Publicité
Publicité

Autrefois le coeur battant de la ville, le vieux Mossoul n'est que ruines

©REUTERS

Le vieux Mossoul n'est plus qu'un champ de ruines hanté par les derniers jihadistes.

Immeubles aplatis, décombres à perte de vue et véhicules calcinés. Le Vieux Mossoul, autrefois le coeur battant de la deuxième ville d'Irak, n'est plus qu'un immense champ de ruines après des semaines de combats acharnés entre forces armées et jihadistes.

©AFP

Au milieu de ce paysage d'apocalypse, quelques pelleteuses s'activent pour déblayer les rues remplies de gravats du coeur historique de la grande ville du nord irakien "libérée" du joug du groupe Etat islamique (EI) après une offensive de neuf mois. A proximité, des véhicules blindés tentent de se frayer un chemin pour les opérations de ratissage dans le secteur où se cachent les derniers jihadistes.

©REUTERS

"Il ne reste plus que quelques groupes de terroristes qui ont perdu tout contrôle, et les forces de sécurité les pourchassent", souligne le colonel Salam Jassem Hussein, des forces d'élite du contre-terrorisme (CTS), son pantalon noir couvert d'une poussière blanche. "En réalité, la bataille est déjà terminée, avec une grande victoire des forces de sécurité", se réjouit-il en enchaînant les canettes de Red Bull, le bras tenu en bandoulière car blessé au combat. Sur son cou, un pansement dissimulant une autre blessure, ne cesse de se décoller avec la chaleur étouffante.

©REUTERS

Dans plusieurs rues de la vieille ville, des corps de jihadistes gisent encore sur la chaussée, recouverts par une couverture. Des centaines de milliers de civils ont réussi à fuir les combats, après avoir vécu dans des conditions terribles, subissant pénuries, bombardements et servant de "boucliers humains" à l'EI.

Coiffés de plusieurs haut-parleurs, le dôme vert d'une mosquée à proximité tient toujours. De temps en temps, une façade qui s'est écroulée dévoile un quotidien interrompu dans la vieille ville. Une horloge encore accrochée au mur, une plante d'intérieure placée dans un coin, dans une pièce aux murs jaune, qui flotte au dessus des ruines. Des casseroles en fer et des théières électriques parmi les gravats.

©AFP

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés