1. Dossiers
  2. Élections USA
live

Biden: "Nous pensons que nous allons gagner" la présidentielle

Les Américains sont allés se coucher sans connaître le nom de leur prochain président. Joe Biden a prédit qu'il remporterait l'élection et Donald Trump a lancé des procédures juridiques en demandant un nouveau décompte.
  • Tous les résultats de la présidentielle américaine en direct

     

    Le nombre de grands électeurs remportés par Biden et par Trump

    La carte des résultats de l'élection présidentielle américaine 2020

  • Quatre Etats-clés incertains

    • Géorgie -  16 grands électeurs en jeu

     94% des votes ont été comptabilisés dans cet Etat du Sud-Est qui vote traditionnellement républicain.  Donald Trump y fait la course en tête depuis mardi soir, mais son avance s'est réduite au fil de la journée mercredi et les médias américains prédisent un score extrêmement serré.  Le président sortant est à l'heure actuelle crédité de 50% des voix, contre 48,8% pour son adversaire démocrate Joe Biden.  Les autorités locales ont dit être en mesure de boucler le dépouillement dans la nuit. 

    • Nevada -  6 grands électeurs en jeu  

    86% des votes ont été comptabilisés dans cet Etat désertique de l'Ouest, qui avait choisi Hillary Clinton en 2016.  Joe Biden y pointe pour l'instant en tête, avec 49,3%, contre 48,7% pour Donald Trump. Les autorités locales ont fait savoir dans un premier temps mercredi matin qu'elles ne diffuseraient pas de nouveaux résultats d'ici jeudi.  Avant d'annoncer sur Twitter qu'elles communiqueraient finalement de nouveaux chiffres dès mercredi soir, "en raison d'un intérêt marqué pour le vote du Nevada".  Le résultat final, qui pourrait ouvrir pour de bon à Joe Biden les portes de la Maison Blanche, ne devrait cependant pas être connu avant jeudi matin (heure américaine).  

    • Pennsylvanie -  20 grands électeurs en jeu.  

    86% des votes ont été comptabilisés dans cet Etat industriel de la "ceinture de la rouille" du Nord-Est, où les deux candidats ont âprement fait campagne.  Donald Trump y comptait toujours une avance relativement confortable mercredi soir (51,4% contre 47,3% pour Joe Biden), mais selon les médias américains, le décompte des nombreux votes par correspondance devrait faire sensiblement remonter le candidat démocrate, natif de Pennsylvanie.  Les autorités locales espèrent être en mesure de terminer le dépouillement d'ici vendredi.  -

    • Caroline du Nord -  15 grands électeurs en jeu 

    95% des votes ont été comptabilisés dans cet Etat du Sud-Est, traditionnellement républicain.  Avantage pour l'heure à Donald Trump (50,1%) sur Joe Biden (48,6%), mais les votes par correspondance envoyés au plus tard le jour de l'élection - le 3 novembre - y sont acceptés jusqu'au 12 novembre. 

  • Accord de Paris: ça s'en va et ça revient?

    Joe Biden s'est engagé à rejoindre l'accord de Paris sur le climat, dont les Etats-Unis sont officiellement sortis ce mercredi.  "Aujourd'hui, le gouvernement Trump a officiellement quitté l'accord de Paris sur le climat. Et dans exactement 77 jours, un gouvernement Biden le rejoindra", a-t-il tweeté, évoquant le 20 janvier 2021, date à laquelle le prochain président prendra ses fonctions. 

  • Le point à 5h

    • Le candidat démocrate Joe Biden semble en passe de remporter l'élection présidentielle avec des victoires dans deux Etats clés, selon des médias américains. Avec le Wisconsin et le Michigan, Joe Biden dispose de 264 grands électeurs. S'il remportait le Nevada (6 grands électeurs), il atteindrait le nombre de 270 nécessaire pour être élu président des Etats-Unis.
    • Plusieurs autres Etats-clés restent toujours indécis. En Pennsylvanie (20 grands électeurs), Donald Trump avait encore, mercredi, plus de 220.000 voix d'avance au total, mais son avance pourrait fondre après la prise en compte de bulletins envoyés par courrier. Ceux déjà comptés étaient à majorité pour Joe Biden. 
    • Donald Trump s'est engagé dans une guérilla judiciaire. Son équipe de campagne a demandé à la justice un recomptage des suffrages dans le Wisconsin. Elle a aussi déposé un recours pour obtenir la suspension des dépouillements en Pennsylvanie et dans le Michigan
  • Une victoire de Biden (ou moins probable, de Trump) ne sera pas annoncée ce soir.

    – Résultats Arizona: vers 3 heures du matin

    – Nevada: pas avant demain midi (US), 18h Bruxelles.

    – Pennsylvanie: ce vendredi soir

    – Caroline du Nord: le 12 novembre.

  • Eric Trump: "On va lancer des poursuites, car on fait face à de la corruption caractérisée"

  • Joe Biden touche la victoire du doigt

    Selon CNN, après le Wisconsin, c'est le Michigan (16 grands électeurs) qui tomberait dans l'escarcelle de Joe Biden, qui en serait donc maintenant à... 264 grands électeurs.

    C'est maintenant clair: s'il gagne l'Arizona et le Nevada, que les démocrates ont gagné en 2016, il sera le prochain président des Etats-Unis.

  • Joe Biden: "Nous croyons que nous serons les vainqueurs"

    Joe Biden s'est dit convaincu de remporter la présidentielle américaine face à Donald Trump, exhortant à compter "toutes les voix". Les Américains ne seront "pas réduits au silence", a proclamé Joe Biden lors d'une déclaration dans son fief de Wilmington, dans le Delaware.

    "Il est évident que nous sommes en train de gagner assez d'Etats pour remporter les 270 votes de grands électeurs", le nombre nécessaire pour être élu à la Maison Blanche dans le système américain de suffrage universel indirect, a affirmé l'ex-bras droit de Barack Obama. "Lorsque le dépouillement sera terminé, nous pensons que nous allons gagner.

  • Des militants pro-Trump tentent d'empêcher le dépouillement des votes par la force

  • Les observateurs de l'OSCE critiquent durement les "allégations infondées" de Trump sur l'élection

    Les observateurs internationaux de l'OSCE ont durement critiqué ce mercredi les "allégations infondées" du président Donald Trump sur des fraudes lors de l'élection présidentielle américaine, soulignant qu'elles "affaiblissaient la confiance du public dans les institutions démocratiques". "Personne - aucun politicien, aucun élu - ne devrait limiter le droit de vote de la population", a indiqué le député allemand Michael Georg Link, coordinateur des observateurs de l'Organisation pour la Sécurité et la coopération en Europe chargés de suivre ce scrutin.

    "Après une campagne aussi tendue, s'assurer que chaque vote est compté est une obligation fondamentale pour toutes les branches du gouvernement", a-t-il ajouté dans un communiqué. La mission de l'OSCE a conclu que "l'élection du 3 novembre a été efficace et bien gérée malgré les nombreux défis posés par la pandémie de Covid-19". Mais elle ajoute que "la campagne électorale a été caractérisée par des divisions profondes qui ont parfois fait obstacle au débat politique et a inclus des allégations infondées de fraudes systématiques".

  • Un record pour Joe Biden

    Joe Biden a reçu plus de 69,7 millions de votes lors de cette élection. Cela dépasse le record de l'ancien président Obama, en 2008, pour le nombre de votes jamais obtenus par un candidat à la présidence des États-Unis.

  • Trump dépose un recours pour suspendre le dépouillement en Pennsylvanie

  • Joe Biden crée un fonds pour que tous les votes soient comptés

    Le candidat démocrate Joe Biden a créé un fonds pour s'assurer que chaque vote soit compté après l'élection présidentielle, en réponse aux menaces de Donald Trump de suspendre le dépouillement des voix.

    L'ex-bas droit de Barack Obama qualifie le "Biden Fight Fund" de "plus grand effort jamais déployé pour protéger les élections". Ce n'est pas à Donald Trump de déterminer l'issue du vote, c'est au peuple américain à le faire, a affirmé le candidat démocrate sur Twitter.

  • Trump a saisi la justice pour suspendre le dépouillement des votes dans le Michigan

    L'équipe de campagne de Donald Trump a annoncé mercredi avoir saisi la justice du Michigan afin que les opérations de dépouillement y soient suspendues.

    Après dépouillement de 92% des voix, Edison Research créditait respectivement Joe Biden et Donald Trump de 49,5 et 48,9%, dans cet Etat qui offrira 16 délégués au vainqueur.

  • Trump crédité de 53,4% et Biden de 45,3% en Pennsylvanie après dépouillement de 80% des voix

  • Une sénatrice républicaine proclame victoire, les chances d'un Sénat démocrate encore réduites

    La sénatrice républicaine Susan Collins a été réélue dans son Etat du Maine, sa rivale démocrate la félicitant pour sa victoire qui réduit pratiquement à néant la possibilité pour les démocrates de reprendre la majorité à la chambre haute. "Je viens de parler avec la sénatrice Collins, je l'ai félicitée pour sa victoire dans cette élection", a déclaré la candidate démocrate Sara Gideon lors d'une conférence de presse. "Je veux remercier publiquement Sara pour son appel", a dit Susan Collins de son côté.

    Avec sa victoire, qui semblait pourtant compromise dans les sondages, la républicaine conforte les chances de son camp de conserver le contrôle de la chambre haute, un enjeu majeur des élections de mardi.

  • La poste américaine fouille pour retrouver des bulletins de vote non ramassés

    Le service postal américain USPS a fouillé les bureaux de poste d'une douzaine d'Etats afin de retrouver des bulletins de vote par correspondance qui n'auraient pas été ramassés. Ces bulletins ont ensuite été remis aux différents responsables des opérations de vote pour procéder au dépouillement. Un juge de Washington avait ordonné à l'USPS de fouiller les bureaux après que le service postal a annoncé mardi matin qu'un peu plus de 300.500 bulletins dans tout le pays avaient été enregistrés à leur arrivée au centre de tri électoral mais n'avaient par la suite pas été scannés pour être dépouillés.

    Un tribunal a ordonné à l'USPS de retracer ces bulletins après que plusieurs organisations de défense des droits civiques ont déposé plainte. Les bulletins se trouvaient principalement dans des villes qui votent traditionnellement pour le camp démocrate comme Detroit, Philadelphie et Atlanta.

  • Biden remporte l'Etat clé du Wisconsin d'un cheveu, Trump va demander un recomptage des votes

    Joe Biden est arrivé en tête dans le Wisconsin, un Etat dans lequel le vainqueur emporte dix délégués.  Selon les chiffres, sur 99% de bulletins dépouillés, le candidat démocrate a recueilli 49,4% des voix contre 48,8% pour Donald Trump. Cette avance étant inférieure à un point, son équipe est fondée à demander un nouveau décompte. 

    "Des irrégularités ont été signalées dans plusieurs comtés du Wisconsin, ce qui soulève de sérieux doutes quant à la validité des résultats", a déclaré le directeur de campagne du républicain Bill Stepie, sans fournir de détails. "Le Président est bien en mesure de demander un recomptage et nous le ferons immédiatement".

  • Les résultats en Pennsylvanie pourraient rester inconnus jusqu'à jeudi matin

    Le gouverneur de Pennsylvanie Tom Wolf a déclaré mercredi que les résultats complets des élections dans l'Etat pourraient ne pas être connus avant jeudi matin. L'Etat compte 20 grands électeurs et est l'un des principaux Etats-clés de cette présidentielle américaine.

    La Pennsylvanie est en train de dépouiller "des millions de bulletins de vote par correspondance", a déclaré le gouverneur lors d'une conférence de presse. "Nous ne connaitrons donc peut-être pas les résultats aujourd'hui, mais le plus important est que nous ayons des résultats précis, même si cela prend un peu plus de temps que d'habitude".

    Le président américain Donald Trump maintient une avance confortable sur le candidat démocrate Joe Biden en Pennsylvanie, alors que 79% des votes attendus ont été comptés. De nombreux républicains ont en effet choisi de voter en personne, alors que de nombreux bulletins de vote par correspondance, généralement plus favorables aux démocrates, n'ont toujours pas été dépouillés. En plus de la Pennsylvanie, les résultats sont toujours attendus dans le Nevada, le Michigan, la Caroline du Nord, la Géorgie, le Wisconsin et l'Alaska.

  • Le point à 18h00

    Un des scénarios les plus redoutés se profile aux Etats-Unis où Donald Trump a revendiqué dans la nuit de mardi à mercredi la victoire face à Joe Biden alors même que l'issue de l'élection présidentielle reste indécise dans de nombreux Etats-clés du pays. Le candidat démocrate a pour sa part exprimé son optimisme et appelé à la patience face au comptage minutieux de toutes les voix. 

    Alors que Donald Trump remet une nouvelle fois en cause la validité des votes par correspondance, l'équipe de campagne de Joe Biden indique effectivement que le candidat démocrate est en passe de l'emporter et s'adressera aux Américains ce mercredi.

    Joe Biden remporte actuellement 238 grands électeurs sur les 270 nécessaires pour empocher la victoire, mais il est désormais devant Donald Trump dans le Michigan, un Etat-clé comptant 16 grands électeurs, et il creuse encore son écart avec 35.000 voix de plus que son rival. Après le dépouillement de 92% des bulletins, Joe Biden et Donald Trump comptent respectivement 49,5% et 48,9% des voix. Si cette avance se concrétise, Joe Biden compterait alors 254 grands électeurs. 

    Le candidat démocrate tient également son avance dans le Wisconsin, avec 49,4%, contre 48,8% pour Trump, alors que 97% des votes ont été dépouillés. Le Wisconsin comptant 10 grands électeurs, Joe Biden remporterait 264 grands électeurs s'il gagne cet Etat et le Michigan. Il ne lui restera alors que 6 grands électeurs à rafler, éventuellement ceux de l'Etat du Nevada, où le comptage des votes est toutefois suspendu jusque jeudi matin, heure locale. Actuellement, Joe Biden y est en avance de 8.000 voix sur son adversaire républicain, avec 49,3% contre 48,7 %, mais il reste encore 14% des votes à prendre en compte.

    Donald Trump conserve lui son avance en Pennsylvanie (20 grands électeurs), un autre état-clé, à 53,7% contre 45%, mais 21% des bulletins doivent encore être dépouillés. Selon le secrétaire d'État de la Pennsylvanie, ce sont des millions de bulletins qui doivent encore être comptés, et qui pourront donc faire pencher la balance. Le gouverneur de Pennsylvanie Tom Wolf a déclaré  que les résultats complets des élections dans l'Etat pourraient ne pas être connus avant jeudi matin. 

    Enfin, en Géorgie (16 grands électeurs), c'est également Donald Trump qui mène la danse, à 50,5% contre 48,3%, mais l'écart s'est quelque peu resserré peu avant 18h30, à 50,3% contre 48,5% pour Biden. 93% des votes y ont été dépouillés.

    Au total, 9 Etats représentant 101 grands électeurs n'ont pas encore rendu leur verdict. Les électeurs américains renouvellent également la totalité des 435 sièges de la Chambre des représentants, où les démocrates sont majoritaires, et un tiers du Sénat, où les républicains semblent en mesure de conserver leur courte majorité

  • L'accès des démocrates au Sénat se rétrécit avec les victoires des républicains

    Ni les démocrates ni les républicains ne peuvent, pour l'heure, prétendre à la victoire au Sénat, où le décompte des votes se poursuit et la bataille entre les deux camps fait rage. La chambre haute du congrès américain, aux mains des républicains depuis les élections de 2014, est chargée d'approuver les lois ainsi que les nominations des hauts fonctionnaires et magistrats.

    Les analystes étaient, au début de l'année, convaincus que les démocrates de centre-gauche avaient peu de chances d'y acquérir la majorité. La perte de popularité du président Donald Trump affichée par les sondages au cours de l'année avait cependant conduit bon nombre d'entre eux à spéculer sur l'opportunité de prise de contrôle de la chambre haute du Congrès par les démocrates. Les démocrates étant parvenus à conserver leur majorité à la Chambre des représentants, Donald Trump devra, en cas de victoire, faire des compromis en matière de législation, malgré une plus grande marge manœuvre en termes de nominations si le Sénat reste bien républicain.

    Cependant, si Joe Biden remporte l'élection présidentielle, mais que les démocrates ne sont pas majoritaires au Congrès, il ne sera pas en mesure de réaliser une grande partie du programme promis à ses électeurs. 

  • Pour Londres, les liens avec Washington "se renforceront quel que soit le vainqueur"

    Les liens entre le Royaume-Uni et les Etats-Unis se "renforceront quel que soit le vainqueur de l'élection", a assuré un porte-parole de Boris Johnson, tout en notant le désaccord sur l'accord de Paris sur le climat. "Les Etats-Unis sont notre plus proche allié et nous sommes convaincus que notre relation se renforcera, quel que soit le candidat qui remportera l'élection", a indiqué à la presse un porte-parole du Premier ministre britannique.

    "Dans les domaines du commerce, de la sécurité, du renseignement, de la défense, de l'innovation et de la culture, peu de pays font plus ensemble", a souligné ce porte-parole. "C'est au peuple américain de décider et c'est clairement une course serrée. Nous avons pleinement confiance dans l'équilibre des pouvoirs du système américain pour produire un résultat démocratique", a-t-il ajouté.

    Questionné par les députés à la Chambre des Communes ce mercredi, le Premier ministre Boris Johnson, un allié de Donald Trump, a refusé de s'exprimer sur sa revendication de victoire. L'ancienne Première ministre Theresa May a noté que ce lendemain d'élection coïncidait avec le retrait, décidé par Trump, des États-Unis de l'accord de Paris sur le climat. "Nous saurons bientôt qui sera le prochain président américain. Mais, malheureusement, aujourd'hui marque également le départ des États-Unis de l'accord de Paris - la première tentative au monde de parvenir à un consensus sur le changement climatique", a tweeté Mme May. "Le vainqueur a l'immense responsabilité d'aider à relever le plus grand défi de notre planète."

  • L'équipe de Biden est convaincue que le démocrate l'emportera dans la journée

    Selon l'état-major de Joe Biden, le candidat démocrate devrait avoir plus de 270 délégués dans la journée, et donc gagner la présidentielle américaine, avec des victoires attendues dans les États du Michigan, du Wisconsin et de la Pennsylvanie. "Si Donald Trump réalisait son souhait et que nous arrêtions de compter les bulletins de vote dès maintenant, le vice-président Biden serait le président des États-Unis", a en outre souligné la cheffe de campagne de Biden, Jen O'Malley Dillon.

    Elle pense que Biden a déjà gagné le Wisconsin (où Biden mène à 49,4% contre 48,8%) et s'attend à ce qu'il gagne le Nevada. Elle s'attend également à ce que Joe Biden s'adresse aux Américains ce mercredi.

  • Donald Trump s'emballe sur Twitter face aux résultats et ressort la théorie du complot

    Donald Trump s'est remis à tweeter frénétiquement cet après-midi après que le Michigan soit passé au camp démocrate, Joe Biden le devançant actuellement de 10.000 voix. Après avoir clamé la victoire ce matin, les récents résultats - qui lui sont défavorables - sonnent comme une douche froide pour le président actuel, qui s'en est encore une fois pris aux votes anticipés, et appelé implicitement à la théorie du complot.

    "Hier soir, j'étais en tête, souvent solidement, dans de nombreux États clés, dans presque tous ceux dirigés et contrôlés par des démocrates. Puis, un par un, ils ont commencé à disparaître comme par magie, au fur et à mesure que les bulletins de vote surprise étaient comptés. TRÈS ÉTRANGE, et les "sondeurs" se sont complètement et historiquement trompés!", a-t-il tweeté. "Comment se fait-il qu'à chaque fois qu'ils comptent les votes par correspondance, ils soient si dévastateurs dans leur pourcentage et leur pouvoir de destruction?" a-t-il ensuite ajouté.

    Twitter a par la suite émis un message d'avertissement pour accompagner un tweet du président, après avoir déjà pris une décision similaire mardi soir. "Une partie ou la totalité du contenu partagé dans ce Tweet est contestée et susceptible d'être trompeuse quant au mode de participation à une élection ou à un autre processus civique", indique le réseau social au-dessus du message. 

    Pendant ce temps, Joe Biden a promis que les démocrates lutteraient jusqu'au bout afin que tous les bulletins de vote de la présidentielle soient pris en compte, malgré la volonté de Donald Trump d'interrompre le décompte. "Nous ne nous accorderons aucun répit jusqu'à ce que chaque bulletin de vote soit compté", a tweeté l'ancien vice-président de Barack Obama. 

  • Le regard de Vadot - 16h

  • Analyse | L'échec des sondeurs, un succès pour Trump

    Le scrutin américain a déjà un perdant: les instituts de sondages, dont les prédictions se sont une nouvelle fois révélées en décalage avec la réalité.

  • Biden passe devant Trump dans le Michigan

    Après avoir peu à peu comblé son retard sur Donald Trump dans le Michigan, Joe Biden est désormais en tête dans l'état qui compte 16 grands électeurs. Le démocrate compte désormais 12.000 voix d'avance sur le républicain, menant à 49,3% contre 49,1%. 

    Si la situation actuelle se concrétise (Joe Biden victorieux dans le Michigan, le Wisconsin et le Nevada), le démocrate serait élu président. Mais rappelons que les opérations de dépouillement sont suspendues dans le Nevada et ne reprendront pas avant jeudi 09h00 heure locale (17h00 GMT). Un peu moins de 15% des bulletins de vote n'y ont pas encore été comptabilisés, et Biden devance pour l'heure Trump d'un peu moins de 8.000 voix, à 49,3% contre 48,7%.

  • Les espoirs démocrates de faire basculer le Sénat dans leur camp s'éloignent

    Comme cela était largement anticipé, les démocrates ont gardé le contrôle de la Chambre des représentants. Mais leurs espoirs de faire basculer dans leur camp le Sénat, aujourd'hui contrôlé par les républicains, s'éloignaient. Les démocrates ont repris deux sièges aux républicains (Colorado, Arizona), mais en ont perdu un dans l'Alabama. La majorité précédente était de 53 républicains contre 47 démocrates et affiliés.

  • A Portland, des manifestants armés brûlent des drapeaux américains

    Des manifestants armés de fusils d'assaut ont brûlé des drapeaux américains et défilé, sans violence malgré la confusion post-électorale, dans les rues de Portland, dans le nord-ouest des Etats-Unis, dans la nuit de mardi à mercredi. L'enclave libérale située dans l'Oregon craignait des affrontements armés après des mois de manifestations entre activistes d'extrême gauche, miliciens d'extrême droite et police fédérale.

    Après la proclamation de sa réélection par le président sortant Donald Trump face au démocrate Joe Biden, alors que des Etats clés n'ont pas fini leur dépouillement, des militants se sont rassemblés devant le tribunal fédéral de Portland, l'épicentre des manifestations antiracistes ayant émaillé l'été. "Nous n'aimons aucun des candidats - j'ai honteusement voté pour Biden - mais si Trump en reprend pour quatre ans, les gens vont devenir fous furieux", a déclaré un jeune protestataire, alors que deux drapeaux américains brûlaient devant le bâtiment.

    Beaucoup scandaient des slogans anti-Trump et contre le maire de Portland, Ted Wheeler, réélu mardi. 

    ©AFP

  • La situation en Pennsylvanie, dans le Michigan, dans le Wisconsin et en Géorgie

    Le sort de la présidentielle américaine semble dans les mains de ces quatre États où le décompte des votes pourrait bien jouer les prolongations, notamment dans les grandes villes où les démocrates partent généralement favoris. Si le dépouillement y a pris un tel retard, c'est que le vote par correspondance y a atteint des niveaux records, en cette année de crise sanitaire, comme ailleurs dans le pays. Mais le fait qu'en Pennsylvanie, dans le Michigan et au Wisconsin, on n'ait pas pu commencer à décompter ces votes avant le jour de l'élection, mardi donc, n'arrange rien. Ni le fait que les électeurs aient pu envoyer leur bulletin de vote jusqu'à mardi (en Pennsylvanie et dans le Michigan)...

    En Pennsylvanie et dans le Michigan, les officiels ont d'ailleurs déjà prévenu que le décompte pourrait ne se terminer que vendredi. En Géorgie et dans le Wisconsin, on parle de la fin de la journée, dans les grandes villes, du moins. 

    Où en est-on à ce stade dans ces quatre États, au vu des données compilées par CNN?

    Pennsylvanie (20 grands électeurs en jeu) -> 75% des votes dépouillés
    Donald Trump y mène actuellement avec 55,7% des votes, contre 42,9% à Joe Biden, soit une avance de 619.000 voix. Mais à peine 56% des votes de la première ville de l'État, Philadelphie, ont été dépouillés jusqu'à présent. Et ici, Biden jouit déjà d'une avance confortable: 76,2% contre 22,9% à Trump, soit 150.000 voix de plus. Dans le comté d'Allengheny, qui comprend Pittsburgh, le candidat démocrate est également devant, avec 53,5% des votes en sa faveur, soit une avance de 46.000 voix, alors que 70% des bulletins y ont été pris en compte à ce stade. 

    Michigan (16 grands électeurs) -> 89% des votes dépouillés
    Ici, la tendance vient de basculer du côté démocrate. Joe Biden est en train de combler son retard et peut désormais se targuer d'avoir décroché 49,2% des votes dépouillés, contre 49,1% à Trump. En un peu moins de trois heures, l'avance du républicain a fondu. Dans le comté de Wayne, où l'on retrouve la ville de Detroit et dont 64% des votes ont été comptés, Biden mène avec 67,1% des voix, contre 31,5% à Trump, soit une avance de 220.000 voix. 

    Géorgie (16 grands électeurs) -> 92% des votes dépouillés
    Donald Trump mène à ce stade avec 50,5% des votes dépouillés, contre 48,3% à l'ancien vice-président, soit 100.000 voix de plus. Mais dans la région d'Atlanta, pré-carré démocrate, de nombreuses voix pourraient encore tomber dans l'escarcelle de Joe Biden. Dans le comté de Fulton, où l'on retrouve justement Atlanta, il mène par 71,8%, contre 27% au président, soit une avance de 200.000 voix. Or, 20% des bulletins de vote n'y ont pas encore été pris en compte. Même proportion de vote non dépouillés dans le comté voisin de DeKalb où l'avance de Biden est plus marquante (83% contre 15,9%) et se traduit déjà par 214.000 voix de plus. 

    Wisconsin (10 grands électeurs) -> 91% des votes dépouillés
    Ici, c'est Joe Biden qui est devant, mais de très peu: 49,2% des voix contre 49% à Trump, soit à peine 21.000 votes de plus. Et c'est véritablement à la moindre voix que cela va se jouer dans ce petit État rural. Si la grande ville Milwaukee (95% des bulletins dépouillés) est facilement tombée dans le giron de Biden qui y a décroché 69,1% des votes, soit une avance de 183.000 voix sur Trump, cela se joue au coude-à-coude ailleurs. Dans le comté de Portage, par exemple, où 91% des votes ont été dépouillés, le démocrate mène avec 50,3% des votes, et moins de 1.200 voix d'avance. 

  • Le point à 13h30

    La situation est critique alors que tous les bureaux de vote sont fermés aux États-Unis. La seule certitude actuellement, c’est que la vague bleue n’a pas déferlé, comme semblaient le prédire certains sondages.

    Pour la première fois depuis 2000, les Américains se sont réveillés mercredi sans savoir le nom de leur prochain président après un vote à la participation record et dont le dépouillement se poursuivait dans sept États-clés, ce qui n'a pas empêché Donald Trump de s'estimer vainqueur contre le démocrate Joe Biden. L'élection a suscité la plus forte participation depuis que les femmes ont le droit de vote: 160 millions d'Américains ont voté, soit une participation estimée à 66,9%, contre 59,2% en 2016, selon le US Elections Project. 

    Nombre d'États sont débordés par le déluge de bulletins envoyés par correspondance. Ouvrir les enveloppes et scanner ces bulletins pourrait dans certaines villes prendre plusieurs jours.

    Au niveau des résultats, Joe Biden a pour l’instant acquis les voix de 238 grands électeurs et Donald Trump, celles de 213 grands électeurs. Pour devenir président, il en faut 270. Mais plusieurs États-clés n’ont pas encore livré leur verdict et certains ne semblent pas pouvoir le faire rapidement. Pour l’instant, Trump semble en tête dans plusieurs de ces États. Mais dans ces États, ainsi qu'en Pennsylvanie, les analystes pensaient que les bulletins restant à ouvrir seraient majoritairement pour le démocrate.

    En Pennsylvanie, Trump avait mercredi près de 700.000 voix d'avance au total, mais il restait 1,4 million de bulletins envoyés par courrier à compter. Or Joe Biden a remporté 78% des bulletins par courrier dépouillés à ce stade. Dans le Wisconsin, Biden prend doucement la tête. Les autorités du Nevada ont indiqué ne reprendre les opérations de dépouillement que jeudi matin, heure locale. Là-bas, un peu moins de 15% des bulletins de vote n'ont pas encore été comptabilisés, et Joe Biden devance pour l'heure Donald Trump.

    Le candidat républicain s’est pourtant déclaré déjà vainqueur de la présidentielle, alors que le dépouillement n’était donc pas terminé, ce qui a provoqué une contre-attaque immédiate de son adversaire Joe Biden. Le président a aussi parlé de "recourir à une décision de la Cour suprême".

    De longues journées d'incertitudes et d'âpres batailles judiciaires semblent attendre les États-Unis.

    ©Mediafin

  • Dépouillement suspendu jusqu'à jeudi dans le Nevada

    Les opérations de dépouillement sont suspendues dans le Nevada et ne reprendront pas avant jeudi matin heure locale, ont annoncé mercredi les autorités locales. Le Nevada, qui désigne six des 538 grands électeurs du Collège électoral, est l'un des neuf derniers États où le suspense demeure dans le duel que se livrent Donald Trump et Joe Biden. Il y a quatre ans, le Nevada était allé à la démocrate Hillary Clinton.

    Un peu moins de 15% des bulletins de vote n'ont pas encore été comptabilisés, et Joe Biden devance pour l'heure Donald Trump d'un peu moins de 8.000 voix, à 49,3% contre 48,7%. 

  • Vidéo: L'ex-candidat démocrate Bernie Sanders a prédit l'exact scénario actuel

    L'ex-candidat démocrate à la Maison-Blanche, Bernie Sanders, a prédit l'exact scénario actuel il y a plus d'une semaine. Dans une interview avec l'animateur Jimmy Fallon le 24 octobre dernier, Bernie Sanders évoquait le problème des votes anticipés non pris en compte le jour même de l'élection. Des votes anticipés qui iraient en majorité à Joe Biden, selon lui.

    "Il se pourrait qu’à 22h le soir de l’élection, Trump gagne le Michigan, la Pennsylvanie, le Wisconsin, qu’il aille à la télévision en remerciant les Américains pour sa réélection. Et les jours suivants, les votes par correspondance seront comptabilisés et il s’avérera que Biden a gagné ces Etats", explique Bernie Sanders.

    "A ce moment-là, Trump dira: Vous voyez, je vous avais bien dit que tout ça était frauduleux... Et qu’il refuse de quitter la Maison-Blanche." Une prédiction presque effrayante tant elle s'avère correcte. L'ancien candidat démocrate appelait ainsi à compter scrupuleusement chaque vote, y compris les votes par correspondance.

  • Le regard de Vadot - 11h

  • Le point à 11h

    La situation est critique alors que tous les bureaux de vote sont fermés aux États-Unis. La seule certitude actuellement, c’est que la vague bleue n’a pas déferlé, comme semblaient le prédire certains sondages.

    Au niveau des résultats, Joe Biden a pour l’instant acquis les voix de 238 grands électeurs et Donald Trump, celles de 213 grands électeurs. Pour devenir président, il en faut 270. Mais, problème, plusieurs États-clés n’ont pas encore livré leur verdict et certains ne semblent pas pouvoir le faire rapidement, à cause notamment de la lenteur dans le décompte des votes par correspondance. Pour l’instant, Trump semble en tête dans plusieurs de ces États.

    Le candidat républicain s’est pourtant déclaré déjà vainqueur de la présidentielle, alors que le dépouillement n’était donc pas terminé, ce qui a provoqué une contre-attaque immédiate de son adversaire Joe Biden. Le président a aussi parlé de "recourir à une décision de la Cour suprême".

    De longues journées d'incertitudes et d'âpres batailles judiciaires semblent attendre les États-Unis.

  • Biden passe en tête dans le Wisconsin (résultats intermédiaires)

    Avec 95% des bureaux dépouillés, le Wisconsin (10 grands électeurs) entretient le mystère avec un coude-à-coude serré. Mais Joe Biden est passé en tête, avec 49,4% des voix, contre 49,1% pour Trump.

  • ÉDITO | Le pire scénario pour la démocratie américaine

    "À l’heure d’écrire ces lignes, ayons l’humilité et la patience d’arriver à la seule conclusion qui s’impose: on ne sait pas qui, de Joe Biden ou de Donald Trump, a remporté l’élection présidentielle américaine. Dans une démocratie, seules les voix comptent. Toutes les voix. Rien que les voix. Il est donc urgent d’attendre le dépouillement de l’ensemble des suffrages exprimés pour pouvoir se prononcer. En demandant d’arrêter le décompte avant même qu’il soit terminé, en annonçant déjà un recours à la Cour suprême, en parlant de "fraude" sans preuves, en revendiquant la victoire, en évoquant une élection "volée", Donald Trump s’est comporté de manière totalement irresponsable et indigne."

    
  • Ces quatre États qui détermineront le résultat de l'élection américaine

    La Pennsylvanie, le Michigan, le Wisconsin et la Georgie n'ont pas encore rendu leur verdict. Le résultat des élections dans ces États donneront le nom du prochain président des Etats-Unis. 

  • Les démocrates prêts à "combattre" en justice si Trump saisit la Cour suprême

    La cheffe de campagne de Joe Biden a jugé mercredi "scandaleux" et "sans précédent" les propos de Donald Trump, qui a appelé à arrêter le décompte des bulletins de l'élection présidentielle en s'arrogeant la victoire dans un scrutin pourtant encore indécis.  Dans un communiqué, Jen O'Malley Dillon a affirmé que les démocrates étaient prêts à "combattre" en justice si le président républicain saisissait la Cour suprême, comme il l'a annoncé en évoquant une "fraude" mais sans livrer aucun élément concret. 

  • "Une attaque partisane contre les élections en Pennsylvanie"

    Le gouverneur démocrate de Pennsylvanie, Tom Wolf, a dénoncé les accusations de fraude de Donald Trump, qu'il qualifie d'"attaque partisane", ajoutant que les services de son Etat travaillent sans relâche pour comptabiliser plus d'un million de bulletins par correspondance.  "Soyons clairs : c'est une attaque partisane contre les élections en Pennsylvanie, contre nos votes, contre la démocratie. Nos comtés travaillent sans relâche pour recenser les votes aussi vite ET aussi précisément que possible. La Pennsylvanie aura une élection équitable et nous compterons chaque bulletin." 

  • Le point à 10h

    L'issue du scrutin est actuellement totalement incertaine. Le président actuel a annoncé sa victoire mais plusieurs Etats-clés n'ont pas encore livré leur verdict. Notamment la Pennsylvanie, le Michigan et le Wisconsin, qui seront déterminants dans la victoire finale. 

    Il est clair que l'attente risque de durer, puisque l'on parle de plusieurs jours nécessaires dans certains Etats avant de pouvoir livrer un verdict clair. Les votes par correspondance demandent plus de temps à être comptabilisés et les écarts entre les deux hommes semblent parfois très faibles.

    Donal Trump, lui, a déjà crié à la fraude, menaçant de recourir à une décision de la Cour Suprême pour faire arrêter les décomptes.

    Cette situation incertaine fait trembler les investisseurs: peu après l'ouverture des bourses, l'Euro Stoxx 50 perdait 1,7% et le Stoxx 600 1,23%. Amsterdam, Paris et Bruxelles décrochaient de l'ordre de 1%.

    • Quels secteurs et classes d’actifs pourraient profiter d’une victoire de Joe Biden ou de Donald Trump? Vincent Juvyns ( JPMorgan AM) répond à vos questions dès 12h lors d'un chat spécial. Posez-les déjà ici.

    Ce flou fait aussi craindre des accès de violence dans le pays.

  • Biden: 238 / Trump 213

    Les Etats décrochés par Trump (213 grands électeurs):  Alabama (9) - Arkansas (6) - Caroline du Sud (9) - Dakota du Nord (3) - Dakota du Sud (3) - Floride (29) - Idaho (4) - Indiana (11) - Iowa (6) - Kansas (6) - Kentucky (8) - Louisiane (8) - Montana (3) - Mississippi (6) - Missouri (10) - Nebraska (4) - Ohio (18) - Oklahoma (7) - Tennessee (11) - Texas (38) - Utah (6) - Virginie occidentale (5) - Wyoming (3).

