analyse

Les 5 défis du prochain Président des États-Unis

Le prochain Président des Etats-Unis aura la lourde tâche de rendre son prestige à la première puissance mondiale. ©Mediafin

Ces quatre dernières années, les États-Unis se sont isolés, perdant en puissance dans le monde, tandis que la société se divisait. Son économie souffre, l'épidémie de Covid-19 reste incontrôlée. Le prochain Président devra relever bien des défis pour rendre au pays son prestige.

Pandémie de Covid-19, économie au ralenti, divisions sociales croissantes, retour en force du racisme, perte de crédibilité sur la scène internationale, politique climatique défaillante… Les défis seront nombreux pour le prochain Président des États-Unis. Lors de la campagne, Donald Trump et Joe Biden se sont opposés sur la majeure partie de ces thèmes.

Le nombre de grands électeurs remportés par Biden et par Trump

Trump - Biden, qui gagne quels états?

1. Reprendre le contrôle de la pandémie

Les États-Unis sont le pays le plus atteint au monde par le Covid-19, avec 9,2 millions de personnes touchées et plus de 231.000 décès. Donald Trump semble avoir contribué à la situation. Le Président sortant a d’abord nié la gravité de la maladie, il s’est opposé aux scientifiques, a limité les mesures. Il a désigné la Chine comme responsable. Infecté, il s’est posé en "héros survivant". L’épidémie sévit jusqu'au sein de la Maison-Blanche.

231.000
morts du covid-19
Les Etats-Unis comptent le plus grand nombre de décès dans le monde liés à la pandémie de coronavirus.

Lors de la campagne, Joe Biden a affirmé qu’il imposerait le port du masque et qu’il travaillerait avec le monde scientifique. Il a aussi promis un vaste plan de dépenses de 700 milliards de dollars à soumettre au Congrès.

2. Relancer l'économie

Le bilan économique de Donald Trump est contrasté. Le chômage a baissé en quatre ans, les marchés boursiers sont en pleine forme et le Président sortant s’est montré ferme avec la Chine. Par contre, la pandémie a ralenti la croissance et accru le chômage. Les impôts sur les sociétés ont baissé de 35% à 21%. Le protectionnisme de Trump a soutenu la production manufacturière, mais ce secteur est réduit, dans une économie axée sur les services. La classe moyenne s’est appauvrie.

Joe Biden a promis moins de protectionnisme pour relancer le commerce extérieur. Il veut relever les impôts sur les sociétés à 28%, créer un impôt de 1% sur les plus riches et réduire la pression fiscale sur les plus pauvres. Moody’s a prévu un croissance de 4,2% sous la présidence de Joe Biden et de 2,1% seulement sous Trump.

3. Réconcilier la société américaine

Donald Trump a accru les divisions entre Américains sur les plans économique, racial, culturel et sanitaire. Provocateur, il a contribué à installer une atmosphère haineuse et revancharde, séduisant les "perdants de la mondialisation" et flattant l’ultranationalisme.

Donald Trump a accru les divisions entre Américains sur les plans économique, racial, culturel et sanitaire.

Soutenant les forces conservatrices favorables à la prédomination blanche, il a réveillé les vieux démons du pays. Il s’est attiré la sympathie des mouvements racistes, comme le Ku Klux Klan, et complotiste comme QAnon.

Les divisions de la société américaine sur la question raciale ont éclaté en juin lors de violents émeutes suite à l’assassinat de George Floyd.

Donald Trump, au lieu de rassembler, a mené une répression policière violente, soufflant sur les braises du conflit. Il s’est attiré des critiques jusque dans son propre camp. Cette situation, couplée à sa réaction à la pandémie, a contribué à une perte de confiance au sein des républicains.

La politique de santé s’est affaiblie, les républicains s’étant appliqués à démanteler l’Obamacare, que Joe Biden a promis de réhabiliter. Le démocrate, comparant l’Amérique à une nation "exténuée", s’est engagé à reconstruire du lien entre ses citoyens.

La revalorisation de l'enseignement et l'éducation à la démocratie sont aussi deux grands chantiers pour "reconstruire" du lien.

4. Rétablir la place des États-Unis dans le monde

Donald Trump a enfoncé le pays dans le protectionnisme, affaiblissant les organisations internationales et bannissant le multilatéralisme. Il s’est rapproché des autocrates et dictateurs de la planète, leur donnant implicitement les coudées franches. Washington a fermé les yeux sur la politique agressive du président turc Recep Tayyip Erdogan en Syrie contre les Kurdes, en Méditerranée, et par son soutien aux bombardements de l’Azerbaïdjan contre le Nagorny Karabakh. Il a feint un bras de fer avec Kim Jong-un, tout en s’en rapprochant. Il a cultivé une grande proximité avec le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane. Ses relations équivoques avec le président russe Vladimir Poutine ont fait l’objet d'une enquête au Sénat. Lorsque le régime biélorusse s'est mis à réprimer violemment sa population, Trump n'a pas bronché.

Sa fermeté avec la Chine a réveillé l’Europe face à l’expansionnisme chinois. Mais le conflit a dégénéré en guerre froide. La communication agressive de Trump sur Twitter a compliqué le travail diplomatique.

La communication agressive de Trump sur Twitter a compliqué le travail diplomatique.

Joe Biden veut réinvestir les organisations internationales comme l’OTAN, l’ONU et l’OMC. Le protectionnisme n’est pas au programme. Mais il n’est pas radicalement différent de Donald Trump sur le contenu de la politique internationale. Il a promis de conserver de la fermeté face à la Chine.

5. Sortir la politique climatique de l'impasse

Trump et Biden divergent radicalement sur la politique climatique. Le Président sortant, climatosceptique, a dénoncé les accords de Paris (2015) et relancé les forages pétroliers. Joe Biden a préparé un plan de relance économique de 2.000 milliards de dollars axé sur la décarbonisation de l’économie américaine et une conversion aux technologies "vertes". Il a également promis de maintenir les États-Unis dans les accords de Paris.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité