Woluwe-Saint-Lambert | Maingain sans rival

©BELGA

La Liste du bourgmestre d'Olivier Maingain part archi favorite du scrutin dans la commune résidentielle de l'est de Bruxelles.

Il est désormais, à en croire les baromètres, l’homme politique le plus populaire de la capitale. "Il", c’est Olivier Maingain, le président de DéFI. Le 14 octobre, il brigue un nouveau mandat – le troisième – à la tête de Woluwe-Saint-Lambert. Et on voit mal qui pourrait l’empêcher de ceindre à nouveau l’écharpe maïorale. La commune résidentielle est un bastion inexpugnable de DéFI (ex-FDF) depuis le milieu des années 1970. Le temps où Maingain, "parachuté" dans la commune pour prendre la succession de feu Georges Désir en 2006, devait batailler pour assurer le maïorat semble bien loin…

Ne manquez rien des élections communales

- Notre dossier avec toutes les analyses

- Notre blog avec tous les à-côtés

- Abonnez-vous sur Twitter et Instagram

La Liste du bourgmestre dispose en effet d’une large majorité absolue dans la commune (55% des voix et 24 sièges sur 37 en 2012). Elle est composée de mandataires DéFI (outre Maingain, Eric Bott, Isabelle Molenberg, etc.) et de candidats dissidents libéraux ou indépendants (Michèle Nahum entre autres). Elle reçoit en outre un renfort de poids en la personne de Julie Van Goidsenhoven-Bolle, qui était… cheffe de file de l’opposition MR au cours de la législature écoulée. Le MR (6 sièges en 2012), en effet, a connu une législature tumultueuse émaillée de nombreuses disputes internes. Sous un label "MR+", c’est Amélie Pans, conseillère de CPAS, qui va tenter de reconstruire avec une liste poussée par l’ex-députée Danielle Caron.

Le seul suspense pourrait finalement être de savoir avec qui Olivier Maingain pourrait former une majorité. Car, même s’il n’en a pas arithmétiquement besoin, le bourgmestre a ouvert son collège ces dernières années. Le cdH y était ainsi associé au cours de la législature écoulée et il pourrait poursuivre l’aventure. Mais le PS s’y verrait bien également. Pour leur part, les Verts, emmenés par Philippe Vandemeulebroucke, espèrent profiter notamment des thématiques liées à la bonne gouvernance pour progresser par rapport à 2012 (juste au-dessus des 10%).

Bonne gouvernance

La bonne gouvernance, justement, est une (nouvelle) marotte de DéFI qui a profité du scandale du Samusocial à la Ville de Bruxelles pour en faire un argument en sa faveur. Du coup, Olivier Maingain lui-même était tenu de donner le bon exemple: il a d’ores et déjà annoncé que, si les habitants de Woluwe-Saint-Lambert lui font confiance, il ne se présentera pas aux élections législatives et régionales de mai 2019.

Sur le fond, la continuité devrait prévaloir dans la politique communale. C’est d’ailleurs une des critiques du MR qui juge la majorité trop "ronronnante".

5,7%
Taux IPP
Le taux d'additionnel à l'IPP à Woluwe-Saint-Lambert est de 5,7%, un des taux les plus bas de la Région bruxelloise.

Woluwe-Saint-Lambert a un taux de fiscalité parmi les plus bas, tant pour l’impôt des personnes physiques que pour les additionnels au précompte immobilier. Au cours de la législature écoulée, les centimes additionnels communaux à l’impôt des personnes physiques ont été diminués (de 6 à 5,7%) tandis que ceux sur le précompte immobilier ont augmenté à 2.700. On pointera, sur un autre dossier, le lancement d’un éco-quartier (Schuman-Charmille), un projet important qui devra se poursuivre dans les années à venir.

"Nos priorités vont vers le maintien d’une taxation communale des ménages au plus bas et la sauvegarde de l’équilibre budgétaire permettant de réaliser des aménagements urbains de qualité, d’investir dans le développement des infrastructures sportives, les rénovations scolaires et des voieries, ou encore la modernisation du CPAS", a souligné Olivier Maingain lors de la présentation de sa liste.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content