30 morts dans une attaque en Irak

Balad, ville située à environ 80 km au nord de la capitale irakienne, est à majorité chiite. ©REUTERS

Le groupe extrémiste sunnite Etat islamique revendique un triple attentat suicide contre un mausolée chiite dans une ville au nord de Bagdad. Bilan: au moins 30 morts et une soixantaine de blessés.

Des membres du groupe Etat islamique ont attaqué dans la nuit de jeudi à vendredi un mausolée chiite au nord de Bagdad, faisant 30 morts, selon les forces de sécurité, quelques jours après l'un des pires attentats qui ont secoué l'Irak.

Selon un responsable des forces de sécurité, des assaillants ont d'abord bombardé au mortier le mausolée Sayed Mohamed, puis des kamikazes se sont fait exploser sur un marché à proximité.

©AFP

Cette attaque s'est produite cinq jours après un attentat au minibus piégé à Bagdad qui a fait près de 300 morts, l'un des plus meurtriers qui ont secoué l'Irak depuis l'invasion américaine en 2003.

Où? Au mausolée Sayed Mohamed, situé à Balad, à environ 80 km au nord de la capitale irakienne. La population de Balad est essentiellement chiite, mais la ville est entourée de nombreuses zones rurales à majorité sunnite.

Au moins 16 personnes ont été tuées le mois dernier à Balad dans des attaques revendiquées par l'EI ayant visé un café puis les forces de sécurité.

 

• Les faits

Après les tirs de mortiers, deux kamikazes ont pénétré dans le mausolée, y ont ouvert le feu, puis se sont fait exploser sur un marché à proximité, a indiqué un porte-parole du commandement des opérations conjointes dans un communiqué.

Un troisième kamikaze a été tué et sa ceinture explosive désamorcée, a précisé ce porte-parole, attribuant cette attaque à l'EI.

Le groupe jihadiste avait plus tôt cette semaine revendiqué un attentat suicide commis dimanche dans un quartier commerçant de Bagdad.

Selon le dernier bilan des autorités jeudi, au moins 292 personnes ont été tuées et quelque 200 blessées dans cette attaque qui a suscité la fureur des Irakiens.

 

Piégés dans l'incendie

L'explosion s'est produite au moment où les Irakiens faisaient leurs courses avant l'Aïd el-Fitr, marquant la fin du mois de jeûne du ramadan. La déflagration elle-même a tué un nombre limité de personnes, mais les flammes se sont propagées et ont piégé les Irakiens qui se trouvaient dans les échoppes du quartier.

Ces incendies compliquent aujourd'hui l'identification des victimes alors que le bilan n'a cessé de s'aggraver depuis dimanche.

 

Footage of the suicide attacks on a Shi'a mausoleum in #Balad district. #Iraq pic.twitter.com/sZZoznm8ND

 

 

• Incapacité du gouvernement

L'attaque a suscité la colère de nombreux Irakiens face à l'incapacité du gouvernement à protéger les populations civiles et à mettre en oeuvre des mesures de sécurité efficaces. Nombre d'entre eux se sont de nouveau rassemblés ce jeudi sur le lieu du drame, certains une bougie à la main, d'autres avec des banderoles énumérant les noms des victimes.

A noter que le Premier ministre irakien Haider al-Abadi a limogé les principaux chefs de la sécurité à Bagdad après l'attentat qui a fait dimanche près de 300 morts dans la capitale. Abadi a donné "l'ordre de relever de leur fonction le commandant des opérations pour Bagdad ainsi que les responsables de la sécurité et des renseignements".

• Contre les chiites

L'EI s'est emparé en 2014 de larges pans du territoire irakien mais a depuis perdu du terrain au profit des forces gouvernementales, soutenues par les frappes de la coalition internationale sous commandement américain. Malgré ses revers, le groupe ultraradical sunnite a continué à commettre des attentats sanglants visant notamment la communauté chiite, majoritaire en Irak, qu'il considère comme hérétique.

 

©AFP

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés