Soignies | Elections après dix mois de pouvoir

Fabienne Winckel n'est bourgmestre que depuis dix mois. Ces élections seront pour elle un premier baptême du feu. ©BELGA

La nouvelle bourgmestre Fabienne Winckel est en place depuis dix mois seulement.

Bref délai pour juger la tête de l’actuel conseil communal de Soignies. La bourgmestre Fabienne Winckel (PS) n’est en place que depuis dix mois. L’accord de gouvernement pris en 2012 prévoyait le remplacement du bourgmestre élu Marc de Saint-Moulin (PS), il n’empêche que la transition fut marquante. Reprenant l’écharpe mayorale ceinte durant 17 ans par de Saint-Moulin, Fabienne Winckel devient la première femme bourgmestre de la commune hennuyère. Actuellement, elle cumule ce poste avec celui de députée fédérale, qu’elle devrait abandonner si elle continue la gouvernance communale. Outre la succession du bourgmestre, l’accord de gouvernance prévoyait également le transfert d’un siège du PS vers le MR et, plus généralement, un rajeunissement des élus de la majorité.

Ne manquez rien des élections communales

- Notre dossier avec toutes les analyses

- Notre blog avec tous les à-côtés

- Abonnez-vous sur Twitter et Instagram

18 ans de pouvoir pour l’ancien bourgmestre, autant d’années de coalition PS-MR. Chronique d’une rupture annoncée en octobre? Fabienne Winckel n’exclut aucun partenaire.

La liste Ensemble! portée par le député François Desquesnes (cdH) revendique son rôle de deuxième parti en termes de voix. En 2012, Ensemble! avait totalisé 28% des voix, se plaçant ainsi de peu devant le MR (26%) mais derrière un PS bien implanté (36%). François Desquesnes, tête de liste Ensemble!, parle d’ailleurs de rapport de pouvoir triangulaire, reléguant le groupe Ecolo à l’ombre de la collégiale Saint-Vincent.

Les têtes de liste des verts reconnaissaient et déploraient que leurs voix ne soient pas entendues malgré les deux sièges au conseil. Ce dernier groupe assumait pourtant un désir de majorité élargie. Le MR, entraîné par Marc Verslype, compte sur son renouveau pour engranger les voix. La liste présente 14 nouveaux candidats sur 29. À l’heure actuelle, aucune autre liste n’a été présentée. Ni le PTB ni DéFI ne se sont engagés.

Soignies table son futur dans une formule aux allures de paradoxe: continuer à se développer tout en conservant la tradition.

Soignies table son futur dans une formule aux allures de paradoxe: continuer à se développer tout en conservant la tradition. Un exemple: développer les zonings tout en préservant les zones agricoles (70% du territoire de la commune). Autre exemple: lutter contre la hausse du prix de l’immobilier tout en perpétuant la pierre bleue locale (5% du territoire est lié à l’activité extractive).

Les programmes ne sont pas encore finalisés mais, déjà, deux grandes questions reviennent. Affirmer son identité pour ne pas devenir une cité-dortoir de la capitale. Rendre la ville attractive en maintenant une qualité de vie. Pour la préserver, un enjeu majeur: la conservation de l’offre hospitalière. Le nouveau plan hospitalier pourrait voir la suppression du CHU de Soignies, et les 900 emplois qui vont avec.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content