interview

3 questions à Gert Bakelants, rédacteur en chef L'Investisseur

©Kristof Van Accom

1. Pourquoi une nouvelle édition de la bible de la bourse?

Nous avons avant tout écrit ce livre parce que nous ne pouvions nous résigner à voir nos compatriotes s’appauvrir année après année. Le pouvoir d’achat de nos économies placées sur un compte d’épargne ne cesse de s’éroder, et les investissements en obligations souffrent des taux réels négatifs. La plupart des citoyens se sentent impuissants, en particulier ceux qui ne se sont pas suffisamment armés en matière de connaissances financières pour trouver eux-mêmes la réponse à ce défi. L’objectif de la bible de la bourse 2018 est de leur donner des informations de base pour les aider à faire les premiers pas en Bourse. Car la Bourse est là pour tout le monde!

Suivez le débat

Trop tard pour investir en actions?

Orateurs: Youry Huygen et Anne Vandenbulcke (L’Investisseur)

→ 10.00 - 10.45 Mon Argent Corner

Twitter: #finav17

2. Ne faut-il pas des nerfs d’acier pour investir en Bourse?

Les citoyens entendent toujours parler des côtés négatifs de la Bourse, exagérés par certains médias. C’est précisément l’objectif de la bible de la bourse d’aider les investisseurs à gérer leurs émotions. Nous voulons informer nos lecteurs sur les sujets financiers, les accompagner, et apporter des connaissances afin qu’ils soient mieux préparés pour se lancer dans l’arène boursière.

3. Les actions ne sont-elles pas devenues trop chères?

Il y a quelques années, les actions étaient vraiment bon marché. Ce n’est plus le cas aujourd’hui, même s’il faut relativiser les valorisations: par exemple, les taux ne reviendront plus aux niveaux d’avant-crise, mais les bénéfices des entreprises sont clairement en hausse. La plupart des Bourses européennes sont encore très loin de leurs niveaux records d’il y a dix ans ou plus, lorsque les taux étaient élevés. On ne parle pas encore d’euphorie aveugle, qui caractérise généralement le point culminant des Bourses.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content