Comptons leurs congés

©Joost Hoving/Hollandse Hoogte

Avec une coupure toutes les six semaines en moyenne, l’année scolaire est très séquencée. Les professeurs jouissent d'une cinquantaine de jours de congés de plus que les employés en Belgique. Les autorités publiques veulent revoir en profondeur les rythmes scolaires. Visite dans le journal de classe d'un enseignant.

Parlez "congé" à un prof et son regard se cabre. Sa rétine arrête de plaisanter. Elle se fixe sur la vôtre et vous sonde avec une étrange mansuétude, du genre "je te crois, tu as oublié ton journal de classe dans le cartable de ton ami et c’est pour ça que tu n’as pas remis ton devoir. Oui, je te crois." Mais tout de suite, il sort le stylo rouge et sanctionne notre curiosité. Sans pitié. 

"J’ai un avantage que les autres professions n’ont pas, c’est le temps, le temps que je gère comme je veux."
Christophe Meyer
Professeur de Français

Les enseignants nous voient venir de loin. Encore à devoir se justifier. Deux semaines par-ci, une semaine par-là et bien entendu les deux mois de vacances. Ils discutent alors préparations, pénibilité du travail, les corrections, "et nos heures sup’ ne sont pas payées", l’administratif toujours plus chronophage. Ils se déchargent, presque. Ils avouent aussi la difficulté à trouver le bouton "off" pendant les périodes de relâche. Pourtant, ce n'est pas le temps qui manque.

Nombre de jours de congés par pays

A l’heure où l’employé lambda découvre qu’il ne lui reste plus qu’une cartouche dans son réservoir à congés, le professeur n’aura pas encore épuisé la moitié de sa provision sur l’année. Il pourra encore compter sur une cinquantaine de jours de congé. "Mais par rapport à un autre boulot, quand, eux, ils rentrent, ils n’ont rien à faire alors que nous, oui, on a des après-midi de libres, mais si tu ne bosses pas le mercredi après-midi, tu passeras ton samedi et ton dimanche à le récupérer", nous explique Anna Vandersteen, professeur de français à Bruxelles.

Du temps pour s’en remettre

"La semaine en novembre et celle du carnaval, c’est vraiment des semaines pour d’abord dormir", nous apprend Anna Vandersteen. "Les premiers jours, c’est juste pour récupérer du sommeil et puis préparer les cours, mais je n’ai pas l’impression d’être en vacances. Il faut vraiment 15 jours pour me sentir en pause."

" En été, on déconnecte vraiment. C’est le seul moment de l’année où on se repose."
Anna Vandersteen
Professeur de Français

Pour d’autres, pas question de penser à l’école les week-ends et les jours de congé. "Je rentre et je pose mon sac", nous révèle Christophe Meyer. "J’aime travailler par phase et préparer mon travail en semaine. Une fois ou deux par trimestre je mets les bouchées doubles de sorte à libérer mes week-ends et mes congés."

Christophe Meyer a le sentiment de travailler comme un indépendant. Au prix de semaines très chargées, il s'arrange pour libérer du temps pendant ses congés et ses week-ends, histoire de laisser libre cours à sa passion pour l'accordéon. Ecoutez à quel rythme il vit son année scolaire ? L'interview est accompagnée par son groupe Cave Canem.

Et qu’importe la technique, les congés estivaux sont attendus de pied ferme. Initialement, cette période était dévolue à la moisson où les mains des enfants n’étaient jamais de trop. Aujourd’hui, y a-t-il encore un sens à ce que ces vacances soient si longues ? Pour Anna Vandersteen, six semaines suffisent. "On pourrait mieux répartir les deux autres semaines de congés dans l’année pour avoir le temps de se remettre à jour et pas toujours de courir après le temps." De plus, comme vous le verrez dans notre analyse des nominations, tous les professeurs ne passent pas forcément des vacances sans stress. "Préparer ses cours en été, ça peut se faire, oui. Mais si on ne sait pas sur quelles classes on va tomber."

Bientôt des journées plus longues?

La semaine à 38 heures ne fait pas peur aux professeurs. Pour beaucoup, c’est déjà une réalité. Pourtant, en dehors de la vingtaine d’heures à prester intramuros, aucun cadre légal n’impose un horaire précis aux enseignants. L’organisation de la scolarité en Belgique francophone est actuellement en chantier au cabinet du ministère de l’Éducation. Joëlle Milquet a mis ses bottes et son casque, car le terrain est miné. Elle a lancé les bases d’une énième volonté de transformation, mais on cherche encore le permis de bâtir.

7 milliards €
La maison, enseignement supérieur compris, dépense autour des 7 milliards d’euros par an et occupe quotidiennement plus de 130.000 personnes. Il faut bien ça pour les 841.721 écoliers de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

La ministre de l’Éducation a déjà montré la première étape de son plan, appelé Pacte d’excellence. Les rythmes scolaires sont au menu et les journées pourraient être rallongées, "mais, il y a des choses beaucoup plus urgentes" clame-t-on dans les couloirs des écoles. "Je crois que je donnerais mieux cours, si je n’avais un changement de classe permanent, si je n’étais pas interrompue à chaque fois par ces 50 minutes, si j’avais vraiment une bonne pause à la récréation, d’avoir un rythme plus naturel", nous signale Anna Vandersteen. Ce qui est difficile dans mon horaire de prof, c’est toutes ces coupures qui dénaturent le rythme de travail."

• Rentrée scolaire mardi 1er septembre 2015

• Congé d'automne du lundi 2 novembre au vendredi 6 novembre 2015

• Commémoration du 11 novembre mercredi 11 novembre 2015

• Vacances d'hiver du lundi 21 décembre 2015 au vendredi 1er janvier 2016

• Congé de détente du lundi 8 février au vendredi 12 février 2016

• Vacances de printemps du lundi 28 mars au vendredi 8 avril 2016

• Ascension (pont) du mercredi 4 mai au vendredi 6 mai 2016

• Lundi de Pentecôte lundi 16 mai 2016

• Les vacances d'été débutent le vendredi 1er juillet 2016

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés