Les économistes américains pas convaincus par Trump

©Photo News

Quelque 250 économistes ont été sondés cet été avec une question: les tarifs douaniers mis en place par le président américain -et ceux qu'il menace d'appliquer- auront-ils un impact négatif sur l'économie américaine. Réponse?

Le président Trump se targue constamment d’être le champion de l’économie américaine, de ses entreprises et de leurs travailleurs. Mais, les économistes desdites entreprises ne sont pas aussi convaincus que le président américain. On peut même dire que ses politiques économiques les laissent souvent dubitatifs, voire sceptiques. C’est du moins ce qui ressort d’une enquête publiée hier par la Nabe, la puissante association américaine des économistes d’entreprises.

Tarifs douaniers

Selon l’enquête, réalisée auprès de 251 économistes entre le 19 juillet et le 2 août dernier, ils sont 91% à estimer que les tarifs douaniers déjà mis en place par Trump, et ceux qu’il menace d’appliquer, auront un impact négatif sur l’économie américaine. Une information qui tombe alors qu’une nouvelle salve de droits douaniers de 25% sur 16 milliards de dollars de marchandises chinoises doit entrer en vigueur ce jeudi.

Pour rappel, le président Trump menace de taxer jusqu’à 500 milliards de dollars d’exportations chinoises vers les Etats-Unis, ce à quoi Pékin a promis de répliquer. Il a également décidé de cibler les exportations d’acier et d’aluminium provenant de toute une série de pays, dont ceux de l’Union européenne, et menace régulièrement les voitures européennes du même sort. Le 10 août dernier, il ouvrait un nouveau front commercial avec la Turquie.

L’avenir de l’accord de libre-échange nord-américain, l’Alena, qui lie les Etats-Unis à ses voisins mexicains et canadiens, et que Trump menace de quitter, inquiète également les économistes de la Nabe. Ils sont ainsi 66% à estimer que l’économie américaine pâtirait d’une telle décision.

Réforme fiscale

L’enquête publiée ce lundi révèle également que la politique budgétaire de l’administration Trump est loin de convaincre les économistes américains. Ils sont 71% à estimer qu’elle est trop accommodante et plus de 8 sur 10 s’attendent à ce qu’elle gonfle le déficit budgétaire américain (en pourcentage du PIB).

Quant à la réforme fiscale adoptée fin 2017 par le Congrès américain, après un intense lobbying du président américain qui avait fait campagne sur la promesse de baisser l’impôt des sociétés et des ménages, elle ne fait pas l’unanimité non plus. Si deux tiers des économistes interrogés estiment que la réforme a amélioré le système de taxation des entreprises (il serait plus équitable et plus efficace), seul 31% partagent cet avis en ce qui concerne l’impôt des ménages.

L’écrasante majorité des personnes interrogées par la Nabe (92%) s’attend cependant à ce que la réforme fiscale dope la croissance du PIB américain cette année (jusqu’à 1 point de pourcentage). Mais la proportion baisse à 28% lorsque l’impact est envisagé à l’horizon 2027. Ils sont même 34% à estimer que l’impact de la réforme pourrait s’avérer neutre, voire négatif.

Climat et infrastructures

D’autres aspects des politiques économiques de l’administration Trump sont encore abordés par l’enquête de la Nabe. On peut ainsi lire que 60% des économistes interrogés pensent qu’elle devrait en faire plus pour atténuer l’impact du changement climatique alors qu’on apprenait au début du mois que la Maison-Blanche souhaite assouplir les normes antipollution appliquées par l’administration Obama aux voitures particulières, une énième mesure qui vise à saper les efforts climatiques du démocrate.

À noter encore que 63% des économistes interrogés estiment à moins de 25% la probabilité que Trump parvienne à faire passer son plan d’investissements dans les infrastructures américaines en 2019. Et que s’ils sont 80% à avoir une opinion favorable de ses efforts pour alléger les régulations imposées aux entreprises, ils sont toutefois 35% à estimer que cela aura un impact négatif sur l’économie américaine à long terme.

Réserve fédérale

Celle qui tire véritablement son épingle du jeu dans cette enquête, c’est la Réserve fédérale américaine dont la politique monétaire est saluée par 76% des économistes. Ils n’avaient plus été aussi nombreux à l’estimer adéquate depuis 11 ans. Le piquant de l’affaire, c’est qu’il s’agit précisément du pan des politiques économiques américaines qui échappe à l’emprise du président Trump (même si c’est lui qui a nommé l’actuel président de la Fed, Jerome Powell).

On apprend également dans l’enquête que trois quarts des économistes s’attendent à ce que la Fed relève encore au moins une fois son taux directeur d’ici la fin de l’année. Ils sont 45% à tabler sur deux resserrements monétaires.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content