portrait

L'électron libre du parti républicain

Dans la campagne pour les présidentielles américaines entamée voici un mois, le milliardaire et magnat de l’immobilier Donald Trump ne s’est pas montré sous son meilleur jour. C’est le moins que l’on puisse dire.

Ses nombreuses déclarations abruptes ont poussé plusieurs de ses soutiens dans les milieux d’affaires new-yorkais à se désister. Trump a par exemple insinué que beaucoup d’immigrés mexicains sont des violeurs. Ce qui a eu pour effet de braquer contre lui la communauté latino et par la même occasion la chaîne de télévision Univision, la plus importante en langue espagnole aux Etats-Unis. Univision ne diffuse plus "Miss Universe", un concours de beauté qui appartient à Trump.

La chaîne NBC a également coupé les ponts. Trump lui vendait son reality show "The Celebrity Apprentice". Quant à l’enseigne Macy’s, elle ne vend plus la ligne vestimentaire marquée Trump.

  • Né en 1946 à New York
  • Diplômé en économie à l’Université de Pennsylvanie
  • Il a fait fortune dans l’immobilier de prestige
  • En 1996, il se présente aux primaires du parti républicain
  • Le 16 juin 2015, il annonce sa nouvelle candidature aux primaires républicaines

Cette publicité négative n’empêche toutefois pas Trump de caracoler en tête des sondages côté républicain. Un récent sondage de USA Today avec la Suffolk University auprès du public républicain en vue des primaires donne Trump en première position avec 17% des intentions de vote. Jeb Bush arrive deuxième avec 14%, tandis que Scott Walker obtient 8%.

La rhétorique anti-immigration et le ton patriotique employé par l’homme d’affaires font visiblement mouche auprès d’une partie importante de l’électorat républicain. Dans un paysage politique très concurrentiel — pas moins de 15 candidats sont en lice chez les républicains — Trump jouit d’un double avantage: sa réputation est nationale et il n’est pas politicien. Ce qui signifie qu’il n’est pas tenu par le politiquement correct et peut se permettre de jouer à fond la carte populiste. Et cela plaît visiblement à une partie du peuple de droite, remonté contre l’establishment.

Un problème

L’attention suscitée par l’électron libre Trump constitue un sérieux problème pour le parti républicain. La direction du parti et les autres candidats préfèrent pour l’instant faire profil bas et évitent de se distancier de lui publiquement, malgré ses déclarations fracassantes. Ils craignent que Trump ne poursuive la campagne en tant que candidat indépendant, ce qui priverait le futur candidat républicain d’un réservoir de voix important.

Ceci étant, en dépit des scores qu’il affiche en ce moment, il semble peu vraisemblable que Trump poursuive la lutte pour l’investiture républicaine. Sa campagne pourrait bien n’être qu’un énième coup publicitaire. Les sondages sont en effet très volatils, surtout en début de campagne. Les primaires ne débuteront réellement que dans six mois. Quant au scrutin présidentiel, il aura lieu dans plus d’un an, en novembre 2016. Ce n’est pas la première fois du reste qu’un candidat "exotique" se distingue dans cette phase préliminaire de la campagne.

Par contre, la présence de Trump aux prochains débats organisés par la chaîne conservatrice Fox News est d’ores et déjà assurée, puisque seuls les dix candidats les mieux placés dans les sondages y sont conviés.

Donald Trump s’est encore illustré mardi à la faveur d’un tweet censé célébrer la grandeur des Etats-Unis, qui le mettait en scène sur fond de bannière étoilée avec des soldats identifiés par un expert comme nazis. L’équipe de campagne de Trump a expliqué que l’erreur venait d’un jeune stagiaire qui avait "créé et posté la photo".

Deux fois plus riche qu’estimé

Donald Trump affirme être à la tête d’un patrimoine de plus de 10 milliards de dollars, soit plus du double de l’estimation de référence établie par Forbes (4,1 milliards). Forbes explique même avoir abaissé récemment son estimation et annulé la valeur de la marque Trump, précédemment de 125 millions, à cause de la rupture de ses contrats avec NBC et d’autres groupes.

[Suivez Roel Verrycken sur Twitter en cliquant ici]

Lire également

Publicité
Publicité