Carton rouge et condamnations pour plusieurs supporters russes

©AFP

La Justice française siffle la fin de la partie: trois supporters russes ont été condamnés à des peines de 1 à 2 ans de prison ferme pour les violences de samedi à Marseille et vingt autres, dont le sulfureux responsable ultranationaliste Alexandre Chpryguine, vont être expulsés. Ces sanctions tombent au lendemain de tensions diplomatiques entre la France et la Russie provoquées par l’arrestation de ces supporters.

Figure de l’association des supporters du Lokomotiv Moscou, Alexeï Erounov, 29 ans, a écopé de la peine la plus lourde, 24 mois, pour sa participation à une "chasse" aux Anglais ultraviolente près du Vieux-Port. "Je m’excuse. Je reconnais que j’y étais, mais je n’ai frappé personne. J’ai les mains propres", a-t-il déclaré à la barre du tribunal correctionnel de Marseille.

Sergueï Gorbatchev (alias "la Brique"), a été condamné à 18 mois de prison ferme. Nikolaï Morozov (alias "Oeil"), 28 ans, supporter très actif du Dynamo Moscou, a été condamné à 12 mois de prison ferme. Contrairement aux deux autres, il n’apparaît pas sur une vidéo filmée par un hooligan russe, qui a été projetée lors de l’audience après être devenue virale sur YouTube.

Les vingt autres Russes qui vont être expulsés sont âgés de 25 à 40 ans. L’un d’entre eux attire particulièrement l’attention: Alexandre Chpryguine, président de l’Association des supporters russes et collaborateur du député Igor Lebedev, membre du parti d’extrême droite LDPR. Chpryguine a déjà été vu en compagnie du président Vladimir Poutine.

Dans toute la France, 323 interpellations, dont 196 gardes à vue, ont eu lieu depuis le début de la compétition le 10 juin, a indiqué le ministère de l’Intérieur jeudi.

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés