Trump veut vendre des réserves US de pétrole

©AFP

Un coup de pouce pour la défense, des coupes claires pour l'aide sociale ou l'environnement: le premier budget de l'ère Trump promet un retour à l'équilibre au prix d'une cure d'austérité jugée dangereuse par les démocrates.

La Maison-Blanche a dévoilé ce mardi son projet de budget 2018. Si les grandes lignes en étaient déjà connues, un élément retenait l’attention: la volonté de Donald Trump de vendre la moitié des réserves stratégiques de pétrole américain pour éponger une partie de la dette publique du pays.

Les réserves s’élèvent actuellement à 688 millions de barils stockés au Texas et en Louisiane. En 2015 et 2016, l’administration Obama avait déjà prévu la vente de près de 190 millions de barils entre 2017 et 2025. L’argent ainsi récolté devait servir à financer des programmes publics. Mais Trump veut donc aller bien plus loin, quitte à passer outre l’obligation qu’il y a à maintenir ce stock stratégique à minimum 450 millions de barils.

500 millions $
Donald Trump veut vendre progressivement la moitié des réserves stratégique de pétrole américain. De quoi rapporter 500 millions de dollars en 2018.

Le projet de budget ne précise pas à quel rythme ce pétrole sera vendu. Mais Trump espérerait récolter 500 millions de dollars sur l’année fiscale 2018 qui débutera au 1er octobre.

La nouvelle a immédiatement suscité l’inquiétude de nombreux experts pétroliers qui craignent l’impact qu’une telle manœuvre aurait sur les cours pétroliers. "Il y a moyen de le faire sans qu’il y ait d’impact significatif sur les prix", leur a répondu le directeur du bureau du budget de la Maison-Blanche, Mick Mulvaney. Le Président espère par ailleurs engranger 16,6 milliards de dollars sur dix ans en augmentant la production de pétrole et de gaz aux Etats-Unis. Il s’agirait notamment d’autoriser l’exploitation pétrolière et gazière dans l’Arctic National Wildlife Refuge, une vaste zone protégée en Alaska.

Ce projet de budget, qui prévoit également de vastes coupes budgétaires dans les programmes sociaux pour parvenir à un retour à l’équilibre budgétaire dans dix ans, n’a aucune chance d’être adopté tel quel par le Congrès. 

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés