analyse

Les démocrates face au défi d’une convention virtuelle

Cette année, afin de respecter la distanciation physique, les festivités ont été annulées. Place au tout virtuel, ou presque. Un casse-tête pour le Parti ©AFP

Le Parti démocrate tient sa convention cette semaine pour adouber Joe Biden. Un événement dont la version 2020 se déroule de manière virtuelle.

La ville de Milwaukee, dans le Wisconsin, fait grise mine. C’est là qu’auraient dû affluer des milliers de personnes dans une ambiance festive pour participer à la convention démocrate. L’événement, qui a démarré ce lundi, devait culminer ce jeudi avec un discours de Joe Biden. Sur scène, face à une foule en délire et sous un lâcher de ballons, il aurait accepté son investiture et lancé la dernière ligne droite de sa campagne présidentielle. La pandémie de coronavirus a tout chamboulé. 

Les conventions sont organisées tous les quatre ans par les deux grands partis démocrate et républicain pour confirmer officiellement leur candidat à la Maison-Blanche et adopter son programme. Elles attirent d’ordinaire les délégués des 57 États et territoires américains, des journalistes du monde entier et militants du parti. L’occasion pour leur ville d’accueil de profiter de retombées économiques et publicitaires considérables. 

Des centaines de flux vidéo

Mais cette année, afin de respecter la distanciation physique, les festivités ont été annulées. Place au tout virtuel, ou presque. Un casse-tête pour le parti, qui compte d’habitude sur le spectacle de la convention pour motiver les électeurs. À la place, de Milwaukee à New York en passant par le Delaware et Los Angeles, les équipes de production s’affairent pour retransmettre sur internet des centaines de flux vidéo, en direct ou pré-enregistrés en divers endroits du pays. Les chaînes de télévision en diffusent les heures les plus marquantes.

Joe Biden restera dans sa ville du Delaware pour s’adresser au pays ce jeudi soir. Durant la convention, l’ex-candidat aux primaires Bernie Sanders et l’ex-Première dame Michelle Obama devaient figurer parmi les orateurs. L’ex-président Barack Obama, mais aussi Bill et Hillary Clinton ou encore la patronne des démocrates à la Chambre des représentants Nancy Pelosi se partagent le haut de l’affiche les jours suivants. Leur temps de parole a été réduit par rapport à d’habitude afin de mieux coller aux nouvelles tendances de consommation de l’information.

Fini le vote chaotique

La colistière de Joe Biden, Kamala Harris, aura aussi l’occasion de s’exprimer ce mercredi soir. La jeune star de la gauche du parti, Alexandria Ocasio-Cortez, n’aura elle droit qu’à une minute pour s’adresser aux démocrates. Une intervention express qui fait déjà grincer des dents. Côté divertissement, les artistes Billie Eilish, The Chicks ou encore John Legend ont pré-enregistré des clips de leurs performances. De simples citoyens, comme une personnelle soignante mexicaine qui a immigré en Floride ou une ancienne électrice de Trump en Pennsylvanie, ont été invités à envoyer leur témoignage par vidéo. Quant au vote des délégués, un processus d’habitude long et chaotique, il deviendra l’occasion, en 30 minutes, de faire le tour des États-Unis.

"Le vrai public, c’est la caméra. Or la caméra est toujours là."
Julian E. Zelizer
Professeur d’histoire et d’affaires publiques à l’Université de Princeton

Pour Julian E. Zelizer, professeur d’histoire et d’affaires publiques à l’Université de Princeton, l’absence de rassemblement physique n’est pas un problème en soi : « Ce sont des événements formatés pour la télé de toute façon, explique-t-il. Je pense que l’édition 2020 va prouver que les conventions, démocrate comme républicaine, peuvent toujours se tenir, même sans personne dans le public. Le vrai public, c’est la caméra. Or la caméra est toujours là. La question est plutôt de savoir si les partis vont en profiter pour innover et améliorer l’événement. »

La pandémie, qui n’a pas de parti, a aussi obligé les républicains à opter pour un format virtuel. Donald Trump n’a pas encore tranché sur le lieu où il prononcera son discours: la Maison-Blanche a été évoquée…

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité