interview

"Le meilleur moment pour investir? C'est aujourd'hui!"

©Debby Termonia

Avec une hausse de plus de 13% depuis janvier 2017, le Bel 20 connaît une excellente année. Pourtant, nombreux sont ceux qui n’osent pas franchir le pas vers la Bourse. "La bible de la bourse 2018" veut changer les choses en proposant des informations détaillées et en guidant les épargnants pas à pas. Gert Bakelants, rédacteur en chef de l'Investisseur, nous explique l'initiative.

Dans notre pays, des milliards d’euros dorment sur des comptes d’épargne et ne rapportent rien. C’est précisément pour "activer" cet argent que deux spécialistes de L’Investisseur – son rédacteur en chef Gert Bakelants et son rédacteur en chef adjoint Frank De Mol – ont pris leur plume pour rédiger une nouvelle "bible de la bourse".

Cette nouvelle édition diffère totalement de la précédente, même si l’objectif n’a pas changé: proposer un guide pratique et fiable à tous les investisseurs, quels que soient leurs antécédents et l’importance de leur patrimoine.

D’où vient cette initiative?

Si nous voulions être populistes, nous dirions que nous avons pris cette initiative pour marquer les trente ans du krach boursier de 1987 et les dix ans de la crise bancaire. Mais nous avons surtout rédigé cet ouvrage parce que nous ne pouvons pas – et nous n’avons pas le droit de – nous résigner à voir les Belges s’appauvrir année après année.

La bible de la bourse 2018

Non seulement les économies placées sur les comptes d’épargne perdent en pouvoir d’achat, mais même les investisseurs en obligations voient leurs avoirs systématiquement érodés par les taux réels négatifs. La plupart de nos concitoyens subissent cette situation, parce qu’ils ne se sentent pas suffisamment armés en termes de connaissances financières pour trouver eux-mêmes une réponse à ces défis.

Notre société souffre d’un manque de formation financière…

En effet, et c’est une regrettable lacune que nous devons combler. Avec l’amélioration de l’image de la Bourse et des actions, le timing choisi pour éditer cette bible de la bourse 2018 n’est certainement pas mauvais.

Les épargnants sont de plus en plus frustrés face aux taux zéro et ils cherchent des solutions alternatives. Ils sont donc à nouveau réceptifs, et prêts à écouter, même si le danger existe que certains charlatans profitent de cette situation. En d’autres termes, qu’ils abusent de la faiblesse de certaines personnes. C’est une chose que nous souhaitons éviter, notamment en tentant de sensibiliser au mieux les épargnants à ces dangers et en leur fournissant des armes pour se défendre.

Proposez-vous aussi des outils afin qu’ils puissent se constituer un portefeuille d’actions équilibré?

Absolument, et je dirais même un portefeuille quasiment "à la carte"! Car la Bourse est là autant pour les débutants que pour les investisseurs chevronnés, pour les jeunes que les moins jeunes, pour les investisseurs défensifs ou dynamiques, riches ou pauvres.

"Les actions ne sont pas réservées aux ‘happy fews’."

Notre message clé, c’est que les investissements sont à la portée de chacun. Nous plaidons depuis des années en faveur d’un capitalisme populaire: les actions ne sont pas réservées aux "happy fews". Elles sont pour tout le monde. La Bourse est le moyen démocratique ultime de faire participer le plus grand nombre de gens au monde de l’entreprise et d’en tirer parti. Souvent sous forme de dividendes, dont le rendement représente plusieurs fois le taux à long terme actuel. Et à longue échéance, les investisseurs peuvent espérer engranger de belles plus-values, avec des risques moindres que ceux pris par les entrepreneurs eux-mêmes, grâce aux vertus de la diversification.

Vous conseillez d’investir à tous ceux qui disposent d’économies. Pourtant, certains politiciens mettent en garde en déclarant que les actions ne sont pas pour les citoyens "lambda".

Oui, et cela nous fâche. D’une part ils se plaignent que le fossé entre les riches et les pauvres ne cesse de se creuser, et d’autre part, ils diabolisent les actions. Les riches ne deviennent pas plus riches en plaçant leur argent sur un compte d’épargne, mais parce qu’ils sont actionnaires d’entreprises, en d’autres termes, parce qu’ils détiennent des actions.

"La Bourse offre à chacun la possibilité de progresser dans la vie, de ne pas laisser ses maigres économies s’éroder à cause de l’inflation."

 

La Bourse offre à chacun la possibilité de progresser dans la vie, de ne pas laisser ses maigres économies s’éroder à cause de l’inflation. Les autorités devraient réduire le seuil d’accès à la Bourse. La Bourse est là pour tout le monde!

Vous n’en êtes pas à votre premier essai avec cette bible de la bourse. En quoi cette nouvelle édition diffère-t-elle de la précédente (parue en 2015, NDLR)?

"La bible de la bourse 2018" n’est pas une version améliorée de la précédente. Il s’agit d’un tout nouvel ouvrage, entièrement repensé. Nous l’avons articulé autour de trois grands chapitres.

"La bible de la bourse 2018" sera disponible exclusivement via L’Echo et via De Tijd pour sa version en néerlandais au prix de 6,90 euros. Les abonnés trouveront un bon d’achat dans l’édition du week-end du 18 novembre, qui leur permettra d’acheter leur exemplaire à ce prix chez leur libraire. Les non-abonnés devront acheter le journal pour obtenir ce coupon. Le livre sera aussi mis en vente au salon Finance Avenue.

Dans le premier, nous abordons notamment la question de savoir si les marchés boursiers (en hausse depuis de nombreuses années, NDLR) sont ou non surévalués.

La deuxième partie est présentée sous forme de douze leçons pour les investisseurs. Nous essayons de les guider pas à pas dans leurs investissements et nous leur fournissons également des informations leur permettant de mieux comprendre le marché. Je pense par exemple à l’impact de la réduction du programme de relance de la Banque centrale européenne.

Dans le troisième chapitre, nous abordons les différents profils d’investisseurs: défensif, dynamique et même spéculatif. Notre livre s’adresse à tout le monde.

L’édition 2018 se veut donc totalement différente de la précédente?

En effet, nous avons entièrement revu le concept et nous accordons plus d’attention aux aspects visuels. Les pages de droite comprennent les textes de base, avec des encadrés zoomant sur certains sujets. Sur les pages de gauche, on trouve des graphiques avec des explications.

Quel est le meilleur moment pour commencer à investir?

C’est toujours le bon moment, puisque nous ne disposons pas de boule de cristal. Je dirais donc: commencez aujourd’hui! Il est important pour votre patrimoine et votre pension que vous investissiez de manière réfléchie.

"Les autorités devraient réduire le seuil d’accès à la Bourse. La Bourse est là pour tout le monde!"

Pour les étudiants également, je dirais: au plus tôt vous commencez à investir, au mieux. Il est d’ailleurs dommage qu’il soit interdit d’ouvrir un compte bébé qui investisse en actions. Les comptes épargne actuels sont d’office synonymes de pertes garanties.

Ces dernières années, les Bourses ont affiché de belles performances. Les valorisations ont augmenté. On entend même dire que les actions sont devenues chères…

Il y a quelques années, les actions étaient vraiment bon marché. Ce n’est plus le cas aujourd’hui, même s’il faut relativiser les valorisations: par exemple, les taux ne reviendront plus aux niveaux d’avant-crise, mais les bénéfices des entreprises sont clairement en hausse.

La plupart des Bourses européennes sont encore très loin de leurs niveaux records d’il y a dix ans ou plus, lorsque les taux étaient élevés. On ne parle pas encore d’euphorie aveugle, qui caractérise généralement le point culminant des Bourses.

Rallye Boursier

Que vous soyez investisseur débutant, chevronné ou néophyte de la Bourse, participez au Rallye Boursier, le concours boursier de L’Echo. Faites fructifier votre capital de départ virtuel de 50.000 euros pendant 10 semaines, du 20 novembre 2017 au 26 janvier 2018 en investissant dans une sélection d’actions et de fonds de placement. Le participant qui réalisera la plus-value la plus élevée gagnera jusqu’à 10.000 euros (non virtuels!). De nombreux autres prix seront décernés aux portefeuilles les plus fructueux. Le MeDirect.be Award (5.000 euros) récompensera la meilleure plus-value en fonds. Le Prix Étudiant (2.500 euros) couronnera les meilleures prestations d’étudiants dans toutes les catégories d’investissement.

Inscrivez-vous sur rallyeboursier.be

 

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content