Posez vos questions aux CEO

©Photo News

Trois CEO de sociétés cotées à Bruxelles vous présenteront leur société et répondront à vos questions.

Et si au lieu de demander à des stratégistes et analystes financiers où investir en Bourse, nous vous laissions la possibilité de vous faire votre propre avis en rencontrant des patrons de sociétés cotées? C’est le postulat de base de cette nouvelle conférence, sorte de "speed-dating" des CEO.

Suivez le débat

Posez vos questions aux CEO d’Ageas, Celyad et Aedifica

Débat avec Bart De Smet (CEO d’Ageas), Christian Homsy (CEO de Celyad) Stefaan Gielens (CEO d’Aedifica)

→ 10.00- 10.45 Mon Argent Corner

Twitter: #finav17

Trois patrons, Bart De Smet (Ageas), Christian Homsy (Celyad) et Stefaan Gielens (Aedifica), ont accepté notre proposition de venir vous présenter leur entreprise et répondre à vos questions. Il s’agit de sociétés actives dans des secteurs différents (l’assurance, la biotechnologie et l’immobilier de santé) qui intéressent particulièrement les investisseurs belges. Et pourquoi pas vous? Ces trois entreprises ont en outre connu une actualité assez importante ces derniers mois, qui s’est reflétée dans leur cours de Bourse. Un analyste de L’Investisseur sera d’ailleurs présent pour revenir sur ces récents dossiers chauds.

Cette conférence sera donc l’occasion de faire le point sur la situation, avec les commentaires éclairés des responsables qui gèrent au quotidien ces sociétés. Parviendront-ils à vous convaincre?

©MEDIAFIN

Bart De Smet, CEO Ageas

Ageas est un groupe d’assurance international, né du démantèlement de Fortis en 2009 et héritier de Fortis Assurance. Il porte le nom d’Ageas à la suite des assemblées générales d’avril 2010. L’assureur propose une large gamme de produits vie et non-vie à des clients particuliers et professionnels. Présent dans 16 pays d’Europe et d’Asie, il a divisé ses activités en quatre zones géographiques: la Belgique (qui représentait 65,3% de son produit net en 2016), le Royaume-Uni, l’Europe Continentale (Luxembourg, France, Italie, Portugal et Turquie), et l’Asie (Chine, Malaisie, Inde, Thaïlande, Vietnam, Laos, Cambodge, Singapore, et Philippines).

©Photo News

La société emploie plus de 30.000 personnes avec à sa tête Bart De Smet, Chief Executif Officer depuis juin 2009. Dans son plan stratégique pour 2015-2018, intitulé "Ambition 2018", Ageas s’est notamment fixé 5 objectifs financiers: un rendement sur capitaux propres en assurance compris entre 11% et 13% (hors plus-values et moins-values latentes); un ratio combiné non-vie inférieur à 97%; des marges opérationnelles en vie de 85-90 points de base pour les produits garantis et de 40-45 points de base pour les produits en unités de compte; un ratio d’assurance Solvency II de 175% et un ratio d’attribution de dividende compris entre 40% et 50% du bénéfice net des activités d’assurance. L’assureur est encore lié à son passé de Fortis. Il négocie actuellement un accord à l’amiable avec les associations de défense des droits des actionnaires. Un premier accord avait été dégagé dans lequel Ageas avait accepté de verser 1,2 milliard d’euros aux actionnaires de Fortis. Mais en juin dernier, la justice néerlandaise l’avait rejeté, jugeant discriminante la distinction entre les différentes catégories d’actionnaires à indemniser. Depuis lors, Ageas a accepté de rajouter 100 millions à l’enveloppe et la Cour a donné aux parties un délai supplémentaire, jusqu’au 12 décembre, pour arriver à un nouvel accord.

Christian Homsy, CEO Celyad

Celyad est une société biopharmaceutique, spécialisée au départ dans le développement de thérapies basées sur la régénération des cellules pour le traitement des maladies cardiovasculaires. La société s’est ouverte en 2015 à l’oncologie en acquérant la société américaine OnCyte, une ancienne division de Celdara Medical LLC. Celyad développe ainsi une thérapie cellulaire utilisant des cellules CAR-T, c’est-à-dire des cellules qui utilisent les défenses immunitaires naturelles du patient pour détruire les cellules cancéreuses.

Christian Homsy, CEO Celyad ©LAURIE DIEFFEMBACQ

Créé en 2003 par Michel Lussier, Christian Homsy et William Wijns, la biotech belge est d’abord connue sous le nom de Cardio3 puis de Cardio 3 BioSciences. Elle rentre en Bourse en juin 2013 et lève à cette occasion quelque 26 millions d’euros. Deux ans plus tard, elle change à nouveau de nom pour Celyad en vue de son entrée sur le Nasdaq en mai 2015. Celyad emploie aujourd’hui environ 90 personnes, dont 84% dédient leurs activités à la recherche & développement. À sa tête, Christian Homsy est Chief Executif Officer depuis sa création.

Celyad indique dans son rapport semestriel publié fin août disposer de 68,8 millions d’euros en trésorerie, ce qui devrait lui permettre de financer ses différents programmes de recherche jusqu’à la mi-2019. Sa consommation nette de trésorerie était de 13,8 millions d’euros au premier semestre 2017 contre 21,5 millions d’euros à la même période un an plus tôt.

Comme dernière actualité, la société a publié début octobre les premiers résultats cliniques de son étude THINK (THerapeutic Immunotherapy with CAR-T NKG2D), son second essai clinique avec le produit candidat phare CYAD-01 initié fin 2016 aux États-Unis et en Europe. Et elle annonce un tout premier cas de réponse morphologique complète chez un patient atteint de leucémie myéloïde aiguë (LMA) réfractaire et récidivante, le cancer du sang et de la moelle osseuse le plus fréquent chez l’adulte.

Stefaan Gielens, CEO Aedifica

Aedifica est une Société Immobilière Réglementée, en abrégé SIR, cotée à la Bourse de Bruxelles depuis octobre 2006. Pour obtenir ce statut, l’entreprise doit respecter de nombreuses règles comme elle l’explique sur son site internet. À titre d’exemple, une SIR n’est pas soumise à l’impôt des sociétés en Belgique, pour autant qu’au moins 80% de son produit net soit distribué sous forme de dividende. Pour l’exercice 2016-2017, Aedifica va distribuer un dividende de 2,25 euros brut par action, soit 82% de ses bénéfices. Et elle vise un dividende de 2,50 euros (+ 11%) pour l’exercice en cours. À noter que les actionnaires d’Aedifica bénéficient d’un précompte mobilier réduit à 15%, du fait que la société investit dans le secteur de la santé.

©ID/ Dieter Telemans

Le taux d’endettement d’une SIR ne peut par ailleurs excéder 65% des actifs consolidés. En cas de dépassement du seuil de 50%, un plan financier accompagné d’un calendrier d’exécution doit être élaboré. Au 30 juin 2017, son taux d’endettement avait atteint 40,8%.

Voilà pour l’aspect juridique, revenons à Aedifica. Créée en novembre 2005 sous le nom d’Enigma Immo, la société investit dans l’immobilier de santé, en particulier dans le logement des seniors. En toile de fond, le vieillissement de la population en Europe et les besoins spécifiques qui en découlent. Elle emploie une cinquantaine de personnes avec à sa tête Stefaan Gielens, Chief Executif Officer depuis 2006. Aedifica détient pour plus d’1,5 milliard d’euros en actifs immobiliers, composés à 82% de logements de seniors. Elle est active en Belgique (qui représente 75% de son portefeuille immobilier), en Allemagne (14%) et aux Pays-Bas (11%). Pour financer sa forte croissance – elle a passé le cap de 100 logements de seniors l’année dernière —, Aedifica a procédé à une augmentation de capital en mars 2017. Ce qui lui a permis de lever plus de 200 millions d’euros. Depuis lors, la société a annoncé de nombreux projets d’acquisitions, principalement aux Pays-Bas et en Allemagne.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content