    Les Etats décrochés par Biden (238 grands électeurs): Arizona (11) - Californie (55) - Colorado (9) - Connecticut (7) - Delaware (3) - Hawaï (4) - Illinois (20) - Maine (3 sur 4) - Maryland (10) - Massachusetts (11) - Minnesota (10) - Nebraska (1) - New Hampshire (4) - New Jersey (14) - New York (29) - Nouveau-Mexique (5) - Oregon (7) - Rhode Island (4) - Vermont (3) - Virginie (13) - Washington DC (3)  Etat de Washington (12).

     

    Il reste quelques Etats pour lesquels on ne peut pas encore annoncer de résultats, et ils peuvent tout faire basculer: Pennsylvanie, Caroline du Nord, Wisconsin, Nevada, Michigan, Georgie.

  • Joe Biden peut-il encore gagner? Oui

    Le candidat démocrate a réussi à s'allier les grands électeurs de l'Arizona, ex-place forte républicaine qui devient ainsi le premier Etat de cette élection à changer de camp par rapport à 2016. Il peut encore espérer arracher la Géorgie au camp Trump.  

    Mais pour décrocher la présidence, Joe Biden doit gagner au moins deux des trois Etats disputés du Nord industriel (Pennsylvanie, Michigan, Wisconsin) remportés sur le fil par le milliardaire il y a quatre ans.  

    Dans ces Etats, le dépouillement pourrait se poursuivre mercredi, voire sur plusieurs jours, notamment en raison du niveau record du vote par correspondance. L'attente s'annonce donc longue. 

    Pour rappel, afin de l'emporter, un candidat n'a pas besoin d'être majoritaire en voix au niveau national: il doit obtenir au moins 270 des 538 grands électeurs attribués au niveau des Etats.

  • Biden vainqueur dans le Maine

    Biden obtient 3 grands électeurs dans le Maine, le 4e n'est pas encore attribué.

  • Le point à 9h

    Donald Trump a revendiqué la victoire, alors que le dépouillement est encore en cours dans de nombreux Etats. Joe Biden a pour l'instant 236 grands électeurs à son avantage, Donald Trump 213.

    Le candidat démocrate a remporté l'Etat-clé de l'Arizona (11 grands électeurs), premier revers pour Donald Trump, selon les projections des médias américains dont AP et CNN. Mais le président républicain est bien en avance en Pennsylvanie (21 grands électeurs), où le décompte n'est pas terminé.

    Mais aucun résultat ne garantit à ce stade l'issue du scrutin. Les grands réseaux de télévision ainsi que l'institut Edison Research montrent que Trump n'est pas assuré à ce stade de remporter au Collège électoral les 270 voix nécessaires à sa réélection

  • Donald Trump en bonne position

    À ce stade du décompte, Joe Biden compte 235 grands électeurs et Donald Trump en compte 213.

    10 états doivent encore rendre leur verdict, pour 90 grands électeurs à distribuer.

    Parmi ces états, des tendances se dégagent déjà, ainsi:

    Le Winsconsin (10), le Michigan (16), la Pennsylvanie (20), la Caroline du Nord (15) et la Géorgie (16) seraient pour Trump.

    Le Nevada (6) et le Maine (4) seraient pour Biden.

    L'Alaska (3) n'ont pas encore débuté leur dépouillement.

    Si les choses devaient rester en l'Etat, Donald Trump resterait président avec 290 grands électeurs. Joe Biden en compterait 241.

  • Les bureaux de votes ont fermé leurs portes aux États-Unis, l'Alaska étant le dernier. Les décomptes sont toujours en cours. 

  • Trump revendique la victoire, parle de fraude et veut se tourner vers la Cour Suprême

    Donald Trump annonce déjà sa victoire, alors que les jeux sont loin d'être faits.

    "Rien ne va nous arrêter, c'est une fraude, c'est une honte. Nous étions prêts à remporter cette élection", a lancé le président Trump.

    "Nous allons nous tourner vers la Cour Suprême des États-Unis, nous souhaitons que tous les décomptes soient arrêtés."

    "Je peux déjà vous dire que nous avons gagné cette élection.

    ©REUTERS

  • Le regard de Vadot - 08h30

  • Donald Trump s'exprime de la Maison-Blanche

    Le président a organisé une conférence de presse pour remercier ses électeurs... et critiquer ses adversaires.

    "Les résultats de ce soir ont été phénoménaux. Nous étions prêts à célébrer quelque chose de très beau, un incroyable résultat (...)"

    Il se réjouit d'avoir remporté la Floride "avec une grande marge", l'Ohio, le Texas, la Géorgie.

    "Regardez l'Arizona, ça se passait bien puis quelqu'un a déclaré que les démocrates le remportait. Mais on n'a pas besoin de cet Etat. Il est encore tout à fait possible de l'emporter."

    "Le plus important est que l'on gagne en Pennsylvanie, on a encore une belle marge d'avance. 690.000 voix d'avance, c'est vraiment une grande marge, 64% des bureaux dépouillés, c'est pratiquement impossible de nous dépasser.

    "Nous gagnons également dans le Michigan (...) et dans le Wisconsin."

    S'en prenant aux démocrates, Donald Trump s'est énervé: "Ils savaient qu'ils ne pouvaient pas gagner. Alors qu'ont-ils fait? Ils ont dit: on va aller devant les tribunaux."

    Trump parle à la Maison-Blanche


  • Et au Congrès?

    Tous les yeux sont rivés sur la présidentielle, mais ce n'est pas le seul scrutin dont on attend les résultats. Au Congrès également, se joue une élection. L'entièreté de la Chambre (à majorité démocrate) et un tiers du Sénat (à majorité républicaine) sont en jeu.

    Pour l'instant, les démocrates semblent en passe de garder la Chambre dans leurs filets. Ils peuvent déjà compter sur 174 sièges (sur 435), contre 169 aux républicains, selon un décompte réalisé par le site Realclearpolitics.com.

    Par contre, il semble qu'ils ne pourront pas réaliser l'exploit de décrocher le Sénat. Ils devaient y faire basculer 3 à 4 sièges pour reprendre la majorité. Mais, ils y disposent, à ce stade du décompte, de 44 sièges contre 47 aux républicains, toujours selon Realclearpolitics.com.

  • Le point à 8h

    Les résultats restent très serrés et plusieurs Etats-clés n'ont pas livré leur verdict, alors que Joe Biden a pour l'instant 224 grands électeurs derrière lui, tandis que Donald Trump en a 213.  

    Quatre swing states sont revenus au président sortant: l'Iowa, l'Ohio, le Texas et la Floride.

    Joe Biden devrait, pour gagner,  reprendre à son adversaire républicain le "mur bleu" composé du Michigan, du Wisconsin et de la Pennsylvanie, qui avaient contribué en 2016 à hisser Donald Trump à la Maison blanche. Cependant le décompte des voix pourrait s'étaler sur de nombreuses heures, voire plusieurs jours, dans ces Etats. 

  • Donald Trump va s'exprimer

    Le président sortant va faire une déclaration dans quelques minutes.

  • ANALYSE | Une dynamique qui semble pencher en faveur de Donald Trump, mais...

    Même s'il est trop tôt, à ce stade-ci, pour savoir qui remportera le scrutin présidentiel, la dynamique semble pencher en faveur de Donald Trump. Dans l'état actuel des choses, c'est Joe Biden qui comptabilise le plus de grands électeurs: 223 contre 209 à Donald Trump (il en faut 270 pour l'emporter). Qu'est-ce qui explique, dès lors, que le président puisse réellement espérer empocher un second mandat? Le fait qu'il jouisse d'une belle avance dans certains États clés où de nombreux grands électeurs sont en jeu. C'est notamment le cas du Texas et de la Floride où plus de 90% des votes ont été comptabilisés et qui représentent, ensemble, 67 grands électeurs.  

    Dans le camp de Joe Biden, on ne s'avoue cependant pas vaincu. Le dépouillement prend en effet du temps dans de nombreux grands centres urbains qui représentent de véritables réservoirs d'électeurs et votent traditionnellement démocrate. Ainsi, alors que la Pennsylvanie (20 grands électeurs) penche actuellement du côté de Donald Trump, les résultats finaux dans les comtés abritant Pittsburgh et Philadelphie pourraient peser lourd dans la balance. Idem en Géorgie (16 grands électeurs), où les démocrates ont les yeux rivés sur les zones urbaines d'Atlanta et de Savannah, notamment. 

    Si les résultats mettent tant de temps à tomber et risquent de se faire attendre plusieurs heures encore, voire plusieurs jours, c'est qu'il faudra dépouiller également les votes anticipatifs. Or, ce dépouillement prend du temps car il nécessite plus de manipulations, du simple fait qu'il faille sortir les bulletins de vote des enveloppes et en vérifier scrupuleusement la validité. Tant qu'un espoir sera permis, les démocrates se raccrocheront à ces votes anticipatifs, particulièrement nombreux cette année, et qui pourraient pencher en faveur de Joe Biden à en croire les observateurs politiques américains. Il faut également savoir que les décomptes ont été interrompus dans de nombreux comtés à travers le pays et ne reprendront qu'en matinée (dans l'après-midi chez nous)... 

  • Biden: 224 / Trump: 213

    En remportant le Texas, Trump s'attribue les voix de 38 grands électeurs supplémentaires, ce qui porte son total à au moins 213, contre 224 pour le démocrate. Il en faut 270 pour remporter l'élection présidentielle américaine.  

    Les résultats de neuf Etats, dont la Pennsylvanie, le Michigan, le Wisconsin et la Caroline du Nord, ne sont pas encore connus. 

    A l'avantage de Trump (213):  Alabama (9) - Arkansas (6) - Caroline du Sud (9) - Dakota du Nord (3) - Dakota du Sud (3) - Floride (29) - Idaho (4) - Indiana (11) - Iowa (6) - Kansas (6) - Kentucky (8) - Louisiane (8) - Montana (3) - Mississippi (6) - Missouri (10) - Nebraska (4) - Ohio (18) - Oklahoma (7) - Tennessee (11) - Texas (38) - Utah (6) - Virginie occidentale (5) - Wyoming (3)  

    A l'avantage de Biden (224):  Californie (55) - Colorado (9) - Connecticut (7) - Delaware (3) - Hawaï (4) - Illinois (20) - Maryland (10) - Massachusetts (11) - Minnesota (10) - Nebraska (1) - New Hampshire (4) - New Jersey (14) - New York (29) - Nouveau-Mexique (5) - Oregon (7) - Rhode Island (4) - Vermont (3) - Virginie (13) - Washington DC (3) - Etat de Washington (12) 

  • En Caroline du Nord, où 90% des votes sont dépouillés, Trump est en tête (51%).

  • Dans le Nebraska, où la règle où Winners Takes It All n'est pas appliquée comme telle, un des grands électeurs revient à Biden et les quatreautres à Trump.

  • Trump gagne dans le Montana (3 grands électeurs)

    Fox News annonce la victoire du président sortant dans le Montana.

  • Trump remporte le Texas (34 grands électeurs)

  • Le point à 7h

    Rien n'est joué, les deux candidats sont toujours au coude-à-coude: 223 grands électeurs pour le démocrate, 174 pour le président actuel, qui porte les couleurs républicaines.

    Joe Biden reste donc en tête mais de nombreux Etats-clés n'ont pas encore livré leur verdict. La Floride a été remportée par Donald Trump, qui est vu aussi en tête en Pennsylvanie, autre Etat important.

  • Trump accuse Biden de tenter de "voler" l'élection, Twitter signale le tweet

    Tandis que Joe Biden prenait la parole pour afficher son optimisme et demander aux Américains d'être patients vu le temps que prend le dépouillement dans plusieurs États-clés, Donald Trump allumait un contre-feu médiatique sur Twitter: "Nous sommes fortement en hausse, mais ils essayent de VOLER l'élection. Nous ne les laisserons jamais faire." Un tweet considéré comme trompeur par le réseau social.

    Le président américain a annoncé qu'il ferait également une déclaration ce mercredi, laissant entendre qu'il pourrait déclarer qu'il a gagné. 

    Twitter a mis en garde ses utilisateurs contre ce message: "Une partie ou la totalité du contenu partagé dans ce Tweet est contestée et susceptible d'être trompeuse quant au mode de participation à une élection ou à un autre processus civique", a écrit le réseau social sur le tweet du président, rapidement après sa publication. 

