Tubize | À 74 ans, Langendries fait son come-back

Raymond Langendries. ©BELGA

Le démocrate-humaniste qui a dirigé la commune pendant 18 ans remonte sur le ring pour damer le pion au PS.

C’est l’histoire d’un come-back. Raymond Langendries (cdH), l’homme qui a ceint l’écharpe mayorale de Tubize durant 18 ans, l’a perdue en 2012, propulsé au bas de son siège par une alliance PS-MR-Ecolo qui a totalisé 17 sièges (dont 10 PS) contre 9 pour la liste Renouveau communal, aux couleurs cdH. En octobre prochain, il va tenter de reconquérir le poste de bourgmestre.

Ne manquez rien des élections communales

- Notre dossier avec toutes les analyses

- Notre blog avec tous les à-côtés

- Abonnez-vous sur Twitter et Instagram

Un sacré défi pour cet humaniste qui, à 74 ans, veut incarner la liste Renouveau communal, une liste de couleur cdH, mais qui s’ouvre aux dissidents du PS et à certains indépendants. Ne craint-il pas de se faire tacler par ses adversaires, qui ne manqueront pas de pointer le "renouveau" porté par un homme qui a largement dépassé l’âge de la retraite? "Mes adversaires sont prudents, ils me connaissent bien. Je pense qu’on peut être moderne et dynamique, et avoir la santé pour diriger une commune, même à 74 ans…", nous rétorque-t-il.

Raymond Langendries devra donc damer le pion au bourgmestre socialiste sortant Michel Januth, qui tirera une liste d’ouverture baptisée "Équipe du bourgmestre". "J’avais alors fait deux fois plus de voix de préférence que lui, affirme Langendries. Les citoyens demandent que je revienne. Tubize s’est éteinte, étouffée sous les taxes communales. Il n’y a plus de braderie, les commerces périclitent."

"Les citoyens demandent que je revienne. Tubize s’est éteinte, étouffée sous les taxes communales. Il n’y a plus de braderie, les commerces périclitent."
Raymond Langendries
Ancien bourgmestre cdH de TUbize


Au sein de la majorité, on avance plutôt le bilan de la remise sur pied des finances communales. "On s’était fixé l’objectif de remettre les balises au vert pour 2020, avec un retour à l’équilibre, et on y est déjà arrivés. Alors oui, on a augmenté les taxes, mais on a épargné les plus faibles revenus, on a ponctionné sur le foncier, la taxe piscine, tennis,…", dit Michel Januth, qui dénonce les projets pharaoniques de l’équipe précédente, dont le stade de foot et le complexe sportif. Raymond Langendries, président de l’AFC Tubize, s’était en effet senti pousser des ailes lorsque le club est passé en division 1. "Résultat, cela coûte 500.000 euros par Tubizien, et on en a pris pour 30 ans", dit le bourgmestre.

"La majorité précédente avait réalisé des choix sans prévoir les moyens financiers, une piscine à 10 millions (dont le dossier est en rade, plombé par des litiges), une maison de repos, un siège pour le CPAS, un complexe sportif", confirme Pierre Pinte, tête de liste MR. "10 millions pour un trou dans lequel les Tubiziens n’ont jamais su plonger un orteil, c’est cher payé", dit Januth. MR et PS veulent d’ailleurs réinvestir dans le service au citoyen et l’administration communale.

PS, MR et Ecolo s’allieront-ils encore? Au MR, on dit avoir quelques soucis avec la liste du bourgmestre, qui a embarqué avec lui des exclus du MR. Januth lui, attend un geste fort de l’électeur. "Si la majorité actuelle est renforcée, cela voudra dire qu’il est content du travail accompli". En embuscade, on signalera aussi DéFI, qui a rallié les déçus des autres partis et ambitionne de rebattre les cartes.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content