Le groupe EI est militairement sur la défensive

©AFP

L'Etat islamique perd des plumes en ce qui concerne ses revenus et ses combattants. Mais méfiance, précise l'ONU dans un rapport.

Le groupe jihadiste Etat islamique (EI) se trouve militairement sur la défensive, selon un nouveau rapport de l'ONU lundi. "L'EI est militairement sur la défensive dans plusieurs régions, notamment en Afghanistan, en Irak, en Libye et en Syrie." Qu'est-ce qui a changé?

1. Chute des revenus

Tout d'abord, l'EI a vu ses revenus chuter. Il doit désormais opérer avec un "budget de crise". Les revenus tirés de la contrebande de pétrole, issue principalement des champs d'hydrocarbures de la province de Deir Ezzor (nord-est), sont passés de 500 millions de dollars en 2015 à 260 millions l'an dernier.

Le rapport de l'ONU demande cependant aux gouvernements d'être vigilants car le groupe EI va chercher à trouver d'autres sources de revenus et pourrait, pour ce faire, procéder à des enlèvements de journalistes ou de travailleurs humanitaires.

2. Moins de nouvelles recrues

Le flux de combattants étrangers vers l'Irak et la Syrie s'est aussi considérablement ralenti, en raison des mesures de sécurités prises par les gouvernements mais aussi d'une "diminution de l'attrait" du groupe. Plusieurs pays ont rapporté que beaucoup de combattants étrangers resteraient en Irak et en Syrie car la plupart de ceux qui voulaient partir l'ont déjà fait.

"La capacité de l'EI à attirer de nouvelles recrues diminue et les combattants quittent progressivement le champ de bataille", note le rapport.

→ Lire également Les combattants de l'EI désertent

Face à la pression militaire, l'organisation EI communique et recrute de plus en plus dans l'ombre, via le "web profond" ("darkweb", partie obscure d'internet non référencée dans les moteurs de recherche classiques), le cryptage et les messagers, prévient encore le rapport.

"Grave menace"

Le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres prévient toutefois dans ce rapport que les jihadistes continuent à poser "une grave menace" et "s'adaptent partiellement" à leurs pertes sur le champ de bataille.

 Le Conseil de sécurité doit se réunir mardi pour discuter de ce rapport, au moment où le président américain Donald Trump a ordonné à ses chefs militaires un plan de bataille visant à vaincre l'EI. Les forces irakiennes sont en train d'avancer dans Mossoul, la deuxième ville du pays conquise par l'EI en 2014.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés