Verviers | Les jeux sont plus ouverts que jamais en bord de Vesdre

La bourgmestre Muriel Targnion (PS) entend "garder le cap". Ce qui pourrait la favoriser? La présence de nombreuses listes se revendiquant de la droite. ©BELGA

Pas moins de onze listes se présentent à l’électeur en octobre. Le tout sur fond de vieilles tensions MR-cdH, et d’un centre commercial dont l'avenir est resté longtemps incertain mais qui vient de finalement recevoir son permis.

Le mois d’octobre s’annonce rudement passionnant, sur les bords de la Vesdre. C’est qu’il semble que le jeu politique soit plus ouvert que jamais à Verviers. A la tête de cette ville de quelque 55.000 âmes, bombardée capitale wallonne de l’eau et confrontée à un taux de chômage corsé – 16,35%, seules Liège et Seraing font pire –, on retrouve Muriel Targnion, qui mènera les troupes socialistes aux communales. Et ce alors qu’en 2012, le PS du bourgmestre sortant Claude Desama termine laminé, amputé d’un quart de ses électeurs et renvoyé dans l’opposition.

Ne manquez rien des élections communales

- Notre dossier avec toutes les analyses

- Notre blog avec tous les à-côtés

- Abonnez-vous sur Twitter et Instagram

Fin 2012, c’est donc une coalition cdH-MR qui prend les rênes. Le hic, c’est que très rapidement les relations virent à l’aigre entre le bourgmestre cdH Marc Elsen et la tête de file libérale Freddy Breuwer. Le cdH accepte de poursuivre avec le même attelage, à condition que le MR change d’échevin; les bleus refusent. Des tractations s’engagent, cdH et MR prenant langue avec le PS. Au final, une motion de défiance constructive déposée par les socialistes et les humanistes (23 sièges sur 37) met la coalition cdH-MR à terre. Trois ans après le scrutin, Muriel Targnion ceint l’écharpe mayorale.

Vous avez dit tripartite?

Et rien ne dit que la donne électorale sera plus simple en 2018. Les derniers sondages sont passés par là. Quelle image donnent-ils? PS et MR reculent légèrement; le cdH, plus nettement. Si les socialistes conservent la première place, les libéraux chipent la seconde aux humanistes. Ajoutez à cela le PTB qui effectue une belle percée, s’octroyant la quatrième position, juste devant Ecolo. Il ne s’agit certes que de sondages, mais ils promettent une belle partie de plaisir, une bipartite ne garantissant plus la majorité, et l’atmosphère ne s’étant pas vraiment réchauffée entre MR et cdH – Breuwer et Elsen figurent tous deux sur les listes, même si le premier n’est plus placé en tête.

"Le changement de majorité n’a pas eu l’effet escompté."
Maxime Degey
Tête de liste MR

Ce n’est pas tout: pour l’heure, on compte onze listes concurrentes. PS, MR, cdH et Ecolo, c’est classique. PTB et PP, qui étaient déjà de la partie en 2012, mais dont l’appétit s’est aiguisé. Ajoutez à cela DéFI, qui entend monter à l’assaut de la Wallonie, la Droite citoyenne venue chatouiller le PP, et Nouveau Verviers, une dissidence libérale – cela en fait du monde, sur le flanc droit. Sont enfin annoncées deux listes islamiques: la bien-nommée Islam et MPE.

"Garder le cap"

De son côté, après trois ans à la barre, la majorité défend son bilan, elle qui prétend avoir sorti Verviers du coma lorsqu’elle a déboulé en 2015. "Garder le cap", tel est le leitmotiv de la bourgmestre: toute une série de grands projets ont été lancés, et il ne faudrait pas qu’un changement d’équipe ne vienne balayer tout cela. On parle des travaux dans le centre-ville, de la future rénovation du quartier de Pré-Javais et de la rue de Limbourg. Il y a la cité administrative à venir, l’avenir du Grand-Théâtre, ou encore la mue de la prison, menée par le Fédéral, censée démarrer en 2019 et sur laquelle il convient de garder un œil.

Voilà des années que l'on parle du projet de centre commercial "Au fil de l'eau". Sans que celui-ci ne commence à sortir de terre. ©citymall.be

Et puis, point sensible, le commerce, qui souffre dans le centre. Et vit dans l’expectative depuis un bon bout de temps, maintenant. Le centre commercial "Au fil de l’eau", porté par le développeur City Mall, verra-t-il finalement le jour? Après le feu vert de la ville donné en mai dernier, on attendait les premiers coups de pelle pour 2019, mais c’était sans compter sur le refus du fonctionnaire délégué de la Région wallonne, tombé tel un couperet en juillet. Verviers et City Mall ont introduit des recours; le tandem ministériel Jeholet (MR, Economie) et Di Antonio (cdH, Aménagement du territoire) disposait de cent jours pour trancher. Et il a tranché en ce mardi 9 septembre: les recours ont été déclarés recevables et le permis a finalement été accordé

En face, le MR entend plus que jamais en découdre et devenir la première formation politique – autrement dit, s’emparer du mayorat. "Le changement de majorité n’a pas eu l’effet escompté, déplore la tête de liste libérale Maxime Degey. Verviers sort de six années difficiles, marquées par beaucoup de sur-place. Une majorité forte doit prendre le relais afin de faire atterrir les grands dossiers, travailler sur l’emploi et la sécurité, tout en restaurant l’image de Verviers."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content