La police du Capitole épinglée pour son impuissance

La police du Capitole s'est avérée incapable de barrer l'accès du bâtiment aux manifestants pro-Trump. ©Photo News

Les forces de l'ordre censées défendre l'accès du Capitole ont été débordées lors de l'assaut des partisans de Trump. Des images laissent entrevoir une complicité passive de certaines agents.

Impréparation, passivité, désorganisation. Les critiques fusent à l'encontre des forces de l'ordre, qui ont échoué à bloquer l'accès du Capitole aux milliers de manifestants pro-Trump déterminés à prendre de force et à saccager ce symbole de la démocratie. La police du Capitole, forte de 2.300 agents, n'a pu résister à cette invasion planifiée. Il a fallu 4 heures et l'intervention de la Garde nationale, du FBI et de la police de Washington DC pour mettre fin à l'insurrection.

Les images, saisissantes, montrent des policiers esseulés face aux manifestants déchaînés. Un cordon de gardes casqués recule sur les marches du Capitole. Un agent, à l'intérieur du prestigieux bâtiment, fait marche arrière sur des escaliers de marbre, incapable de contenir quelques intrus. L'impréparation des agents supposés protéger l'un des lieux les plus inviolables du monde est consternante.

Manque de personnel et d'équipement

Pourtant, la marche sur le Capitole était annoncée depuis le 28 décembre sur les forums pro-Trump. Le président sortant a lui-même annoncé l'événement sur son compte Twitter plus tôt dans la matinée. Lors des manifestations du mouvement Black Lives Matter en juin, des dizaines de membres de la Garde nationale avaient été postés sur les marches du Lincoln Memorial pour en barrer l'accès.

La police du Capitole justifie cet échec par le manque de personnel, l'incapacité de prévoir ce débordement et la nécessité d'exfiltrer les élus, mission monopolisant une grande partie des effectifs. L'équipement pour défendre l'accès des lieux, de simples barricades, était également insuffisant. Quant aux policiers, ils n'étaient pas préparés à contrer des manifestants équipés de protections et armés de sprays chimiques.

"Nous avons besoin d'une enquête complète sur la façon dont la sécurité du Capitole a été violée aussi rapidement."
Chris Murphy
Sénateur démocrate

Ces insuffisances étaient étalées jeudi dans la presse américaine et internationale. Des élus réclament des comptes. Parmi eux, le sénateur démocrate Chris Murphy. "Nous avons besoin d'une enquête complète sur la façon dont la sécurité du Capitole a été violée aussi rapidement", a-t-il déclaré sur Twitter. "En tant que membre de premier plan du comité qui finance la police du Capitole, j'ai l'intention d'être à l'avant-garde de cette enquête."

Complicité passive

Certaines images laissent entrevoir une complicité passive de membres des forces de l'ordre. Sur une vidéo diffusée massivement sur Twitter, on voit quatre policiers retirer les barrières métalliques qui bloquaient les manifestants. La foule se précipite par l'ouverture et marche vers le Capitole.

Une autre vidéo montre un agent faire un "selfie" avec un manifestant.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité