Découvrez les gagnants des Fund Awards 2018

Le super Award a été attribué à Degroof Petercam Asset Management ©Kristof Vadino

Pour la 22e année consécutive, les quotidiens économiques et financiers L’Echo et De Tijd récompensent les meilleurs fonds du marché belge. En tout, 18 Awards ont été décernés: 14 à des fonds et 4 à des gestionnaires.

"Les gestionnaires de fonds prestent en moyenne moins bien que le marché." Ces paroles sont de William Sharpe, Prix Nobel d’économie en 1991. Son raisonnement est simple: imaginez que seuls les investisseurs professionnels  actifs et passifs  occupent le marché. Et imaginez que la Bourse augmente de 10%. Les fonds passifs augmenteront par définition de 10% (hors frais). Cela implique également que les gestionnaires actifs gagneront eux aussi en moyenne 10%. Retirez les frais et le constat est clair: les gestionnaires font en moyenne moins bien que le marché.

Pour les Fund Awards, nous recherchons chaque année les meilleurs fonds du marché belge. Nous essayons toutefois d’éviter les stars éphémères en tenant compte de l’historique des cinq dernières années et en accordant une grande importance à la régularité des prestations: les gestionnaires doivent donc impérativement afficher de bons résultats au cours de chacune des cinq années écoulées.

Gagnants belges

Cette année, Candriam fait partie des grands gagnants. L’an dernier déjà, la société de gestion de fonds aux racines belges avait raflé plusieurs places d’honneur. Une fois de plus, Candriam remporte l’or à trois reprises, dont deux fois dans le segment des marchés émergents. Le Belge Jan Boudewijns a été récompensée pour la gestion du fonds Candriam Equities Emerging Markets, des marchés qu’il suit depuis 1994. Ces cinq dernières années, il a obtenu un rendement annuel moyen de 6,7%. Jan Boudewijns: "Notre approche n’est pas géographique ou sectorielle, mais thématique. L’an dernier, nous avons eu de la chance avec la technologie, la Chine, et surtout la combinaison des deux. Nous avons osé miser sur les ‘Tencent’ de ce monde", explique-t-il. Basé à Bruxelles, Jan Boudewijns est responsable d’une équipe de trois gestionnaires et de deux analystes. "Ce sont surtout les analystes qui vont sur place visiter les entreprises."

Un jury exigeant
  • Les Awards individuels sont répartis en 14 catégories bien définies. Nous vérifions que la gestion du fonds est conforme à sa catégorie et que cette stratégie est réellement mise en œuvre.
  • On trouve par exemple des fonds qui se présentent comme des "fonds d’actions européennes", mais qui sont en réalité constitués à 80% d’actions du Benelux. Dans ce cas, ils sont exclus de la compétition.
  • Le contraire est également possible: certains fonds investissent à 100% dans des obligations d’entreprises, alors que leur stratégie leur permet d’investir 25% dans des obligations souveraines. Dans ce cas également, ils ne sont pas pris en considération pour l’Award du meilleur fonds d’obligations d’entreprises.

Jan Boudewijns est en contact régulier avec l’équipe qui gère les obligations de marchés émergents à Londres. Diliana Deltcheva reçoit, quant à elle, un Award pour la gestion de Candriam Bonds Emerging Markets. "C’est frappant de voir à quel point nos univers diffèrent l’un de l’autre. Chez nous, l’accent est mis sur l’Asie. Mais le continent est peu endetté. Pour les investisseurs en obligations, c’est surtout l’Amérique latine qui est importante", poursuit Jan Boudewijns.

Autre gagnant belge: la maison anversoise Mercier Vanderlinden, qui gère le meilleur fonds mixte à risque neutre. Pour la deuxième année consécutive, Merclin II Sicav Patrimonium remporte la palme. "L’année 2017 n’a pourtant pas été facile, nous confie son gestionnaire Frédéric Van Doosselaere. Nous investissons dans des actions de champions mondiaux, comme AB InBev, dont les résultats ont été médiocres. Nous avons également souffert du recul du dollar. Mais à terme, un dollar faible  et donc un euro plus fort  devrait influencer positivement les résultats des nombreuses sociétés américaines que nous avons en portefeuille." Frédéric Van Doosselaere s’attend lui aussi à une correction boursière et conserve entre 14 et 15% en cash pour pouvoir en profiter.

Bart Daenekindt est couronné meilleur gestionnaire en actions belges, avec KBC Equity Fund Flanders. Le gagnant de l’an dernier, KBC Institutional Fund Belgian Equity, a fusionné avec le numéro deux, KBC Equity Fund Belgium. Ces trois fonds - aujourd’hui au nombre de deux - sont gérés par Bart Daenekindt. L’an dernier, il détenait des actions Umicore et des valeurs financières, tandis qu’il est sorti à temps d’IBA.

Gagnants à répétition

Conséquence de notre méthodologie, le gagnant d’un Fund Award a des chances plus élevées que la moyenne de remporter un prix l’année suivante, à condition de ne pas sous-performer. Lorsqu’un gagnant ne se succède pas à lui-même, c’est souvent le numéro deux ou trois de l’année précédente qui l’emporte.

Dans la catégorie fonds d’épargne-pension, Candriam bat de justesse avec le Belfius Pension Fund High Equities, le vainqueur à répétition, Bart Van Poucke, qui vient compléter le podium avec deux fonds de BNP Paribas Fortis. L’an dernier, c’était l’inverse.

Vector Navigator, un fonds d’actions mondiales qui a remporté la médaille d’or deux années consécutives dans cette catégorie, doit cette année se contenter du bronze et céder sa première place à Fidelity Funds World Fund. Pendant la période 2013-2017, le fonds a affiché un rendement annuel moyen de 16,4%. Son gestionnaire, Jeremy Podger, recherche des actions intéressantes partout dans le monde et ne cache pas son aversion pour les indices. La plupart du temps, ses positions présentent l’une des caractéristiques suivantes: action bon marché, activité unique ou restructuration. Une fiche d’information récente nous apprend que la société Shell fait partie de ses principales positions.

Vector Asset Management n’a pas à se plaindre pour autant, car la société remporte un Award pour la troisième année consécutive dans la catégorie des fonds mixtes, avec son fonds Vector Flexible. Ce fonds détient les mêmes positions que Vector Navigator, mais les fluctuations sont atténuées grâce à des "futures". "Notre décision d’ignorer les obligations et de les remplacer par une couverture directe du risque lié aux actions semble avoir été le bon choix en 2017", expliquent les co-gestionnaires Werners Smets, Thierry Vandeghinste et Nils De Wit.

Dans la catégorie actions européennes, Schroder International Selection Fund Euro Equity arrive en tête pour la deuxième année consécutive. Dans la catégorie small caps européennes, le vainqueur de l’an dernier - KBC Equity Small & Medium - cède sa place à Axa WF Framlington Europe Microcap et se retrouve sur la deuxième marche du podium. Comme son nom l’indique, ce fonds de Axa Investment Managers privilégie les très petites capitalisations. Dans le top 10 du portefeuille, nous retrouvons par exemple Wessanen, le producteur néerlandais de produits alimentaires. Sur les cinq dernières années, le fonds affiche un rendement annuel moyen de 19%.

Le gagnant dans la catégorie fonds d’actions américaines réalise un rendement annuel moyen de 18,9% sur cinq ans, contre 0,5% pour le meilleur fonds monétaire.

Dans la catégorie des actions nord-américaines, Legg Mason Clearbridge US Large Cap Growth - le numéro trois de l’an dernier - remporte le premier prix. Le nom du fonds se réfère à la stratégie des gestionnaires Peter Bourbeau et Margaret Vitrano, qui se concentrent sur les grandes stars de la Bourse. Leur philosophie consiste à sélectionner des champions à long terme. Amazon, Microsoft et Alphabet font partie de leur top 5, peut-on lire sur la fiche d’information. Sur les cinq dernières années, leur rendement moyen annuel se monte à 18,9%.

Dans les titres à rendement fixe également, nous retrouvons souvent d’anciens gagnants, mais cette fois, les rendements laissent à désirer. Kempen (Lux) Euro Credit Fund remporte pour la troisième année consécutive le premier prix dans la catégorie obligations d’entreprises. Sur cinq ans, le fonds affiche un rendement annuel moyen de 4%. Mais des années de vaches maigres se profilent, nous confie son gestionnaire Rik den Hartog.

M&G Global Macro remporte pour la deuxième fois consécutive le prix de meilleur fonds d’obligations internationales diversifiées. Rendement sur cinq ans: 3,8%. Les rendements les plus modestes se retrouvent dans les fonds monétaires. Le gagnant, R Credit de Rothschild Asset Management, parvient tout juste à engranger 0,5% de rendement moyen sur les cinq dernières années.

La crème des gestionnaires

Le grand gagnant dans la catégorie des obligations est BlackRock, grâce à son fonds Blackrock GF Euro Bond Fund, dans la catégorie obligations en euros diversifiées et une deuxième place dans la catégorie obligations d’entreprises en euros. BlackRock remporte aussi la Palme d’or du meilleur gestionnaire en obligations. Pour la quatrième année consécutive, Comgest Gestion est élu meilleur gestionnaire en actions. La société de gestion de fonds se focalise sur un nombre limité de fonds d’actions, comme Comgest Growth Europe Opportunities (16% de rendement annuel moyen sur cinq ans) et Comgest Growth Emerging Markets (9,4% de rendement), qui se classent parmi les meilleurs.

©Kristof Vadino

Enfin, Degroof Petercam Asset Management remporte une fois de plus le super Award de meilleur gestionnaire toutes catégories. Pour obtenir ce prix, il est important que tous les fonds - dans toutes les catégories - fassent partie des meilleurs, qu’il s’agisse de fonds d’actions, d’obligations ou mixtes. "Nos experts en actions et obligations travaillent ensemble au même étage. Les contacts et les critiques (constructives) entre collègues jouent un rôle très important", expliquent les stratèges Guy Lerminiaux (actions) et Peter De Coensel (obligations).

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content