Publicité

Grands électeurs, swing states... Comment ça marche?

©Nicolas Vadot

Il faut parfois s’accrocher pour comprendre le système électoral américain. Et le fait que les sondages prédisent une élection serrée ne fait que rajouter à la nécessité de bien s’y retrouver.

Les élections américaines peuvent s’apparenter à un ovni politique pour nous Européens. Collège électoral, grands électeurs, Etats-clés, des concepts qui n’existent pas chez nous. Il faut aussi s’y retrouver entre les différentes élections qui se tiennent ce mardi, car les Américains ne sont pas uniquement appelés à élire leur président. Tentons d’y voir plus clair.

1. Le collège électoral et les grands électeurs

Ce mardi, les Américains sont appelés à élire leurs prochains président et vice-président (un vote qui n’est pas obligatoire et qui n’avait mobilisé que 54% des citoyens en âge de voter il y a quatre ans). Tous ne pèseront pas aussi lourd dans la balance électorale. Il n’est d’ailleurs pas impossible que le candidat qui l’emportera au niveau du vote populaire perde l’élection (c’est ce qui était arrivé au démocrate Al Gore en 2000).

©MEDIAFIN

Les électeurs des Etats les plus peuplés auront en effet plus d’influence à cause du système du collège électoral. Composé de 538 grands électeurs issus des quatre coins du pays, c’est ce fameux collège électoral qui élira formellement le président le 19 décembre. Le candidat qui empochera le vote d’au moins 270 sera déclaré vainqueur. Et ce résultat sera ensuite confirmé début janvier par le Congrès issu du scrutin de ce mardi.

Chaque Etat dispose d’un nombre déterminé de grands électeurs en fonction du nombre d’élus le représentant au Congrès américain. La Californie, Etat le plus peuplé des Etats-Unis, est représentée par 55 députés et sénateurs au Congrès et dispose d’autant de grands électeurs. Viennent ensuite le Texas (38), la Floride et New York (29 chacun). Ces grands électeurs sont désignés en fonction des résultats du scrutin.

(Pour afficher ce contenu sur mobile, cliquez ici)

La carte ci-dessous est le résultat de sondages concernant la tendance des votes par États.

Vous pouvez retrouver le résultat des trois dernières élections à l'aide de la barre de recherche en haut de la carte.

 

  • En Bleu: Les États favorables à Hillary Clinton (Démocrates)
  • En Rouge: Les États favorables à Donald Trump (Républicains)
  • En Noir: Les Swing States, états pouvant encore rallier les deux candidats.

 

Dans 48 Etats, ils sont tous repris dans les rangs du parti dont le candidat a rassemblé une majorité de votes le jour de la présidentielle. Mais le Maine et le Nebraska désignent leurs grands électeurs à la proportionnelle. Ces grands électeurs respectent en principe le verdict des urnes.

Au fur et à mesure que tomberont les résultats des votes dans les différents Etats américains (tout au long de la nuit), c’est en se basant sur la carte de ces grands électeurs que les commentateurs politiques américains analyseront l’issue du vote et seront en mesure de désigner un vainqueur (aux petites heures du matin, mercredi).

Si personne n’empoche les 270 grands électeurs nécessaires, c’est la Chambre des représentants qui doit élire le président (entre les trois candidats ayant obtenu le plus de votes) et le Sénat qui choisit le vice-président (entre les deux colistiers ayant obtenu le plus de voix). Il n’a fallu en arriver là qu’une seule fois, en 1824.

2. Les derniers sondages en date

©MEDIAFIN

Alors qu’Hillary Clinton disposait d’une confortable avance dans les sondages à la mi-octobre (jusqu’à 7 points en moyenne), les intentions de vote se sont resserrées ces dernières semaines, notamment suite à la sortie du patron du FBI sur ses e-mails le 28 octobre. D’après une moyenne de sondages calculée par le site RealClearPolitics (RCP), Clinton a actuellement une avance de 2,2 points sur Trump en termes d’intentions de vote (44,5% contre 42,3%).

Cette avance se traduit également dans les principales prévisions concernant le nombre de grands électeurs "acquis" aux candidats. Toujours selon RCP, l’ex-secrétaire d’Etat est quasi assurée de remporter 203 grands électeurs issus d’une quinzaine d’Etats (essentiellement sur la côte ouest et le nord-est des Etats-Unis). Son rival républicain pourrait déjà compter sur 164 grands électeurs issus d’une vingtaine d’Etats (composant le cœur des Etats-Unis).

3. Une quinzaine de "swing states"

Environ 171 grands électeurs issus d’une quinzaine d’Etat seraient donc encore en balance entre Trump et Clinton. C’est sur ces Etats – les Américains parlent de "swing states" – que se sont concentrés les derniers efforts de campagne. Joyau de la couronne: la Floride et ses 29 grands électeurs. Dans l’entourage de Trump, on ne s’en cache pas: sans la Floride, il lui sera très difficile de remporter la présidentielle. Le "sunshine state" avait voté pour le démocrate Barack Obama en 2004 et 2008. Mais en 2000, il avait voté pour le républicain George W. Bush, faisant finalement pencher la balance en sa faveur au bout de cinq semaines de suspense. Cette année, Clinton y a l’avantage dans les sondages. Par contre, dans l’Ohio – un autre Etat clé pesant lourd (18 grands électeurs) – c’est Trump qui est actuellement devant dans les sondages. Cet Etat du Midwest avait voté Obama en 2008 et 2012.

4. Les électeurs latinos devenus incontournables

Le visage des Etats-Unis devient de moins en moins blanc, celui des électeurs aussi. En 2000, 78% des électeurs étaient blancs, selon le Pew Research Center. Cette année, ils seront 69%, face à 12% d’Afro-américains, 12% de Latinos et 4% d’Asiatiques. Les 3% restant sont composés d’Amérindiens, de populations autochtones d’Hawaï et d’électeurs se définissant comme multiethniques. Le plus marquant dans cette nouvelle physionomie de l’électorat, c’est la montée des électeurs latinos (qui sont passés de 7% à 12% entre 2000 et aujourd’hui). Et l’avantage est à Clinton dans cette catégorie. Selon une enquête du Washington Post publiée la semaine dernière, ils seraient 67% à vouloir voter pour la démocrate contre 19% pour Trump qui s’est mis une bonne partie de cette population à dos avec ses propos dénigrants sur les immigrés hispaniques et son intention de construire un mur à la frontière mexicaine.

5. Les autres élections de ce mardi

Au niveau fédéral, il y aura trois grands scrutins ce mardi: la présidentielle et les élections à la Chambre des représentants et au Sénat. Pour l’instant, ce sont les républicains qui sont majoritaires dans les deux chambres du Congrès. Mais le Sénat pourrait bien tomber aux mains des démocrates. On risque donc de se retrouver avec un Congrès à deux majorités différentes, ce qui risque d’encore promettre de beaux blocages. Et de compliquer la tâche du prochain président américain dont la capacité à faire avancer les choses dépend largement de la bonne volonté du Congrès, on l’a vu sous la présidence d’Obama. Parallèlement, se tiendront encore de nombreux scrutins parlementaires locaux à travers le pays, ainsi que l’élection de 12 nouveaux gouverneurs (sur 50 Etats). Plusieurs dizaines de propositions (liées essentiellement à des questions de société) seront aussi soumises au vote.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés