Glutton, une petite invention belge qui dévore les marchés

Les grandes marques sont fières de leurs enseignes, a fortiori quand elles les affichent dans des centre-villes prestigieux comme New York, Paris, Cannes, Gstaad… Il est une invention belge qui rivalise avec le grand luxe international en termes de visibilité: le Glutton.

Cette petite machine autotractée a révolutionné la vie des "techniciens de surface" comme celle des usagers, mais a aussi séduit les villes, de Barcelone à Genève, en passant par Toulouse, Namur, Saint-Tropez et... La Mecque ! Aujourd’hui, la brouette des années 3000 est présente dans 2.500 entités, sur 4 continents.

La petite entreprise du Namurois Glutton est ainsi passée de 9 employés en 2006 à 29 aujourd’hui. La crise a mis provisoirement un terme aux progrès importants du chiffre d’affaires, mais Glutton reste en progression, avec 1 ou 2 % par an.

Dernière nouveauté, sur laquelle le service Recherche & Développement travaille depuis 2006: la version électrique. Ou comment allier la propreté des trottoirs avec celle de l’air ambiant. Ce nouveau modèle représente 87% de la production actuelle, qui s’élève à 400 appareils par an. Un modèle plus cher (15.000 euros hors TVA) que son homologue à moteur thermique (10.000 euros), mais dont l’autonomie est importante (12 heures), et qui ajoute le silence aux autres avantages déjà présents autrefois: la maniabilité, l’ergonomie et un filtre à la pointe de la recherche.

Glutton en bref

Nombre d'employés: 29

Siège social: Glutton Cleaning Machines, zoning d'Anton, 9, rue de l'île Dossai, 5300 Andenne

Adresse du site: www.glutton.com

Chiffre d'affaires: 4,1 millions d'euros

Avec cette version électrique, Glutton entend poursuivre la conquête du marché. Pour ce faire, il faut soigner sa communication, dans un contexte où ce sont les villes, en France les municipalités, qui sont les principaux clients.

Longue prospection

Comme le dit Christian Lange, concepteur et fondateur, "une ville, c’est une pyramide avec sept niveaux de pouvoir! Du bourgmestre à l’utilisateur de la machine. En passant par les élus, les responsables des achats, les chefs d’équipe… Et il faut que les sept soient convaincus…" D’où un long travail de prospection: souvent trois ans entre la première marque d’intérêt et la livraison. "Les politiques sont prudents. A La Haye, on nous a commandé un modèle. L’année suivante, un second. Et enfin, voyant que le Glutton avait fait ses preuves, toute une flotte de 35 machines ."

Oui, le Glutton trace sa route. Avec son design futuriste, il incarne la preuve que parmi toutes les innovations qu’on nous promettait pour le 21e siècle, il en existe parfois bel et bien qu’on croise dans notre quotidien. A défaut des voitures qui volent et des villes sur la lune, il faut nous réjouir d’être les contemporains d’un appareil plus humble, mais qui rend des services inestimables: la machine qui aspire les abominables crottes de chien. L

Sylvestre Sbille

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés