Le nouveau Trumpcare est arrivé

Mitch McConnell, le chef de la majorité républicaine au Sénat, a présenté une nouvelle version du Trumpcare. ©REUTERS

Moins de taxes pour les riches et moins d'aides pour les pauvres. Voilà ce qu'on trouve dans la réforme du système de santé de Donald Trump, qui veut remplacer le célèbre Obamacare.

La nouvelle mouture du projet de réforme du système de santé aux Etats-Unis a été dévoilée ce jeudi au Sénat. Il doit venir remplacer l'Obamacare, mais ce n'est pas gagné. Que trouve-t-on dans ce projet?

Bonne nouvelle pour les riches! La taxe qui leur est imposée par l'Obamacare pour financer en partie la réforme de l'assurance-santé sera supprimée. Et ce, rétroactivement à partir du début 2017.

Moins d'argent donc rentreront dans les caisses du système de santé et ce sont les Américaines les plus pauvres qui vont en souffrir. Le projet propose la baisse graduelle des subventions fédérales au programme d'assurance maladie pour ce public (Medicaid).

Par ailleurs, les aides octroyées aux personnes à revenu modeste achetant leur assurance sur le marché privé seront modelées. Elles seront désormais liées non plus seulement à l'âge de l'assuré, mais à ses revenus.

Selon le Washington Post, le projet McConnell offre plus de latitude aux Etats pour s'exempter des obligations contenues dans l'Obamacare, et élimine les subventions fédérales au programme Planned Parenthood, qui prend en charge notamment des services liés à l'IVG.

Touchy

Mitch McConnell, le chef de la majorité républicaine, travaille depuis des semaines avec ses lieutenants sur cette version amendée du texte adopté de justesse par la Chambre des représentants le 4 mai pour abroger l'Affordable Care Act, plus connu sous le nom d'Obamacare, mais la tâche n'est pas aisée.

D'un côté, le bloc démocrate est farouchement opposé à la suppression de l'Obamacare. Pour que son texte soit adopté par la chambre haute (le vote devrait avoir lieu la semaine prochaine), Mitch McConnell ne peut se permettre de perdre le soutien de plus de deux des 52 républicains, puisqu'il est acquis que les 48 sénateurs démocrates et indépendants s'opposeront au projet

De l'autre côté, le jeu n'est pas gagné du côté républicain. Le texte adopté par la Chambre des représentants a été jugé trop brutal par une partie de l'aile modérée des républicains tandis que l'aile la plus conservatrice réclamait une rupture plus radicale.

A Wall Street, la présentation du projet républicain a été particulièrement bien accueillie, provoquant une hausse marquée des valeurs du secteur hospitalier et de l'assurance santé. Une hausse qui se justifie car "les risques à court terme diminueront si les dispositions sur les subventions et Medicaid sont maintenues lors des négociations au Sénat et à la Chambre", estime Sheryl Skolnick, directrice de recherches à Mizuho Securities.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés