mon argent

L'épargne-pension a rapporté 400 millions d'euros en 2012 au fisc

©CREDIT: Lieven Van Assche

La taxe sur l’épargne-pension et l’épargne à long terme a rapporté en 2012 à l’état belge plus de 400 millions d’euros. Sur ces 400 millions, 183 millions sont des recettes exceptionnelles, selon les chiffres du Service fédéral des Finances.

En 2013, les épargnants qui investissent 940 euros, au maximum, dans un produit d’épargne-pension (fonds ou assurance) ou 2.260 euros (plafond) dans un produit d’épargne à long terme récupéreront dès l’année prochaine 30% de leur investissement. En guise de compensation, l’épargnant paiera une  taxe de 10% lorsqu’il atteindra l’âge de 60 ans. L’année passée, cette taxe s’élevait encore à 16,5% pour les versements effectués avant 1993. Mais en décembre 2012, le gouvernement a décidé de toucher, de manière anticipative, la différence de 6,5%, et ce afin d’uniformiser à 10% la taxe à payer par les épargnants à l’âge de 60 ans. Cette taxe exceptionnelle a rapporté au fisc 183 millions d’euros en 2012.

Sans compter ces recettes exceptionnelles, les recettes fiscales sur l’épargne-pension et l’épargne à long terme ont atteint 217 millions d’euros en 2012. C’est 7% de plus qu’en 2011 et 27% de plus qu’en 2008. La hausse de ces recettes confirme le vieillissement des épargnants. " De plus en plus de personnes épargnant en vue de leur pension atteignent l’âge de 65 ans ", confirment BNP Paribas Fortis et KBC. Cette tendance devrait s’accentuer. Chez Belfius, 31% des détenteurs d’une épargne-pension ont entre 50 et 60 ans. Chez BNP Paribas Fortis, un détenteur d’épargne-pension sur trois a entre 55 et 64 ans.

La hausse des revenus ne suffit toutefois pas à couvrir les coûts de l’avantage fiscal accordé aux produits d’épargne-pension. En 2011, le fisc avait accordé 522 millions d’euros de diminution d’impôt dans le cadre de l’épargne-pension.

A lire demain dans L’Echo notre dossier sur l’épargne-pension et l’épargne à long terme.

 

 

 

 

 

Publicité
Publicité
Publicité