Premières images du raid contre Baghdadi

©via REUTERS

L'armée américaine a dévoilé des vidéos de son opération commando en Syrie, qui a abouti à la mort du chef du groupe terroriste État islamique Abou Bakr al-Baghdadi.

Donald Trump avait annoncé, dès lundi, que seraient rendus publics des extraits de la vidéo du raid mené le week-end dernier en Syrie et qui a abouti à la mort du chef du groupe État islamique, Abou Bakr al Baghdadi. Lui-même avait suivi l'opération en temps réel, depuis la Maison-Blanche, grâce aux caméras embarquées des membres des forces spéciales. Et mercredi, le département américain de la Défense a publié les premières images de l'opération.

Les images aériennes, en noir et blanc et granuleuses, montrent les forces spéciales américaines se rapprocher du complexe dans lequel Baghdadi se trouvait, pendant qu'un avion américain faisait feu sur des combattants situés à proximité du bâtiment.

Une autre vidéo, la plus spectaculaire, montre un épais nuage de fumée noire s'élever du sol après que les bombes américaines aient rasé le complexe.

Le général Kenneth McKenzie, à la tête du commandement central américain qui supervise les troupes déployées au Moyen-Orient, a déclaré que la destruction du bâtiment avait en partie pour but "de s'assurer que celui-ci ne serait pas un sanctuaire ni mémorable sous aucune forme". S'exprimant lors d'un point de presse au Pentagone, il a indiqué que Baghdadi avait entraîné avec lui deux enfants dans une zone souterraine du complexe et le tunnel qu'il avait emprunté pour prendre la fuite – et non pas trois enfants, comme l'avait préalablement estimé l'administration américaine.

Combien de personnes tuées?

En plus des deux enfants, "six membres de l'EI sont morts en tout" au cours du raid: "quatre femmes et deux hommes dont Baghadi", a expliqué le chef du commandement central américain. Les femmes agissaient "de manière menaçante" et portaient des gilets explosifs. Kenneth McKenzie a assuré que onze autres enfants avaient été "protégés par les forces d'assaut" et deux hommes capturés. Du matériel électronique et des documents en quantité "substantielle" ont été saisis.

D'autres combattants non identifiés ont été tués dans les environs lorsqu'ils ont ouvert le feu contre les hélicoptères américains, a précisé le général sans en fournir le nombre.

©AFP

Le chien-soldat, qui avait précédé les militaires dans le tunnel, a été blessé par des fils électriques mis à nu par la détonation provoquée par le chef djihadiste. Mais il est prêt à reprendre du service, a assuré le général McKenzie, Donald Trump le saluant, pour sa part, comme un "héros américain".

Craintes de représailles

Baghdadi était isolé, à quelques kilomètres seulement de la frontière turque, et les combattants d'autres groupes dans la zone ne savaient probablement même pas que le chef de l'EI était là, a déclaré Kenneth McKenzie. Le général a prévenu que l'EI allait probablement tenter d'organiser une attaque en représailles. "Nous sommes postés et nous sommes préparés à cela", a-t-il assuré.

Interrogé sur les derniers instants de vie de Baghdadi, McKenzie n'a ni confirmé ni infirmé les propos de Donald Trump, qui avait déclaré dimanche, lors d'une allocution télévisée, qu'il était mort "comme un lâche - en pleurant, gémissant et criant". "Je peux vous dire ceci: il a rampé dans un tunnel avec deux enfants et s'est fait exploser alors que ses hommes sont restés sur le terrain", a répondu McKenzie. 

L'ADN de Abou Bakr al-Baghdadi a été prélevé parmi les débris et ultérieurement comparé avec celui obtenu lors de son passage dans une prison en Irak en 2004, permettant de confirmer "sans l'ombre d'un doute" qu'il s'agissait bien de lui.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité