Trump promulgue les sanctions contre la Russie et les critique ensuite

©AFP

Le président Donald Trump a signé mercredi la loi adoptée par le Sénat imposant de nouvelles sanctions économiques à la Russie, tout en la critiquant vivement peu après, estimant que la loi qu'il venait de signer était loin d'être parfaite.

Le président américain Donald Trump a promulgué mercredi les nouvelles sanctions économiques contre la Russie, adoptées par le Congrès pour punir Moscou de l’ingérence dans l’élection présidentielle américaine. Ces sanctions, qui frappent notamment le secteur énergétique russe, ont été critiquées dans l’Union européenne.

Trump lui-même les a jugées "très imparfaites" car elles risquent à ses yeux de "rapprocher la Chine, la Russie et la Corée du Nord". Le même texte sanctionne aussi l’Iran et la Corée du Nord.

"Dans sa hâte d'adopter cette loi, le Congrès a adjoint un certain nombre de clauses qui clairement ne sont pas conformes à la Constitution. (...) Malgré ces problèmes, je signe cette loi au nom de l'unité nationale."
Donald Trump
Président américain

Ca "ne change rien" pour Moscou .

Aux Nations unies, l'ambassadeur russe a fait observer que le président américain était "pratiquement obligé" de promulguer cette loi. Sur le fond, Vassili Nebenzia a déclaré que "certains représentants américains disaient que cette loi pourrait inciter la Russie à coopérer avec les Etats-Unis, c'est pour une étrange forme d'encouragement".

Pour la Russie, la promulgation des nouvelles sanctions à son encontre "ne change rien". "Des représailles, quelles représailles? Il n'y a rien de nouveau, des mesures de représailles ont déjà été prises", a indiqué le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov en rappelant que le Kremlin avait ordonné le week-end dernier le départ de 755 des 1.200 personnes rattachés à l'ambassade et aux services consulaires des Etats-Unis en Russie.

"Pas utiles aux efforts diplomatiques"

Les sénateurs américains ont voté fin juillet la loi par 98 voix pour et seulement deux contre, signe d'une forte adhésion républicaine mais aussi démocrate. Le texte de loi avait ainsi recueilli suffisamment de voix au Congrès pour passer outre un éventuel veto présidentiel. Républicains et démocrates entendent ainsi sanctionner l'annexion russe de la Crimée en mars 2014 et les ingérences de Moscou dans la campagne présidentielle américaine de 2016, qui font l'objet de plusieurs enquêtes parlementaires.

Interrogé par Fox News, le vice-président américain Mike Pence, en visite au Monténégro, a déclaré que pour Donald Trump, la loi sur les sanctions russes réaffirmait son propre engagement en faveur des sanctions existantes, tout en pensant qu'elle limitait ses prérogatives en matière de politique étrangère. Donald Trump avait dit durant la campagne électorale et après son élection vouloir améliorer les relations avec la Russie. Le secrétaire d'Etat, Rex Tillerson, a indiqué mardi à la presse que le président et lui-même ne trouvaient pas que les nouvelles sanctions "soient utiles à nos efforts" diplomatiques avec la Russie.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content