Premier feu vert à la réforme fiscale de Trump

Donald Trump s'est rendu au Capitole juste avant le vote de sa réforme fiscale. Il voulait exhorter les Républicains à se prononcer en faveur du texte. ©REUTERS

La réforme fiscale, telle que promise par le Président Donald Trump franchit une première étape à la chambre basse du Congrès. Le vote au Sénat, prévu le 23 novembre, semble moins acquis.

La réforme fiscale, promise par Donald Trump, est lancée. La Chambre des représentants a adopté le texte, ouvrant la voie à la plus importante réforme fiscale depuis l'ère Reagan dans les années 1980. Le texte a été approuvé à une majorité de 227 élus contre 205, laquelle reflète globalement l'équilibre des forces entre républicains et démocrates à la chambre basse du Congrès.

Que prévoit ce texte?

♦ Une réduction des impôts pesant sur les entreprises et sur les particuliers: le nombre de tranches de l'impôt sur le revenu des ménages serait réduit à quatre (contre sept actuellement). Le niveau de l'impôt sur les sociétés passerait de 35% à 20%.

→ L'opposition démocrate affirme que ce projet provoquera des hausses d'impôts pour des millions d'Américains, notamment en raison de la suppression d'un certain nombre de dispositifs d'abattements. 

"Un projet honteux"

La dernière ligne droite pour l'aboutissement de cette vaste réforme fiscale est donc jalonnée d'obstacles. Les républicains ne disposent que d'une majorité étroite au Sénat (52 voix contre 48) et des dissensions subsistent dans leurs rangs. Le vote au Sénat est attendu lors de la séance plénière du 23 novembre.

Quatre sénateurs républicains - un nombre suffisant pour faire échouer la réforme - auraient déjà évoqué leur opposition au texte. Selon eux, une telle réforme ferait gonfler le déficit fédéral d'environ 1.500 milliards de dollars (1.275 milliards d'euros) sur dix ans, rapporte le magazine "Time".

De plus, les sénateurs républicains à l'origine du texte ont fait le choix risqué de lier leur projet à la suppression de la règle de l'Obamacare qui oblige les Américains à souscrire à une assurance maladie. Or le parti républicain n'a jamais réussi à abroger la réforme du système de santé mise en place par Barack Obama.

"C'est un projet de loi honteux, les républicains devraient être plus avisés", a déclaré Nancy Pelosi, la chef de file du Parti démocrate à la Chambre des représentants, avant le vote.

Relire notre article: "Un an après la victoire de Trump"

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content