preuve s'il en est, l'ancienne ministre de la Justice en personne, Annemie Turtelboom, admettait en 2012: "Nous pensons que la justice a d’autres priorités que de poursuivre les gens qui ne vont pas voter."

"Entamer des poursuites contre des citoyens qui ne respectent pas le vote obligatoire exigerait un énorme effort de la Justice, notamment parce que de telles poursuites devraient être entamées rapidement, eu égard aux délais de prescription."
Stefaan De Clerck
Ancien ministre de la Justice

S'il est certain que le fait d'avoir rendu le vote obligatoire en Belgique (en 1893) dissuade les gens en manque de motivation le jour de scrutin de ne pas se rendre aux urnes, il est tout aussi évident que ceux qui n'ont pas envie de s'engager en faveur d'hommes et de femmes politiques, bien qu'ils aient la possibilité de voter blanc, ont l'opportunité de le faire en ayant à l'esprit que le risque de recevoir une amende est extrêmement faible.

"Entamer des poursuites contre des citoyens qui ne respectent pas le vote obligatoire exigerait un énorme effort de la Justice, notamment parce que de telles poursuites devraient être entamées rapidement, eu égard aux délais de prescription", expliquait en 2010 l'ancien ministre de la Justice Stefaan De Clerck (CD&V).

La priorité "la plus basse" sera donnée aux électeurs qui ne se présentent pas sans motif valable, a d'ailleurs confirmé le Collège des procureurs généraux lundi. Par contre, les présidents de bureaux et les assesseurs qui ne répondront pas à leur convocation dimanche se verront quant à eux bel et bien proposer une transaction de 250 euros. S'ils la refusent, ils pourraient devoir payer une amende d'au moins 400 euros.

Abstention d'un Belge sur trois

Plus d'un Belge sur trois n'irait pas voter s'il n'y était pas obligé, selon un sondage RTL-Le Soir publié ce mardi. Si le vote n'était plus obligatoire en Belgique, tant aux élections communales qu'aux législatives, les abstentionnistes seraient précisément 38%. Actuellement, les réfractaires ne sont pas plus de 10%.

Sans obligation, les Flamands seraient enclins à 63% à se rendre aux urnes pour les communales et à 64% pour les législatives. Les Bruxellois connaissent un degré de motivation très comparable aux Flamands: 62% effectueraient leur devoir citoyen pour les communales et 64% pour les législatives. En revanche, les Wallons sont légèrement en retrait par rapport aux autres régions: ils ne seraient que 58% à voter aux législatives et 59% aux communales. 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content