Charles Michel reconnait le génocide arménien

©Photo News

Le Premier ministre Charles Michel a reconnu jeudi le génocide arménien dans une intervention à la Chambre, au nom du gouvernement belge.

La question agite le monde politique belge, en particulier francophone, depuis plusieurs semaines. La Belgique va-t-elle oui ou non reconnaître le génocide arménien, perpétré il y a un siècle par le gouvernement Jeune Turc? La grande communauté turque rendait toute reconnaissance très sensible. Le Premier ministre a enfin tranché en reconnaissant ce génocide, au nom du gouvernement.

Le Premier ministre s'est également tourné vers l'avenir, soulignant l'importance du "dialogue" entre la Turquie et l'Arménie et observant à cet égard les expressions de "condoléances" de diverses autorités à l'occasion du centième anniversaire du génocide. 

Saluant l'intervention du Premier ministre, le député Peter De Roover (N-VA) a annoncé le dépôt d'une résolution permettant d'aller de l'avant sur cette question. Mardi, l'opposition parlementaire s'était déjà entendue sur des amendements communs.

 Sur les bancs de l'opposition, plusieurs élus ont salué une déclaration "historique". 

•  Le président des FDF Olivier Maingain voit dans l'intervention du Premier ministre un "signal très clair" à travers lequel majorité et opposition peuvent se retrouver dans un élan démocratique. Il s'agit aussi du "plus cinglant démenti à la faiblesse des déclarations de Didier Reynders sur le même sujet il y a quelques semaines", a-t-il relevé alors qu'interrogé par lui à la Chambre le ministre des Affaires étrangères n'avait pas franchi le pas de la reconnaissance. 

• Le député Georges Dallemagne (cdH), s'est également réjoui "des propos clairs et historiques tenus en séance plénière de la Chambre". Il a également salué une intervention "qui dénote radicalement avec les propos pour le moins ambigus et certainement calamiteux du ministre des Affaires étrangères".

 

Malaise en politique

La parlementaire bruxelloise Mahinur Özdemir (cdH) s'est faite expulsée de son parti fin mai pour avoir refusé de reconnaître le génocide.

Du côté du PS, c'est le député fédéral Emir Kirr qui s'était fait rappelé à l'ordre par son parti. Egalement d'origine turque, il avait boycotté la minute de silence à la Chambre à la mémoire des victimes du génocide arménien.

Qui a reconnu le génocide?

Parcourez notre carte pour avoir un aperçu de la reconnaissance du génocide à travers le monde.

  • En vert, les pays ayant adopté une disposition légale en faveur de la reconnaissance du génocide arménien.
  • En rouge, les pays ayant refusé cette reconnaissance pour le moment.
  • En orange, les pays ayant reconnu d'une manière diplomatique le génocide, sans pour autant avoir adopté de mesures légales.

La carte n'est pas exhaustive en l'absence de positionnement de nombreux pays, particulièrement ceux où la diaspora arménienne est très faible, voire nulle.

→ Plus d'articles sur le génocide arménien dans notre dossier

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés