Les 5 valeurs phares des stratégistes à Finance Avenue

Vincent Juvyns (JP Morgan Asset Management) ©rv

Les marchés boursiers ont enregistré depuis le début de l’année une excellente performance. Certains redoutent la formation d’une bulle spéculative. Mais la situation apparaît très différente de celle de l’an 2000.

Vincent Juvyns (JP Morgan Asset Management) reste optimiste pour les marchés boursiers même si ce sera compliqué de rééditer les belles performances de cette année.

Comment caractériser le contexte macro-économique actuel?

Les Etats-Unis sont dans la troisième période d’expansion la plus longue de l’histoire, avec huit années de croissance ininterrompue depuis la dernière récession. Ce qui est intéressant de noter c’est la "resynchronisation" cette année car la croissance européenne a accéléré. Le contexte conjoncturel est donc favorable dans les deux régions.

Suivez le débat

Le débat des stratégistes: quelles actions privilégier?

Avec Arnaud Delaunay (Leleux Associated Brokers), Vincent Juvyns (JP Morgan Asset Management), Jean-Marie Caucheteux (Degroof Petercam) et Youry Huygen (L’Investisseur)

→ 16.00 — 16.45 Mon Argent Corner

Twitter: #finav17

La situation des taux d’intérêt reste toutefois très différente entre les deux régions.

Les USA sont en avance dans le cycle de normalisation monétaire. Il ne faut pas oublier que la BCE a procédé à son assouplissement quantitatif (QE) beaucoup plus tard qu’aux USA. Dans les 12 à 18 mois, la BCE devrait en principe remonter son taux directeur des dépôts. Pour les USA, on devrait connaître une hausse des taux d’intérêt en décembre et trois hausses de taux l’an prochain.

On a connu un très bon cru boursier jusqu’ici en 2017. Ce sera encore le cas en 2018?

La réalité économique s’est reflétée dans les résultats des entreprises où l’on a connu tant aux USA qu’en Europe plusieurs trimestres de forte croissance bénéficiaire. La hausse boursière n’est donc pas artificielle. Ce qui ne veut pas dire que les marchés ne sont pas chèrement valorisés. Ils sont chers tant en Europe qu’aux USA. Mais il est difficile de parler d’une bulle spéculative. Aux USA, on se situe à 18 fois les bénéfices attendus en termes de valorisation, ce qui n’est pas extrême. Par ailleurs, je ne vois pas d’euphorie sur les marchés. C’est différent de l’an 2000 où le chauffeur de taxi ou le coiffeur nous parlait des actions achetées la semaine dernière et qu’il comptait revendre la semaine suivante. Beaucoup d’investisseurs particuliers sont encore échaudés par la crise de 2008 et peu d’entre eux finalement sont revenus en force en Bourse. Je rencontre pas mal d’investisseurs qui restent frileux et prudents.

Donc, il n’est pas trop tard pour monter dans le train malgré la hausse des dernières années?

Même celui qui aurait investi en 2007 dans un fonds diversifié globalement et subi la chute de 2008 aurait quand même réalisé un rendement annualisé de 6,5%. C’est intéressant à noter.

Aujourd’hui, il n’y a pas d’éléments fondamentaux à mon sens qui peuvent conduire à une correction boursière. Mais les corrections peuvent se nourrir de bien d’autres éléments, comme la situation géopolitique par exemple. Les perspectives économiques sont bonnes pour l’an prochain et cette dynamique se reflète bien dans les résultats des entreprises. Le support pour le marché d’actions reste donc bel et bien présent, même s’il ne faut pas se leurrer, les arbres ne montent pas jusqu’au ciel et il sera difficile de répéter les performances boursières de cette année.

Quels sont vos choix en termes sectoriels?

On retrouve deux secteurs phares. Le secteur bancaire qui profite d’une hausse des taux d’intérêt et qui est valorisé de manière plus attractive que le marché dans son ensemble. Par ailleurs, il y a le secteur technologique. On peut accepter de payer un peu plus cher que le marché, mais pour une croissance bénéficiaire bien supérieure. Le secteur technologique affiche en effet des taux de croissance bénéficiaire de plus de 20% cette année. C’est donc un pari encore à prendre pour les investisseurs, tant aux Etats-Unis qu’en Europe.

©MEDIAFIN

L'action favorite de Arnaud Delaunay, Leleux Associated Brokers

©Aude Vanlathem

Financière de Tubize est le monoholding détenant 35% du groupe coté UCB (spécialisé dans la recherche de solutions médicales dans le domaine du système nerveux et de l’immunologie).

UCB continue d’enregistrer une forte croissance de ses revenus grâce à ses 5 médicaments clés (Cimzia, Keppra, Vimpat, Neupro, Briviact), qui constituent 85% des ventes du groupe. Une fois n’est pas coutume, les derniers résultats étaient au beau fixe: le chiffre d’affaires a progressé de 9% sur les neufs premiers mois, quant aux 5 produits phares, leur croissance a été de 15%. Les perspectives financières de 2017 ont été revues à la hausse, tant au niveau du chiffre d’affaires (attendu entre 4,4 et 4,5 milliards d’euros, comparativement à 4,2 milliards en 2016) que sur l’EBITDA (entre 1,25 et 1,35 milliard d’euros, contre 1,03 milliard d’euros en 2016).

Avec ce palmarès, le titre UCB (et donc Financière de Tubize) peut sans l’ombre d’un doute figurer parmi les actions de "croissance". Le ratio cours sur bénéfices pointe à seulement 13,6x pour 2018, alors que la croissance des bénéfices par action est attendue en hausse de 10%. La décote de Tubize ressort à 35% (celle-ci est en moyenne de 40% ces dernières années).

Les 5 actions recommandées
  • Financière Tubize
  • Aegon
  • ArcelorMittal
  • Total
  • Wereldhave

L'action favorite de Jean-Marie Caucheteux, Banque Degroof Petercam

©rv doc

Aedifica est une société immobilière réglementée (SIR) belge dont l’activité principale est focalisée (82% de la valeur du portefeuille) sur le vieillissement de la population en Belgique, aux Pays-Bas et en Allemagne. Plus précisément, Aedifica possède, mais n’exploite pas, tout un éventail de résidences adaptées pour le logement et les soins aux personnes âgées. Cela consiste principalement en maisons de repos, surtout en Belgique mais aussi en résidences plus petites et plus spécialisées, en particulier aux Pays-Bas.

Aedifica est la seule société cotée en Europe dont c’est l’activité principale. La croissance du portefeuille (15X) fut spectaculaire et régulière depuis l’introduction en Bourse de 2006, quoique s’étant accélérée depuis quelques années. Et l’histoire ne devrait pas s’arrêter là, considérant une demande potentielle croissante, qui n’est pas limitée aux pays dans lesquels Aedifica est actif jusqu’ici. Depuis l’augmentation de capital de 219 millions d’euros (la 4ème opération du genre depuis 2010) de mars dernier, la société a déjà investi dans plus de 25 actifs totalisant un montant de 418 millions d’euros. Ces augmentations de capital n’ont pas empêché une croissance régulière du dividende.

Les 5 actions recommandées 
  • Aedifica
  • AB Inbev
  • Ackermans & van Haaren
  • Galapagos
  • NSI, le groupe immobilier néerlandais

L'action favorite de Youry Huygen, L’Investisseur

©Kristof Van Accom

Vranken-Pommery , le producteur de champagne, est une action qui n’intéresse pas vraiment les grands investisseurs en raison de la négociabilité limitée du titre. Ce qui veut dire que l’action n’est pas artificiellement poussée vers le haut par les professionnels comme c’est le cas pour de nombreuses actions, mais accessible au petit investisseur privé.

Vranken-Pommery se relève de l’impact négatif des attentats terroristes (fréquentation en recul dans les restaurants, diminution du nombre de touristes). Une base de comparaison favorable donc. Les activités internationales sont encore limitées, mais enregistrent une croissance à deux chiffres. L’action contient de la valeur (value): elle cote bien en deçà de sa valeur comptable et est inférieure à la valeur du patrimoine. Le producteur de champagne a certes beaucoup de dettes, mais il y a en contrepartie un important stock de champagne. La vente d’une participation dans la joint-venture Listel SA a rapporté 43 millions d’euros.

La valeur est digne d’achat mais avec une position limitée. Limitez l’achat aux alentours de 24 euros.

Les 5 actions recommandées
  • Vranken-Pommery
  • Vopak
  • Boskalis
  • D’Ieteren
  • GBL

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content