Tillerson juge surmontables les contentieux avec la Russie

Le chef de la diplomatie américaine, Rex Tillerson, a dit à son homologue russe Sergueï Lavrov que l'ingérence présumée de Moscou dans la campagne électorale américaine de 2016 avait entraîné une "défiance importante" entre les deux pays. ©EPA

"L'intrusion russe dans les élections était certainement un incident sérieux", commente le chef de la diplomatie américaine, Rex Tillerson. Il a dit avoir abordé le sujet la veille avec le ministre russe des Affaires étrangères, Lavrov.

Les relations entre les USA et la Russie sont particulièrement mauvaises. La tension a encore été exacerbée par l'adoption début août par les Etats-Unis de nouvelles sanctions contre la Russie, notamment dans le secteur énergétique. Elles visent punir Moscou après les accusations d'ingérence dans l'élection présidentielle américaine, ainsi que pour l'annexion de la Crimée et son attitude en Ukraine. Mais le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson affiche sa volonté de travailler avec la Russie, estimant  inutile de rompre les liens en raison des divergences.

Evoquant sa rencontre avec son homologue russe Sergueï Lavrov à Manille, le chef de la diplomatie américaine a déclaré que la Russie avait exprimé une "volonté certaine" de dialoguer et de trouver des moyens d'avancer sur la question sensible de l'Ukraine. Tillerson a ajouté qu'il abordait "avec pragmatisme" les relations bilatérales avec Moscou et qu'il pensait que les problèmes pouvaient être réglés. Il a dit avoir indiqué à Lavrov que la Russie devait comprendre que s'ingérer dans les élections d'un pays tiers constitue un incident "très grave".

"Pour l'aider à comprendre à quel point cet incident a été sérieux et à quel point il a endommagé les relations entre les Etats-Unis et le peuple américain et le peuple russe, c'est qu'il a créé une défiance importante et que nous devons simplement trouver un moyen de gérer cela" (Tillerson)

De son côté, Sergueï Lavrov avait déclaré dimanche, à l'issue de sa rencontre avec Tillerson, que les Etats-Unis lui semblaient soucieux de maintenir le dialogue avec la Russie en dépit des vives tensions actuelles entre les deux puissances. "Nous avons perçu de la part de nos collègues américains une disposition à continuer le dialogue, je pense qu'il n'existe aucune alternative à cela", a-t-il dit.

Quid du personnel diplomatique?

Autre gros "sous-dossier" de cette guerre larvée entre les deux grandes puissances, la décision du Kremlin de réduire le personnel diplomatique des Etats-Unis sur son territoire. Le secrétaire d'Etat a aussi fait savoir à Sergueï Lavrov que Washington n'avait pas encore tranché concernant la réponse à apporter, mais les Etats-Unis répondront d'ici le 1er septembre. A compter de cette date, la diplomatie américaine devra réduire son personnel d'ambassade et de consulats de 755 personnes, pour le ramener à 455, au niveau des effectifs des représentations russes aux Etats-Unis.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content