Joe Biden constitue son équipe à la Maison-Blanche, contre les protestations de Trump

©Photo News

Le président élu Joe Biden a nommé ce mardi des membres de son équipe de campagne pour des postes à la Maison-Blanche, alors que Donald Trump refuse toujours sa défaite à l'élection présidentielle américaine.

Joe Biden a nommé mardi plusieurs proches conseillers de sa campagne électorale ainsi qu'un membre démocrate du Congrès comme principaux assistants à la Maison-Blanche, comptant toujours sur son cercle restreint lors de la transition présidentielle. Le démocrate se prépare donc bien concrètement à entamer sa présidence le 20 janvier, malgré les efforts de plus en plus désespérés de Donald Trump pour renverser le résultat de l'élection du 3 novembre.

Jen O'Malley Dillon, directrice de campagne de Biden et première femme à mener une campagne présidentielle démocrate victorieuse, sera nommée cheffe de cabinet adjoint, a déclaré Biden dans un communiqué. Mike Donilon et Steve Ricchetti, conseillers proches de longue date, rejoindront eux la Maison-Blanche respectivement en tant que conseiller principal du président et conseiller du président. Dana Remus, avocate de la campagne, sera la conseillère juridique principale de Biden. Un autre proche conseiller, Ron Klain, a déjà été nommé chef de cabinet.

Le membre du Congrès Cedric Richmond, qui a été coprésident national de la campagne de Biden et ancien président du Caucus noir du Congrès (Congressional Black Caucus), quittera son siège à la Chambre des représentants en Louisiane pour devenir conseiller principal et directeur de l'Office of Public Engagement de la Maison-Blanche.

Biden pourrait bientôt nommer d'autres membres de son équipe, bien que cela pourrait encore bien prendre quelques semaines pour connaître les membres de son gouvernement.

Donald Trump campe sur ses positions

L'ancien vice-président de Barack Obama doit également discuter ce mardi des menaces à la sécurité nationale avec sa propre équipe de conseillers, plutôt qu'avec les membres actuels du gouvernement, l'administration Trump l'empêchant de recevoir les documents classifiés des services de renseignement normalement accordés lors de la transition.

Donald Trump qui reste ainsi très en colère face à cette défaite, qu'il ne reconnaît toujours pas, bien qu'une poignée de républicains estiment que Biden devrait être considéré comme le président élu. Le milliardaire continue à affirmer, notamment sur les réseaux sociaux, qu'il est victime d'une fraude électorale généralisée, sans toutefois apporter de preuve. Sa campagne a donné lieu à une vague de poursuites judiciaires dans les États les plus disputés de l'élection. Les responsables électoraux des deux partis ont déjà déclaré qu'ils ne voyaient aucune preuve d'irrégularités graves dans le processus.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité