Bayer a-t-il correctement évalué les risques liés au glyphosate?

©REUTERS

Le titre de Bayer, propriétaire de Monsanto, a subi une très sévère correction en Bouse ce lundi. Même si la société US a annoncé son intention de faire appel de sa condamnation pour avoir caché la dangerosité du Roundup, les investisseurs ont été pris de panique à l’idée que les milliers d’autres procédures visant Monsanto aux États-Unis puissent coûter des milliards au nouveau groupe. 

Bayer a-t-il correctement évalué les risques liés au Roundup lorsqu’il a envisagé de reprendre l’américain Monsanto en 2016? Le titre du géant chimique allemand a littéralement dégringolé lundi à la Bourse de Francfort, perdant jusqu’à 14%. Soit plus de 12 milliards d'euros de capitalisation boursière partis en fumée!

Bayer a souffert d’une condamnation infligée aux États-Unis à Monsanto, que le groupe pharmaceutique vient d'acquérir au prix fort. Un tribunal de San Francisco a condamné la société de Saint-Louis à payer 289 millions de dollars d'indemnités pour ne pas avoir informé de la possible dangerosité de son herbicide au glyphosate, le Roundup, à l'origine du cancer de Dewayne Johnson, un jardinier américain.

Même si Monsanto a immédiatement annoncé son intention de faire appel, les investisseurs ont été pris de panique à l’idée que les milliers d’autres procédures visant Monsanto aux États-Unis, à des degrés divers d'avancement, puissent aboutir à des résultats similaires. Si ce scénario devait se concrétiser, la facture pourrait facilement atteindre plusieurs milliards de dollars pour le nouveau mastodonte de l'agrochimie, en intégrant de possibles accords à l'amiable avec un grand nombre de requérants. Par le passé, le laboratoire Merck a dû débourser près de 5 milliards de dollars pour mettre fin à la majorité des 26.500 actions en justice liées au Vioxx, un anti-inflammatoire qui augmentait les risques cardiaques.

Mais ce n’est pas tout. Outre le risque juridique direct, le nouveau groupe doit affronter l'incertitude sur l'avenir commercial de l’herbicide le plus utilisé au monde. Le Roundup est aussi accusé d'être néfaste pour l'environnement et de contribuer à la disparition des abeilles, ou encore d'être un perturbateur endocrinien. Il est donc fort probable que les investisseurs gardent une vision négative du mariage Bayer-Monsanto, même si l’entreprise allemande a défendu une nouvelle fois samedi l'innocuité du glyphosate, estimant que d'autres tribunaux pourraient aboutir à des conclusions différentes. Bayer n'a jusqu’ici pas voulu préciser s’il avait commencé à provisionner pour affronter les ennuis judiciaires de Monsanto... 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content