Waterloo | Là où le MR règne en maître absolu

©Photo News

Avec une majorité écrasante de 23 sièges sur 29, le MR va aux élections à Waterloo en maître absolu. Tel un lion, emblème de la commune, il domine le paysage politique depuis les années 80. Et cela risque encore de durer…

Dans une commune où le parti au pouvoir détient une majorité absolue aussi écrasante, le suspense est assez limité… C’est le cas à Waterloo. Les libéraux dominent la vie politique de la commune depuis les années 80 sans discontinuer. En 2012, ils ont encore décroché 23 sièges sur 29 à pourvoir, ne laissant que les miettes à Ecolo (3 sièges), au PS (1 siège) et à la liste Mieux Vivre à Waterloo, MVW, de tendance humaniste (2 sièges).

Ne manquez rien des élections communales

- Notre dossier avec toutes les analyses

- Notre blog avec tous les à-côtés

- Abonnez-vous sur Twitter et Instagram

L’enjeu des élections d’octobre prochain se situe donc davantage au sein de la liste MR, tirée par l’ex-présentatrice du JT de RTL, Florence Reuter. Elle a été nommée bourgmestre en février 2015, lorsque le lion Serge Kubla est tombé sous le coup d’une inculpation pour blanchiment d’argent et corruption dans le dossier Duferco. Le leader libéral, qui a été bourgmestre de la commune pendant 32 ans (1983 à 2015), ministre de l’Économie au gouvernement wallon entre 1999 et 2004, a aussi été cité dans le cadre de l’affaire du Kazakhgate.

Florence Reuter ©BELGA

C’est donc dans des circonstances bien particulières que Florence Reuter enfilera l’écharpe mayorale. Elle bénéficie néanmoins d’une cote de popularité qui, si elle se confirme, devrait l’aider à assurer un second mandat à la tête de la commune, même si la concurrence sur la liste est rude. Aux dernières élections, Florence Reuter avait réalisé un score de 1.889 voix, talonnée par Etienne Verdin (1.739 voix) qui pousse cette année la liste, ou encore Yves Vander Cruysen (1.549 voix, 2e sur la liste).

Dans son équipe, Florence Reuter a intégré une vedette du sport en la personne de Aisling D’Hooghe, la gardienne des Red Panthers, l’équipe nationale féminine de hockey. Elle sera 3e sur la liste.

À côté du MR s’aligneront la liste Ecolo emmenée par Bénédicte Colla-Vander Borght, la liste Mieux Vivre à Waterloo tirée par Jean-Michel Cassiers, mais également une liste DéFI, qui tente de grimper dans le Brabant.

La mobilité et le bien-être au coeur des enjeux

Avec ses 30.000 habitants, Waterloo figure dans les plus grosses communes du Brabant wallon. Et c’est aussi une des plus denses, avec 1.400 habitants au kilomètre carré, contre une moyenne de 600 en Brabant wallon. Située à une quinzaine de kilomètres de Bruxelles, la commune rencontre les mêmes problèmes de mobilité que la plupart des communes avoisinant la capitale.

Waterloo subit en outre une pression immobilière forte, avec des prix qui se situent dans le haut du panier du Brabant wallon (près de 391.000 euros en moyenne pour une maison, un montant en hausse de 2,4% comparé à 2016). L’accès au logement, la mobilité, le cadre de vie et la sécurité, des thèmes qui ont longtemps été laissés de côté sous le règne de Serge Kubla, domineront la campagne électorale.

La chef de file du MR dans la commune affiche la ferme intention de redresser la barre, en prenant comme axe prioritaire pour sa campagne la qualité de vie des habitants, guidée par un masterplan pour un nouveau "Cœur de ville" réaménagé, comprenant notamment une "vraie place communale publique" de 12.000 mètres carrés. Le masterplan qui prendra également en compte les problèmes de mobilité.

L’opposition cognera-t-elle sur ce qui fait probablement le déficit du programme du MR, une politique de logement qui offre la possibilité aux plus faibles revenus de rester dans la commune?

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content