La cabane autonome et passive

Depuis plusieurs années, Frédéric Dupont travaillait le bois, dans son espace début de siècle à Mazy, près de Namur. On lui commandait des meubles sur mesure aux formes épurées, qu’il réalisait surtout en chêne indigène, et en épousant au mieux le goût du client.

L’activité perdure d’ailleurs sous l’antenne La Fabrique. Mais une idée germait dans la tête de cet ancien golfeur professionnel: la maison en bois modulable, passive, peu onéreuse, et esthétiquement réussie. Quelque chose de mieux, de beaucoup mieux, que l’éternel chalet de jardin "tuné" à l’eau courante et à l’électricité comme on en voit sur les bords de la Semois. Un vrai espace à vivre, isolé à la pointe de l’éco-passivité: laine et copeaux de bois. Un espace modulable, démontable, et disponible en plusieurs versions, de la pièce unique à la véritable habitation.

La Fabrique en bref

Siège social: 38 Rue du Trou, 5190 Balâtre

Siège d’exploitation: 8 Rue de
l’Usine, 5032 Mazy

Nombre d’emplois: deux à la
Fabrique; aucun pour l’instant chez
Fleximodules (sous-traitance)

Chiffre d’affaires: 1er exercice = 2010 pour Fleximodules.

Aujourd’hui c’est chose faite. La "maison témoin" existe et les commandes se multiplient. Au point qu’un collaborateur français ait obtenu l’exclusivité du produit pour tout l’est de l’Hexagone, et qu’un autre vise la Normandie. Au prix de 1.000 euros le m2 hors TVA, les Fleximodules attirent l’attention, car ils proposent un programme plus complet que le reste du marché: les maisons ne sont pas nues mais "prêtes à décorer", avec baies vitrées, isolation, plancher, radiateur électrique dernière génération (dont on se servira très peu vu la passivité), et même un panneau solaire "de série" couvrant le mur aveugle.

Et en option toute une série de possibilités jusqu’ici réservées aux maisons écologiques "gros modèle", comme par exemple la collecte et l’assainissement des eaux de pluie pour leur consommation directe. Sans oublier toute une gamme de mobilier intérieur assorti à la maison, puisque c’est là la vocation première du concepteur.

A l’heure où la crise économique vient s’ajouter à la crise écologique, les propositions telles que celle-ci, qui repensent en profondeur l’habitat, devraient rencontrer leur public. Frédéric Dupont réfléchit déjà à des éco-villages où ses Fleximodules pourraient s’agencer, voire à des villages pour les seniors désireux de partager leur idéal d’une vie dans un meilleur respect de la nature. Y adjoindra-t-il un petit practice de golf? La boucle serait bouclée… 

Sylvestre Sbille

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés