L'ex-directeur de campagne de Trump inculpé de complot contre les USA

©AFP

Paul Manafort, l'ex-directeur de campagne de Trump, est la première personne inculpée dans le cadre de l'enquête sur l'ingérence de la Russie dans l'élection présidentielle de novembre 2016. Interrogé, il réfute les accusations qui le visent. Il a été assigné à résidence par une juge.

Sommé de se rendre à la justice, l'ancien directeur de campagne de Donald Trump, Paul Manafort, est arrivé ce lundi matin au FBI pour répondre d'accusations dans le cadre de l'enquête sur l'ingérence russe dans l'élection présidentielle menée par le procureur spécial Robert Mueller. Des accusations qu'il a toutefois tenu à réfuter. Entre-temps, il est assigné à résidence par une juge.

Un troisième conseiller de Trump, George Papadopoulos, a également été mis en accusation dans l'enquête russe. Par de fausses déclarations, il a "entravé l'enquête en cours du FBI", souligne l'acte signé par le procureur.

Que lui reproche-t-on?

Paul Manafort et Rick Gates, sont inculpés de 12 chefs d'inculpation. Parmi ceux-ci, il y a notamment:

- Complot contre les États-Unis, 
- Conspiration en vue de blanchiment d'argent,
- Violation des lois fédérales sur le lobbying et les activités bancaires,
- Fausses déclarations et de dissimulation de comptes bancaires à l'étranger

Ils auraient aussi dissimulé au fisc des dizaines de millions de dollars reçus en échange de leurs activités de conseil en Ukraine, notamment auprès de l'ancien président ukrainien pro-russe Viktor Ianoukovitch. "Pour dissimuler les paiements ukrainiens aux autorités américaines entre 2006 et 2016, Manafort et Gates ont blanchi cet argent à travers des dizaines de sociétés américaines et étrangères, des partenariats et des comptes bancaires", peut-on lire dans l'acte d'accusation. Ces comptes bancaires ont été systématiquement omis lors de leurs déclarations fiscales. 

"Paul Manafort a utilisé sa fortune cachée à l'étranger pour profiter d'un train de vie luxueux aux Étas-Unis."
Acte d'accusation

Au total, plus de 18 millions de dollars auraient été blanchis par Paul Manafort et plus de 75 millions de dollars ont transité par des comptes à l'étranger détenus par les deux hommes.

 

Trump affirme que les faits reprochés à Manafort remontent à "des années" qui estime sur Twitter qu'il n'y a "aucune collusion" avec la Russie. 

Accélération de l'enquête

Ces actions judiciaires marquent une accélération dans l'enquête sur les ingérences russes supposées dans la campagne présidentielle américaine. L'acte d'inculpation de 31 pages ne fait cependant aucune référence à la campagne de Donald Trump. Il ne suggère pas non plus une quelconque collusion entre l'équipe du candidat républicain et les autorités russes visant à fausser le résultat du scrutin.

Paul Manafort, 68 ans, a dirigé la campagne de Donald Trump jusqu'en août 2016 avant d'être contraint de démissionner suite aux commissions occultes qu'il a reçues d'Ukraine. 

L'équipe du procureur Mueller enquête également sur Michael Flynn, conseiller de Donald Trump pendant la campagne présidentielle puis éphémère conseiller à la sécurité nationale, avant son renvoi en février dernier. Il a été renvoyé trois semaines après son entrée en fonction pour avoir trompé le vice-président Mike Pence sur l'étendue de ses conversations avec l'ambassadeur de Russie à Washington Sergueï Kislyak en 2016.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content