  • 223 grands électeurs pour Biden, 174 pour Trump

  • Joe Biden... prudemment optimiste

    "Nous sommes confiants, nous sommes en bonne voie pour remporter cette élection. Il faudra faire preuve de patience, tous les bulletins doivent être comptabilisés", a lancé le candidat démocrate Joe Biden, s'exprimant sur la situation très serrée de ce scrutin.

    "Nous sommes confiants sur l'Arizona", un Etat-clé, a ajouté Joe Biden, 77 ans, en appelant à la patience. "Nous allons gagner la Pennsylvanie", a-t-il proclamé. Pourtant, dans cet autre Etat-clé, Trump est en avance, alors que 6% des votes environ sont dépouillés.

  • En Pennsylvanie (20 grands électeurs), Donald Trump est en tête avec 56,6% des voix contre 42,1% à Biden selon les projections d'Edison Research effectuées à partir de 54% des votes estimés. 

  • Donald Trump remporte la Floride et ses 29 grands électeurs

    Tous les grands médias américains donnent Trump vainqueur en Floride avec un peu plus de 51%.

  • Biden en tête dans le Minnesota (10 grands électeurs)

  • Joe Biden s'exprimera dans les prochaines minutes de son fief de Wilmington, dans le Delaware.

  • L'Iowa reviendrait aussi à Trump (7 grands électeurs)

    Fox News annonce la victoire de Trump dans l'Iowa.

  • Biden gagne à Hawaï (4 grands électeurs)

    Le bastion démocrate Hawaï s'est prononcé en faveur de Joe Biden, comme attendu.

  • Le point à 6h

    La vague bleue n'a pas eu lieu. Pour l'heure, Joe Biden peut mettre à son avantage les voix de 208 grands électeurs, et Trump, 118.

    Mais les projections de Fox News voient Trump vainqueur dans trois États clés, la Floride, l'Ohio et le Texas. L'Arizona serait par contre plutôt démocrate.

    Le dépouillement doit se poursuivre et dans certains "swing states", il y a un grand retard. Le décompte pourrait ne pas être annoncé ce mercredi, notamment pour la Pennsylvanie, qui est un swing state pouvant jouer un rôle crucial.

  • Floride et Ohio penchent pour Trump... le Texas aussi

    Fox News voit Trump remporter la Floride (29 grands électeurs), le Texas (38) et l'Ohio (18), trois Etats clefs.

  • Joe Biden mène avec 209 grands électeurs, Donald Trump en a 108

    Le scrutin reste très serré, avec peu de surprises, alors que les swing states n'ont pas encore livré leurs résultats.

  • Joe Biden gagnant en Arizona

    Selon les projections, Joe Biden s'impose en Arizona (11 grands électeurs), un Etat remporté par Trump en 2016.

  • Donald Trump s'impose en Floride

    Selon Fox News, Trump remporte la victoire en Floride (29 grands électeurs).

  • 74 grands électeurs supplémentaires pour Biden

    En remportant la Californie, l'Oregon et l'Etat de Washington, trois bastions démocrates de l'Ouest, Biden s'attribue 74 grands électeurs supplémentaires, ce qui lui en fait 209, contre 115 au président sortant

  • Trump remporte l'Idaho (4 grands électeurs)

  • Joe Biden remporte l'Oregon (7 grands électeurs)

  • Le point à 5h

    Le républicain Trump cumule entre 115 et 116 grands électeurs, un des 5 grands électeurs du Nebraska pouvant être en faveur du démocrate Joe Biden.  

    Le candidat démocrate Biden a remporté de son côté 135 grands électeurs.

    → Il en faut 270 pour remporter l'élection. Pour l'heure, aucun des Etats remportés en 2016 n'a basculé vers le parti adverse. 

    Donald Trump est sur le point de remporter la Floride (29 grands électeurs) face à Joe Biden, une victoire qui lui permet de continuer à espérer un second mandat.

  • Les démocrates gardent le contrôle de la Chambre des représentants

    Les démocrates américains ont conservé et même renforcé leur majorité à la Chambre des représentants.

  • Trump sort en tête dans le Nebraska, l'Utah et le Missouri

  • Joe Biden a 135 grands électeurs de son côté, contre 95 au président sortant Donald Trump. Il en faut 270 pour remporter l'élection présidentielle. 

  • Biden remporte le New Hampshire (4 grands électeurs)

  • Biden s'impose au Nouveau-Mexique (5 grands électeurs)

  • 131 grands électeurs pour Biden, 98 pour Trump

    Joe Biden fait la course en tête au niveau des grands électeurs: il en a 131 en sa faveur et Donald Trump, 98.

  • Les démocrates prennent un premier siège de sénateur aux républicains

    Les démocrates ont pris un premier siège de sénateur aux républicains, qui détiennent actuellement la majorité à la chambre haute du Congrès, avec la victoire de l'ex-gouverneur du Colorado John Hickenlooper dans son Etat contre l'élu républicain sortant Cory Gardner.

    Les républicains contrôlent actuellement le Sénat avec 53 sénateurs sur 100. Les démocrates doivent s'emparer de quatre sièges pour reprendre la majorité du Sénat, ou de trois si le démocrate Joe Biden remporte la présidentielle puisque la vice-présidente élue Kamala Harris pourrait alors, selon la Constitution, voter pour départager un vote 50-50.  

  • Trump remporte le Kansas (six grands électeurs)

  • Trump toujours devant en Floride

    Donald Trump est toujours légèrement devant Joe Biden en Floride.  S'il remporte cet Etat-clé par excellence, qui avait contribué à sa victoire surprise il y a quatre ans, Donald Trump gardera intactes ses chances de décrocher un second mandat

  • Biden: 126 / Trump: 89

    Donald Trump a actuellement engrangé 89 grands électeurs, contre 126 pour son rival démocrate Joe Biden.

    Aucun des deux candidats n'a pour l'heure essuyé un revers dans les Etats remportés par les républicains et les démocrates en 2016. 

  • Trump empoche la Caroline du Sud (9 grands électeurs)

    Le président américain sortant a remporté la Caroline du Sud, soit un 13e Etat, selon le New York Times et NBC. 

  • Trump remporte 4 nouveaux Etats (17 grands électeurs)

    Le président américain sortant Donald Trump a remporté mardi soir quatre nouveaux Etats: la Louisiane, le Wyoming ainsi que le Dakota du Nord et du Sud, selon le New York Times, Fox News et NBC.  Ces Etats lui apportent 17 grands électeurs supplémentaires.

  • New-York et le Nouveau Mexique tomberaient dans l'escarcelle de Biden

    Le candidat démocrate Joe Biden a remporté les Etats de New York (29 grands électeurs) et du Nouveau Mexique (5), selon des nouvelles projections des médias américains.

  • Le point à 3H

    Voici les Etats déjà remportés par les deux candidats à la présidentielle américaine, le sortant républicain Donald Trump et le démocrate Joe Biden, selon les projections des grands médias américains. 
     Entre parenthèses, figure le nombre de grands électeurs par Etat. Pour l'emporter, un candidat doit en engranger 270. 
    TRUMP (63)
    Alabama (9) 
    Arkansas (6) 
    Indiana (11) 
    Kentucky (8) 
    Mississippi (6) 
    Oklahoma (7) 
    Tennessee (11) 
    Virginie occidentale (5) 
    BIDEN (88) 
    Connecticut (7) 
    Delaware (3) 
    Washington D.C (3) 
    Illinois (20) 
    Maryland (10) 
    Massachusetts (11) 
    New Jersey (14) 
    Rhode Island (4) 
    Vermont (3) 
    Virginie (13) 
  • L'équipe de campagne de Trump revendique la victoire en Floride

    L'équipe de campagne du président américain sortant revendique la victoire dans l'Etat-clé de Floride, capital pour sa réélection, alors que les médias américains n'ont toujours pas tranché. Selon les estimations du New York Times et au moment où 91% des votes ont été comptabilisés en Floride, Donald Trump est crédité de 50,6% des voix, contre 48,4 pour son adversaire démocrate Joe Biden. Le président aurait ainsi 95% de chances de l'emporter dans cet Etat.

    Le milliardaire républicain ne peut pratiquement pas se permettre de perdre la Floride et ses 29 grands électeurs pour rester à la Maison Blanche. L'Etat de Floride a été très disputé au cours des dernières élections présidentielles américaines: il avait notamment permis au républicain George W. Bush de l'emporter en 2000 et Donald Trump y avait gagné face à Hillary Clinton en 2016.

  • Biden et Trump sont véritablement au coude-à-coude

    Les deux hommes s'exprimeront dans les prochaines heures.

  • L'Arkansas (6 grands électeurs) également pour Trump

  • Le Missouri (10 grands électeurs) pour Donald Trump

  • Rhode Island (4 grands électeurs) pour Biden

  • Le Connecticut (7 grands électeurs) tomberait également Biden

  • L'Illinois (20 grands électeurs) pour Joe Biden

  • Trump remporterait également le Mississipi (6 grands électeurs)

  • Trump remporterait l'Alabama (9 grands électeurs)

  • Le Tennessee également pour le président sortant, le Massachusetts pour Biden

    Ces deux Etats comptent tous les deux 11 grands électeurs.

  • L'Oklahoma (7 grands électeurs) tomberait chez Trump

  • Le Maryland et ses 10 grands électeurs seraient pour Biden

  • Biden remporterait également Washington (3 grands électeurs)

  • Biden remporterait également le Delaware, son fief (3 grands électeurs)

  • Barack Obama prie les électeurs américains à ne pas se laisser dissuader d'aller voter

    L'ancien président américain Barack Obama, démocrate, invite les électeurs américains à ne pas se laisser dissuader d'aller voter, et rappelle que s'ils sont dans une file d'attente avant la fermeture des bureaux de vote, ils conservent le droit de déposer leur bulletin. "Il y a une raison pour laquelle certains essaient de rendre votre vote compliqué: ils savent que si vous le faites, les choses changent. Et c'est pourquoi la réponse n'est pas de rester à la maison. C'est de se présenter (aux urnes, NDLR) comme jamais auparavant et leur montrer ce pourquoi ce pays se bat", a communiqué via Twitter l'ancien président démocrate.

    "Si vous êtes dans une file d'attente avant que les bureaux de vote ferment, vous avez le droit de voter. Restez dans la file aussi longtemps que nécessaire", prie le démocrate qui soutient la candidature de Joe Biden, son ancien vice-président, face à celle du président sortant républicain Donald Trump. Hillary Clinton, ex-première dame, Secrétaire d'Etat de Barack Obama, et candidate malheureuse démocrate à la présidentielle de 2016, a partagé un message similaire. "Restez dans la file, faites passer le mot, et merci de défendre notre démocratie", a-t-elle tweeté. Tous deux, ainsi que le candidat Joe Biden et sa colisitière Kamala Harris, partagent également sur ce réseau des numéros de téléphone de la protection et d'assistance aux électeurs.

  • Le chef républicain du Sénat américain Mitch McConnell réélu

    Le chef de la majorité républicaine au Sénat américain et allié de Donald Trump Mitch McConnell a été réélu dans son Etat du Kentucky, selon la chaîne de télévision Fox News et le New York Times.  

    Ce conservateur âgé de 78 ans a battu une candidate démocrate et ex-pilote de chasse, Amy McGrath. Mitch McConnell siège à la chambre haute du Congrès depuis janvier 1985.

  • Biden remporterait le New Jersey (14 grands électeurs)

  • Trump remporterait la Caroline du Sud (9 grands électeurs)

  • Biden remporte également l'Etat de Virginie (13 grands électeurs)

  • Trump donné vainqueur dans l'Etat de l'Indiana

    Le président sortant Donald Trump est donné vainqueur dans l'Etat de l'Indiana dans le Nord des Etats-Unis, selon les chaînes de télévision CNN et NBC. Cette victoire donnerait au républicain 11 grands électeurs.

  • Trump remporterait également l'Etat de Virginie occidentale (5 grands électeurs)

  • Joe Biden remporte l'Etat du Vermont (3 grands électeurs), dont est originaire Bernie Sanders

  • Les bureaux de vote ont fermé à 1H dans l'Etat-clé de Géorgie et dans cinq autres Etats de l'est des Etats-Unis.

    Les bureaux de vote fermeront progressivement d'est en ouest, les derniers clôturant à 7H. Le nom du vainqueur ne sera peut-être pas connu dans la nuit de mardi à mercredi en raison du vote par correspondance qui risque de retarder le dépouillement dans de nombreux Etats déterminants.

  • Enquête sur des appels suspects visant à dissuader le vote des Américains

    Le FBI et la procureure générale de New York enquêtent sur des appels automatisés (robocalls) disséminant de fausses informations et décourageants les électeurs américains à se rendre aux urnes. "Les tentatives visant à empêcher les électeurs de voter avec de la désinformation sont illégales et ne seront pas tolérées", a communiqué sur Twitter Letitia James, la plus haute responsable de l'application de la loi à New York, en annonçant l'ouverture de cette enquête.

    Les autorités américaines ont mis en garde contre le fait que des électeurs à travers tout le pays reçoivent de tels appels automatisés suspects. Dana Nessel, procureure générale du Michigan a aussi déclaré que les habitants de la ville de Flint par exemple entendaient lors de ces appels qu'"en raison de la longues files d'attente, ils devraient voter demain". "Il est évident que c'est FAUX et qu'il s'agit d'un effort pour supprimer le vote. Il n'y a pas de longues files d'attente et aujourd'hui est le dernier jour pour voter. Ne croyez pas les mensonges", assure-t-elle aussi.

  • Trump donné en tête dans le Kentucky

    Selon CNN, le président sortant est aussi en tête dans le Kentucky, selon les premiers résultats. Donald Trump avait gagné cet état avec une large avance en 2016.

    Cet État compte 8 grands électeurs.

  • Trump largement en tête dans l'Indiana, selon de premiers résultats

    Peu après la fermeture des bureaux de vote en Indiana, de premiers résultats donnent Donald Trump largement en tête, rapporte CNN., avec 68,3% contre 29,7% pour Joe Biden.

    L'Indiana compte 11 grands électeurs.

  • Des centaines de personnes devant la Maison Blanche pour la soirée électorale

    Au milieu de la musique et des slogans politiques, des centaines de personnes se pressaient ce mardi sur la Black Lives Matter Plaza de Washington, devenu le symbole de l'opposition à Donald Trump aux abords de la Maison Blanche transformée en camp retranché. En fin d'après-midi, la foule, en grande majorité favorable au candidat démocrate Joe Biden, se pressait sur cette large avenue emblématique menant à la Maison Blanche pour attendre les résultats dans une ambiance festive, rythmée par le son des groupes de "go-go music", un genre proche du funk typique de Washington.

    "Je suis là pour faire la fête, j'espère voir le président s'en aller", a expliqué à l'AFP Malik Williams, 27 ans, un conseiller dans une école de l'Etat du Maryland voisin. Il s'est dit confiant dans la défaite du président Trump, notamment grâce aux votes par anticipation qui "ont battu des records". Environ 100 millions d'électeurs ont ainsi voté avant le jour de l'élection, du jamais vu dans l'histoire des Etats-Unis. Concetta Leanza, 34 ans, et son amie Ruby Estoy, 40 ans, ont ainsi voté "dès que les bureaux ont ouverts" le 24 octobre dans l'Etat de Floride, avant de venir dans la capitale dimanche. Elles ont prévu de quitter la "BLM Plaza" à la nuit tombée par précaution, alors que des rumeurs de violences pendant la soirée ont fleuri sur les réseaux sociaux ces derniers jours.

    La plupart des bâtiments du quartier ont été protégés par du contre-plaqué pour éviter les éventuelles dégradations et un important dispositif policier était en place. Lori Ricks, la cinquantaine, veut mettre "dehors" le milliardaire républicain. "Jamais auparavant ils n'ont mis des grilles autour de la Maison Blanche ou protégé les bâtiments. Cela en dit beaucoup" sur les tensions au sein de la société américaine, a-t-elle expliqué. Certains tentent d'engager la conversation avec les rares partisans de Donald Trump. Chris, un Afro-Américain de 29 ans, pare les arguments d'un supporteur du président, sans succès. Même si c'est un dialogue de sourds, il est satisfait d'avoir tenté. "Le dialogue aide toujours tant qu'on reste poli", dit-il. "Peu importe ce qu'il va arriver, on ne peut pas détruire notre pays, il faut essayer ensemble d'améliorer la situation de chacun".

  • Joe Biden invite les électeurs à aller voter à une heure de la fermeture des bureaux de vote

  • Le coronavirus et l'économie en tête des préoccupations des Américains, selon des sondages

    Le coronavirus et l'économie étaient en tête des préoccupations de la moitié des électeurs américains ce mardi, selon des sondages réalisés à la sortie des urnes et compilés par l'institut Edison Research. Pour cinq électeurs sur dix, l'épidémie de coronavirus, qui a contaminé plus de 9,4 millions d'américains et en a tué plus de 230.000 cette année, doit être prioritairement maîtrisée, même aux dépens de l'économie.

    Edison Research, qui compile les sondages de sortie des urnes et annonce les résultats en temps réels pour le National Election Pool, un consortium de médias, ajoute que quatre Américains sur dix pensent que les efforts pour tenter de maîtriser l'épidémie de coronavirus sont "très mauvais." Trois Américains sur dix ont cité l'économie comme étant la question la plus importante pour eux à l'heure de se déterminer entre Donald Trump et Joe Biden. Deux sur dix répondent que le COVID-19 était la question la plus importante pour eux.

    Sept Américains sur dix enfin indiquent qu'ils ont fait leur choix entre le président républicain sortant et son adversaire démocrate avant le mois de septembre.

  • Les premiers bureaux de vote ont fermé à minuit, notamment dans les Etats du Kentucky et de l'Indiana.

    Ces deux Etats sont réputés plutôt acquis à la cause républicaine, et donc au président sortant Donald Trump. Le vice-président Mike Pence est en outre originaire de l'Etat d'Indiana, un Etat qui a voté pour un président républicain sur 12 des 13 dernières élections, relève Associated Press. Le candidat démocrate Joe Biden y a donc prêté peu attention lors de sa campagne.

  • Donald Trump va regarder les résultats du scrutin depuis la Maison Blanche

    Le président américain va regarder les résultats du scrutin depuis l'aile Est de la Maison Blanche, accompagné de ses conseillers et de sa famille.

    C'est ce qu'a indiqué à CNN Alyssa Farah, la directrice de la communication de la Maison Blanche.

  • "Nous aimons ce que nous voyons"

    "Nous aimons ce que nous voyons, surtout dans le Wisconsin et en Pennsylvanie", a déclaré l'équipe de campagne de Trump dans un briefing. "Nous nous sentons mieux", ont-ils ajouté.

  • Moment de confusion embarrassant pour Joe Biden, le jour de l'élection

    Le candidat démocrate a commis ce mardi une série de lapsus embarrassants, en apparaissant confondre ses petites-filles et en disant présenter à un groupe d'électeurs son fils Beau... qui est décédé en 2015. Biden s'exprimait à Philadelphie, plus grande ville de la Pennsylvanie, un mégaphone en main. "Voici mon fils Beau Biden, que beaucoup parmi vous ont aidé à élire au Sénat du Delaware. Voici ma petite-fille Natalie", dit-il, en prenant en fait par les épaules une autre de ses petites-filles, Finnegan.

    Se rendant alors compte de sa méprise, le septuagénaire se reprend ainsi, d'un ton confus: "Ah non, attendez, ce n'est pas la bonne." Il prend alors par les épaules son autre petite-fille présente sur place, Natalie. Cette dernière est la fille de son fils Beau, décédé il y a cinq ans.

    Biden, que Donald Trump accuse de sénilité sans toutefois aller jusqu'à employer ce mot, est familier des gaffes et bévues de ce type. Joe Biden avait une relation très forte avec son fils Beau, dont il parle fréquemment dans ses discours de campagne en lui rendant des hommages appuyés. Ancien procureur général du Delaware, réserviste de l'armée envoyé en Irak, Beau Biden semblait promis à un destin national avant d'être emporté par un cancer du cerveau.

  • Le gouverneur du Vermont, pourtant républicain, a voté pour Joe Biden

    Phil Scott, à la tête de l'État du Vermont, a voté pour le démocrate Joe Biden. Il est le premier gouverneur républicain à annoncer publiquement son soutien au rival du président républicain Donald Trump, signalent les médias américains. Le locataire de la Maison Blanche "a eu quatre ans pour unifier ce pays et a échoué", a-t-il indiqué. Cela fait des mois que Phil Scott disait qu'il ne voterait pas pour Donald Trump mais il n'avait pas précisé à qui il donnerait son vote.

    D'autres républicains éminents, dont le sénateur Mitt Romney et le gouverneur Larry Hogan, ont annoncé précédemment qu'ils ne voteraient pas non plus pour l'actuel président. Le premier n'a pas dit pour qui il a voté tandis que le second a déclaré qu'il avait rempli son vote avec le nom de l'ancien président Ronald Reagan.

  • Biden à propos de Trump: "Quoi qu'il fasse, quoi qu'il dise, on comptera les voix"

    Dans la course à la présidentielle américaine, des déclarations de Donald Trump à la presse avaient pu laisser présager une querelle concernant les résultats du scrutin, en cas de défaite. Le président avait notamment souligné que cette élection allait être "la plus truquée de l'histoire du pays".

    Interrogé ce mardi à Wilmington, dans le Delaware, à ce propos, Joe Biden a assuré que "quoi qu'il [Donald Trump] fasse, quoi qu'il dise, on comptera les voix".

  • Joe Biden prononcera son discours de victoire ou de défaite à son QG de Wilmington, dans le Delaware

    Joe Biden, sénateur du Delaware de 1973 à 2009, va prononcer son discours de victoire ou de défaite à son QG de Wilmington, dans la région. Une ville où il a vécu à partir de ses 10 ans.

  • Au jour de l'élection, Joe Biden signe le mur de sa maison d'enfance

    Joe Biden aime à rappeler qu'il a grandi dans la ville industrielle de Scranton. A l'heure du scrutin présidentiel, le candidat démocrate est retourné dans sa maison d'enfance pour y écrire un message sur l'un de ses murs, dans l'espoir qu'il lui porte chance. "De cette maison, à la Maison Blanche, par la grâce de Dieu", a-t-il rédigé au stylo noir sur un mur du salon, signant de son nom et ajoutant la date du jour, gravée dans la tête de tous les Américains depuis des mois.

    La photographie de l'inscription a été publiée par l'un des journalistes qui le suivait mardi à travers la Pennsylvanie, l'un des Etats pivots susceptibles de faire basculer l'élection. La scène rappelait un moment similaire en 2008: alors candidat à la présidence pour sa deuxième tentative, Joe Biden avait cette fois signé le mur d'une chambre de cette même maison. Sa campagne l'avait à l'époque mené à être choisi par Barack Obama pour devenir son vice-président, durant huit années. 

    Retourner à ses racines est devenu une tradition pour cet ancien sénateur de l'Etat voisin du Delaware, où il avait déménagé à l'âge de 10 ans. "Nous allons à la maison", avait lancé Joe Biden, 77 ans, aux journalistes avant d'atterrir à Scranton, pour l'une des dernières étapes d'une campagne de 18 mois. L'occupante de la maison, Anne Kearns, n'a pas semblé contrariée. "Je vous regarde tout le temps" à la télévision, a-t-elle dit au candidat lors d'un bref échange, avant de l'inviter à entrer. "Je suis si fière de vous."

    ©REUTERS

  • L'équipe de Joe Biden reste confiante sur une victoire: "il est clair que nous sommes en train de gagner"

    La directrice de campagne de Joe Biden, Jen O'Malley Dillon, a déclaré que l'équipe du démocrate est sur le chemin vers la victoire et "lucide" sur ce qui se passera ensuite. L'équipe de campagne continue de penser que le vainqueur sera connu ce soir

    Elle a souligné à plusieurs reprises au cours d'un briefing qu'ils n'ont pas besoin de gagner la Floride et la Pennsylvanie pour arriver aux 270 voix électorales, offrant ainsi la victoire au démocrate. Si Biden ne remporte pas la Pennsylvanie, les membres de son équipe voient tout de même un chemin vers la victoire qui comprend une percée au Michigan et au Wisconsin ainsi qu'en Floride, en Caroline du Nord ou en Arizona.

    Sans la Pennsylvanie ni la Floride, Biden devra compter sur une victoire au Michigan, au Wisconsin et en Arizona ou en Caroline du Nord. Mais Dillon a néanmoins déclaré qu'ils estiment que la Pennsylvanie est un endroit où ils sont "très en avance". Elle a affirmé que la campagne avait envoyé 32 millions de messages et frappé à 1,3 million de portes lors du dernier week-end de l'élection "Get Out the Vote".

  • Donald Trump estime que les Américains sont "en droit de connaître le vainqueur" le jour de l'élection

    Les Américains sont "en droit de connaître le vainqueur" le jour de l'élection, a lancé mardi Donald Trump, lors d'une visite dans un QG de campagne du parti républicain en banlieue de Washington.

    "Nous sommes en droit de connaître le vainqueur le 3 novembre", a insisté le président républicain, qui s'exprimait à Arlington en Virginie. Le recours accru des électeurs américains au vote par correspondance pourrait retarder le dépouillement des bulletins, donc l'annonce des résultats.

  • Facebook prêt à sévir contre la désinformation sur les résultats

    Facebook a annoncé une série de mesures visant à garantir l'intégrité du scrutin présidentiel, assurant notamment vouloir limiter la diffusion de toute annonce de victoire avant que les résultats définitifs ne soient connus. "Si un candidat à l'élection présidentielle déclare une victoire prématurée, nous ajouterons des informations plus spécifiques dans les messages d'avertissement sous ses publications, ainsi que dans les notifications en haut du fil d'actualités, et nous continuerons d'afficher les derniers résultats de votre Centre d'information sur les élections", a tweeté lundi soir le service de presse de Facebook.

    Par ailleurs, les usagers du réseau social aux Etats-Unis voient apparaître depuis ce matin une vignette sur leur page d'accueil et sous les publications des candidats leur rappelant que c'est le jour des élections, les aidant à trouver leur bureau de vote le plus proche et leur permettant d'indiquer qu'ils ont voté.  Facebook s'est aussi engagé à retirer les contenus cherchant à décourager des électeurs de se rendre aux bureaux de vote ou à les intimider.

    De son côté, Twitter a ajouté un avertissement sous un tweet de M. Trump lundi soir prétendant qu'une décision judiciaire sur le comptage des voix en Pennsylvanie pourrait conduire à "de la triche" et entraînerait "de la violence dans les rues." 

  • Le ministre américain de la Sécurité intérieure appelle à la patience face aux résultats

    Le ministre américain à la Sécurité intérieure a appelé mardi les électeurs à attendre patiemment le résultat des élections, face à un dépouillement qui pourrait être plus long qu'à l'accoutumée et aux spéculations sur une annonce de victoire anticipée de Donald Trump.

     "Il est important de reconnaître que ce processus pourra prendre du temps", a déclaré Chad Wolf au cours d'une conférence de presse. Il a par ailleurs assuré que le système électoral américain était "résistant" malgré les tentatives de cyberattaques menées par plusieurs pays comme l'Iran et la Russie. "Nous n'avons aucune indication qu'un acteur étranger ait réussi à compromettre ou affecter les votes de ce scrutin", a-t-il déclaré. "Mais nous restons en alerte".

    De son côté, le responsable de la cybersécurité des élections, Chris Krebs, a assuré que les résultats du scrutin, qui ne commenceront à être connus qu'à partir de mardi soir, seront fiables. Mais il a prévenu que certains pourraient encore tenter de perturber le déroulement du scrutin ou de mener des attaques informatiques contre les machines électroniques utilisées pour voter, les bases de données ou les systèmes de transmission des résultats. "J'appelle donc tous les Américains à faire preuve de patience et à prendre toutes les affirmations sensationnelles et non confirmées avec scepticisme". 

  • Melania Trump vote mais sans masque en Floride

    Melania Trump a voté mardi dans un bureau de vote de Palm Beach en Floride. La First Lady, 50 ans, ne portait toutefois pas de masque en dépit de l'épidémie de coronavirus.

    Son époux, le président Donald Trump, avait déjà fait de même voici une semaine et demie. Melania Trump avait alors expliqué qu'elle souhaitait voter le jour des élections. La résidence officielle des époux Trump se trouve dans leur complexe hôtelier de luxe de Mar-a-Lago à Palm Beach. 

  • Près de 100 millions d'Américains ont voté de manière anticipée

    Près de 100 millions d'Américains ont déjà voté de manière anticipée pour l'élection présidentielle, selon la base de données "US Elections Project" de l'Université de Floride. Le compteur affichait 99.657.079 "votes anticipés" mardi à 16h30 (heure belge).

    Selon le programme, 63.936.249 électeurs ont voté par correspondance et 35.720.830 ont voté en personne. Certains États ne font pas de différence entre les deux méthodes.

  • Ce scénario électoral que les marchés veulent à tout prix éviter

    Si l'élection présidentielle US débouche sur des résultats contestés, ce serait le pire des scénarios pour les marchés financiers. Certains prédisent une chute de 10% à 20% des actions à Wall Street.

  • Le retour ou non des Etats-Unis dans l'accord de Paris entre les mains des électeurs

    Juste après les élections américaines (présidentielle et du Congrès), les Etats-Unis sortiront officiellement de l'accord de Paris sur le climat, conformément à la procédure lancée en juin 2017 par Donald Trump, et ce, quel que soit le résultat de l'élection, rappelle ABC News mardi. "L'heure est venue de quitter l'accord de Paris", avait déclaré le 1er juin 2017 le président américain, qui avait ajouté: "J'ai été élu pour représenter les habitants de Pittsburgh, pas de Paris."

    Les Etats-Unis ont officialisé leur intention de se retirer de l'accord de Paris le 4 novembre 2019. La notification par les USA à l'ONU, qui ne pouvait intervenir plus tôt en raison d'une clause inscrite dans le texte, avait enclenché un compte-à-rebours d'un an avant que Washington ne puisse effectivement quitter l'accord. Selon Donald Trump, l'accord nuira à l'économie américaine et pourrait entraîner la perte de 2,5 millions d'emplois d'ici 2025.

    Le candidat démocrate à la présidentielle, Joe Biden, a pour sa part fait savoir qu'il souhaitait réintégrer l'accord s'il était élu. Selon ABC News, cela pourrait alors être fait en moins de six mois. 

  • Donald Trump assure avoir "une très solide chance de gagner"

    Lors d'une interview à l'émission "Fox & Friends", le président américain Donald Trump a assuré mardi avoir "une très solide chance de gagner" la présidentielle. Le président républicain, que les sondages placent derrière son rival démocrate Joe Biden, a estimé que "les foules incroyables" présentes à ses meetings allaient "se traduire" par des votes en sa faveur et créer la surprise, comme en 2016.

    "On va gagner très largement au Texas, en Floride, en Arizona. Je pense que les résultats seront très bons pour nous en Caroline du Nord", a-t-il encore prédit, en référence à plusieurs États où les résultats pourraient être serrés. "Je pense que nous allons gagner en Pennsylvanie", un autre Etat-clé, a-t-il ajouté plus tard, lors de cette interview de plus d'une demi-heure. Le président a affirmé qu'il remporterait davantage de grands électeurs que les 306 gagnés en 2016. Pour accéder à la Maison Blanche, un candidat doit obtenir au moins 270 des 538 grands électeurs attribués au niveau des Etats. 

    "Je déclarerai victoire seulement lorsque nous aurons une victoire. Il n'y a aucune raison de tirer des plans sur la comète."
    Donald Trump
    Président des Etats-Unis

    Donald Trump a par ailleurs balayé les inquiétudes selon lesquelles il pourrait déclarer victoire avant l'annonce de résultats officiels dans les Etats. Interrogé sur le moment où il se déclarerait gagnant, il a répondu: "seulement lorsque nous aurons une victoire. Il n'y a aucune raison de tirer des plans sur la comète". 

    Concernant la suite de sa journée, le président a indiqué qu'il irait "remercier" dans la matinée des membres du parti républicain en Virginie. Une visite qui aura lieu à Arlington, dans la banlieue de la capitale américaine, selon son programme officiel, qui ne comporte pour le moment pas d'autres événements. 

  • Obama donne une dernière impulsion à Miami en faveur de Biden

    L'ancien président Barack Obama a tenté, lundi soir, lors d'une dernière veillée électorale à Miami, d'augmenter le taux de participation des électeurs démocrates, en ciblant son message sur ceux qui avaient voté en 2008 et 2012, mais étaient restés chez eux lorsque Donald Trump avait remporté l'État de Floride quatre ans plus tard, rapporte le quotidien Miami Herald.

    "La raison pour laquelle je suis de retour ici, en Floride du Sud, est que certains d'entre vous n'ont pas encore voté."
    Barack Obama
    ex-président des États-Unis

    "Ce n'est pas parce que vous pensez que le gars en place fait du bon travail que votre vote fera une différence, mais parce que vous êtes sceptiques. Je veux vous parler. Je ne connais pas votre situation mais si vous m'écoutez et que vous n'avez pas encore voté, sachez qu'un président ne peut pas résoudre tous les problèmes, qu'un gouvernement ne peut pas résoudre tous les problèmes, mais qu'il peut améliorer les choses."

  • Ouverture des bureaux de vote à New York

    Les bureaux de vote new-yorkais ont ouvert à 6h (midi, heure belge) pour le scrutin présidentiel américain, ainsi que certains dans le New Jersey, le Connecticut, le Maine et la Virginie. Rappelons qu'avant même le jour du scrutin, près de 100 millions d'électeurs avaient déjà voté par anticipation, soit en personne soit par correspondance, un record.

    100 millions
    d'électeurs
    Près de 100 millions d'électeurs ont déjà voté par anticipation, un record.

  • Tout ce qu'il faut savoir pour suivre l'élection présidentielle américaine

    Les bureaux de vote sont ouverts aux États-Unis. Qui de Biden ou Trump l'emportera? La rédaction de L'Echo est en direct jusqu'au bout de la nuit pour suivre l'annonce des résultats. Comment suivre cette présidentielle américaine? Voici ce que vous devez savoir. 

  • Plusieurs grandes villes américaines se barricadent par crainte d'émeutes post-électorales

    De nombreux commerces, restaurants et hôtels de New York ont barricadé leurs portes et vitrines par crainte de violentes manifestations après l'élection présidentielle. La police a barricadé la zone autour de la Trump Tower sur la 5e Avenue. La police devrait, selon le maire Bill de Blasio, être préparée à de nombreuses et longues protestations ainsi qu'à des confrontations entre différents groupes. Des interventions auront lieu immédiatement en cas de violences, a fait savoir le maire démocrate.

    De nombreuses manifestations, pour la plupart pacifiques, avaient eu lieu dans la métropole après les élections présidentielles de 2016. Les choses pourraient cependant dégénérer cette fois-ci vu les tensions entre les deux camps. La zone autour de la Maison-Blanche à Washington a également été bouclée, tout comme la rue commerçante de Rodeo Drive à Beverly Hills, fermée aux piétons et voitures pendant deux jours.

  • Les 10 swing states à suivre

    La présidentielle américaine devrait se jouer dans dix États-clés ("swing states"), susceptibles de basculer d'un parti à l'autre. Ces États seront déterminants dans la course aux 270 grands électeurs nécessaires pour remporter l'élection: ils représentent 179 grands électeurs sur les 538 au total. 

    1. Floride (29 grands électeurs). Donald Tump ne doit pas perdre le "Sunshine State" qui compte une large communauté d'origine cubaine et de très nombreux retraités, deux groupes traditionnellement conservateurs. Joe Biden, qui possède une très courte avance, espère attirer les jeunes urbains, notamment les latinos, sensibles aux questions d'immigration. 

    2. Caroline du Nord (15). Donald Trump compte sur la population blanche, rurale et plutôt âgée, ainsi que sur la communauté évangélique dont le soutien a été décisif en 2016. Joe Biden doit faire le plein des votes afro-américains et des jeunes urbains pour l'emporter.

    3. Pennsylvanie (20). Donald Trump s'était imposé d'un cheveu dans cet État traditionnellement démocrate marqué par le déclin industriel. Pour le reprendre, Joe Biden compte sur les électeurs urbains, les personnes âgées et les ouvriers, qui avaient délaissé Hillary Clinton en 2016. Donald Trump, lui, veut capitaliser sur la population blanche rurale et limiter les pertes dans l'électorat de couleur, en promettant un rebond "fantastique" de l'économie s'il est réélu. 

    4. Wisconsin (10). En 2016, Hillary Clinton avait fait l'impasse sur la "laiterie de l'Amérique", qui l'avait puni en votant d'un cheveu pour Donald Trump. La bataille sera serrée dans cet État où des affrontements entre militants antiracistes et miliciens d'extrême-droite ont fait deux morts fin août. 

    5. Michigan (16). Trump avait fait basculer cet État historiquement démocrate dans le camp républicain, en promettant un essor économique dans cet ancien bassin industriel. Les démocrates comptent sur les votes des électeurs blancs de banlieue, de la communauté noire et des ouvriers syndiqués. 

    6. Arizona (11). Joe Biden veut frapper un grand coup dans cet État du sud-ouest qui n'a plus voté démocrate depuis 1996. Il compte sur le vote des jeunes urbains latinos, qui avaient porté Kyrsten Sinema pour un siège au Sénat en 2018. Donald Trump s'est aliéné une partie des conservateurs en dénigrant John McCain, héros de la guerre du Vietnam et longtemps sénateur de l'État avant sa mort en 2018. Mais il a le soutien des opposants à l'immigration illégale qui approuvent la construction d'un mur à la frontière mexicaine. 

    7. Géorgie (16). Joe Biden qui compte sur les voix de l'importante communauté noire (32% de la population) et des électeurs urbains, traditionnellement démocrates alors que Donald Trump avait enlevé les 16 grands électeurs en devançant largement Hillary Clinton en 2016. 

    8. Iowa (6). Donald Trump a largement remporté cet État agricole peu peuplé, religieux et très majoritairement blanc, qui avait pourtant voté deux fois pour Barack Obama en 2008 et 2012. Mais les six grands électeurs pourraient aller à Joe Biden cette fois, en raison de la guerre commerciale avec la Chine et le Brésil - l'Iowa est un grand producteur d'éthanol - ainsi que la crise économique provoquée par le coronavirus. 

    9. Ohio (18). Donald Trump y avait triomphé en 2016 en attirant les démocrates déçus, que Joe Biden tente de faire revenir dans son camp. Car malgré ses promesses, le milliardaire n'a pas ramené les emplois en Ohio (18 grands électeurs), frappé par la crise industrielle, les délocalisations, et où la situation est inquiétante pour les agriculteurs. 

    10. Texas (38). C'est pour Donald Trump l'autre État à ne pas perdre. Le président parie sur sa politique anti-immigration et son soutien à l'industrie pétrolière. Mais Joe Biden pourrait créer la surprise au Texas qui vote républicain à chaque présidentielle depuis 1980, grâce à la démographie changeante dans l'État, notamment la croissance de la communauté hispanique, et la mobilisation des jeunes diplômés urbains.

    179
    grands électeurs en jeu dans les swing states
    Les 10 États-clés représentent 179 grands électeurs sur les 538 qui sont en jeu.

  • Un clip de campagne lunaire "Latinos por Donald Trump"

    "Yo voy a votar por Donald Trump" sur une petite musique cumbia, c'est le clip de campagne incroyable mais vrai que Donald Trump a lancé à destination des électeurs latinos cette semaine.

    On y retrouve à peu près tous les clichés de la culture latino, illustrés par de jolies vidéos issues de banques d'images et ponctués par le fameux "I'm Donald Trump, and I approve this message".

    Cette campagne est décidément hors-norme...

    Latinos por Trump

  • Trump: "Nous allons une nouvelle fois écrire une page d'histoire"

    Quatre minutes avant minuit, adulé par des milliers de partisans sous une lune presque pleine, Donald J. Trump est monté lundi soir sur la scène de son dernier meeting de campagne, et peut-être de sa vie politique. Le 17e meeting des quatre derniers jours.  

    "Nous allons gagner quatre ans de plus dans cette très belle, belle, belle Maison-Blanche. Nous avons écrit une page d'histoire il y a quatre ans, et demain nous allons une nouvelle fois écrire une page d'histoire", a lancé le 45e président américain, devant une marée de casquettes rouges, de jeunes et de vieux emmitouflés dans des drapeaux américains ou des couvertures Trump, dont certains attendaient depuis le matin.  

    Par superstition assumée, il avait choisi pour la fin de campagne Grand Rapids, ville industrielle du Michigan où il avait terminé sa campagne il y a quatre ans exactement, là encore de nuit. C'est l'un des États qui l'ont conduit à la Maison-Blanche. Seule concession aux mesures anti-Covid-19, le lieu était, cette fois, en plein air, près d'un hangar de l'aéroport. La minorité de gens au visage couvert portaient des masques "Trump".  

    Pour son dernier show, le président Trump n'avait pas prévu de discours spécial. Mais les grands classiques étaient là: son bilan en matière d'économie, concernant pétrole, l'armée, même contre la pandémie, alors qu'il n'a toujours pas eu un mot de compassion envers ceux en étant décédé et leurs familles. Par contre, il a rappelé qu'il y a un mois, il était malade du Covid-19, balayant la mésaventure d'un: "Je suis là, non?" 

    Après une heure et quart sur scène, Donald Trump a promis, une ultime fois, de rendre à l'Amérique sa grandeur, dansé les quelques pas traditionnels de "YMCA", et est remonte dans Air Force One, direction Washington.

    ©AFP

  • Un village du New Hampshire lance l'élection

    Les cinq électeurs de Dixville Notch, un hameau de 12 habitants dans le nord-est des États-Unis, ont lancé symboliquement l'élection présidentielle ce mardi à minuit, en votant à l'unanimité pour le démocrate Joe Biden. Ce village perdu dans les forêts du New Hampshire, près de la frontière canadienne, a perpétué une tradition établie depuis 1960, qui lui vaut le titre de "First in the Nation" (Premier du pays).  

    Hormis le village voisin de Millsfield, qui votait également dans la nuit, la plupart des bureaux de vote de la côte Est ouvriront à 06h00 (12h00 heure belge) ou 07h00 (13h00 HB). Un troisième village de la région, qui suivait la même tradition, a annulé le vote nocturne à cause de la pandémie de coronavirus.

    Le scrutin n'a pris que quelques minutes à Dixville Notch, comme le dépouillement et l'annonce des résultats: cinq votes pour M. Biden, aucun pour le président républicain Donald Trump, qui brigue un second mandat. 

  • Texas: 127.000 bulletins de vote confirmés par un tribunal

    Un tribunal fédéral du Texas a débouté, lundi, un groupe de républicains qui voulaient faire invalider quelque 127.000 bulletins déposés par des électeurs en voiture dans le comté de Harris, qui englobe Houston, à la veille de l'élection présidentielle. Ce recours était l'une des multiples actions en justice intentées. Celles-ci pourraient aller jusqu'à la Cour suprême pour désigner le vainqueur du scrutin en cas de résultats serrés.

    Le parti républicain texan estimait que la pratique du vote par anticipation en "drive-through", où l'électeur dépose son bulletin sans quitter son véhicule, était illégale car il existait déjà la possibilité de déposer les bulletins dans une boîte aux lettres dédiée. Près de 10 millions de Texans ont déjà voté de façon anticipée, soit plus que le nombre total d'électeurs ayant voté en 2016. 

  • Ce que disent les derniers sondages

    Les sondages placent depuis des mois le démocrate Joe Biden dans le statut de favori à l'élection présidentielle aux États-Unis, mais le républicain Donald Trump affirme qu'il les fera mentir comme lors de sa victoire surprise de 2016. Le point sur les dernières intentions de vote lundi, à la veille du scrutin. 

    À l'échelle nationale: Biden en tête

    D'après la moyenne des études d'opinion établie par le site RealClearPolitics, Joe Biden, avec 50,7% des intentions de vote, a une avance de 6,8 points sur Donald Trump (43,9%). Cet avantage est resté globalement stable au fil des mois, même s'il a parfois atteint des pics d'une dizaine de points. L'avance actuelle représente plus du double de celle dont disposait Hillary Clinton à la veille du vote, il y a quatre ans. À l'époque, les sondages avaient été relativement justes concernant le vote populaire, remporté par la démocrate.  

    Etats-clés: avantage Biden, serré en Floride

    Pour accéder à la Maison-Blanche, toutefois, c'est une majorité de grands électeurs attribués État par État qu'il faut gagner. Pour cela, l'attention se concentre sur une poignée d'États-clés susceptibles de passer d'un camp à l'autre.  

    Joe Biden devance confortablement Donald Trump dans les sondages dans le Michigan (+5,1 points) et le Wisconsin (+6,6 points), deux États du nord du pays gagnés, à la surprise générale, par le milliardaire républicain il y a quatre ans, contribuant à sa victoire.

    En Pennsylvanie, l'un des États les plus observés de cette élection, son avance est inférieure, de 2,9 points, dans la marge d'erreur.

    Dans les Etats-clés du Sud, les intentions de vote sont nettement plus serrées.  

    En Floride, que Donald Trump doit à tout prix conserver s'il ne veut pas anéantir ses chances de second mandat, les candidats sont au coude-à-coude (+1,7 point pour Joe Biden). Le démocrate est devant, selon le dernier sondage New York Times/Siena (+3 points), mais selon celui du Washington Post/ABC News, c'est le républicain qui mène (+2 points).  

    Même situation dans l'Arizona (+0,5 point en moyenne pour Joe Biden).  

    En Caroline du Nord, les courbes se sont croisées dans la dernière ligne droite, et donnent maintenant une légère avance de 0,5 point à Donald Trump.

    D'autres sites spécialisés, comme FiveThirtyEight, calculent leurs moyennes différemment et affichent un peu partout des chiffres finaux sensiblement plus favorables au démocrate. Dans les États-clés toutefois, des instituts de sondages étiquetés républicains donnent plus souvent l'avantage au président sortant. Ces organisations, comme Trafalgar, sont accusées par plusieurs observateurs et sondeurs d'être partisanes et d'utiliser une méthodologie douteuse. Mais, elles se targuent d'avoir vu venir la victoire de Donald Trump en 2016. 

    Si les moyennes des derniers sondages, État par État, se trompaient autant qu'il y a quatre ans, Joe Biden l'emporterait malgré tout. Mais il n'est pas à l'abri d'une erreur encore plus grande. 

  • Biden: "Il est temps de reprendre notre démocratie"

    Le candidat démocrate à la présidentielle américaine Joe Biden a appelé les électeurs à "reprendre" le contrôle de la démocratie, lors de son dernier grand meeting de campagne à la veille de l'élection, lundi à Pittsburgh, en Pennsylvanie. "Il est temps de se relever et de reprendre notre démocratie", a-t-il lancé à la fin de son discours dans la ville où il avait débuté sa campagne, il y a 18 mois, et dans un État remporté sur le fil par Donald Trump en 2016.

    Lors de son dernier meeting de la campagne, à Pittsburgh.
    "Le pouvoir est entre vos mains, Pennsylvanie!"
    Joe Biden

    L'ancien vice-président américain, 77 ans, s'est livré à un nouveau réquisitoire contre le locataire de la Maison-Blanche, affirmant se battre pour restaurer l'"âme" de la nation. "Nous menons par le pouvoir de l'exemple, pas seulement par l'exemple du pouvoir", a assuré M. Biden, accusant Donald Trump d'avoir "monté les Américains les uns contre les autres". Le candidat démocrate, qui possède une très légère avance sur le président Trump, a reçu le soutien de la star américaine de la pop Lady Gaga qui a chanté plusieurs de ses tubes.

    "J'enlève mes gants parce que c'est un combat, un combat pour ce en quoi vous croyez", a-t-elle dit en s'installant, dans un froid glacial. "Peu importe qui gagne demain, nous devrons faire cela ensemble, demain sera pacifique", a affirmé la chanteuse, alors que des nombreux Américains craignent des violences en cas de résultats contestés. 

    Traditionnellement démocrate, la Pennsylvanie fait partie des 10 États jugés clés lors de ce scrutin. Donald Trump l'avait emporté en 2016. 

    ©AFP

  • Bonjour et bienvenue dans ce direct

    C'est le D-Day aux États-Unis. Ce mardi, 230 millions d'Américains sont appelés aux urnes. En théorie du moins, puisque près de 90 millions d'entre eux ont déjà voté anticipativement. Une mobilisation précoce importante qui peut s'expliquer par la crainte du coronavirus, mais aussi par la tension autour de ce scrutin: Donald Trump ou Joe Biden, ce n'est pas exactement la même idée de l'Amérique et du rôle qu'elle a à jouer dans le monde.

    Joe Biden est toujours donné vainqueur par les derniers sondages. Mais le système de vote indirect qui prévaut aux États-Unis, avec le fameux concept de "grands électeurs", avait permis, en 2016, à Donald Trump de remporter la Maison-Blanche alors qu'il avait perdu le vote populaire avec près de 3 millions de voix en moins que sa rivale démocrate Hillary Clinton. Peut-il refaire le même coup quatre ans plus tard?

    L'Echo sera en direct toute la nuit pour suivre l'évolution des résultats.

    Vous voulez réviser les enjeux-clés du scrutin? Voici de quoi faire:

Plus sur Les Marchés

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés