Le glyphosate ne sera pas prolongé de dix ans

©EPA

L’autorisation du glyphosate ne sera pas renouvelée pour dix ans: la Commission a revu sa copie et envisage un renouvellement pour cinq ans seulement. La Belgique votera contre cette proposition, mais le vote a été reporté.

La Commission européenne a revu sa proposition de renouvellement de l’autorisation de l’herbicide glyphosate pour une période "de cinq à sept ans". Après avoir plaidé pour un renouvellement de quinze ans, puis de dix ans, elle ajuste le tir alors que quatre pays au moins avaient indiqué refuser la dernière version de sa proposition, et que certains autres risquaient de s’abstenir, rendant le renouvellement incertain.

→ Lisez notre Edito Le grand méchant glyphosate

Ce mercredi, un comité d’experts des États membres était appelé à voter sur ce renouvellement, alors que l’autorisation de mise sur le marché du produit, constituant clé du Roundup de Monsanto, vient à échéance à la fin de l’année. Mais le vote a été reporté à une date ultérieure. Précédemment, un porte-parole de la Commission européenne a expliqué que l’exécutif entendait donner "de la marge" à son représentant pour "structurer" le soutien le plus large possible au renouvellement de l’autorisation.

Que va faire la Belgique?

La Belgique votera contre la proposition de la Commission européenne et soutient la résolution du Parlement européen. La Belgique votera contre la prolongation de l'autorisation du glyphosate pour 10 ans, voire 7 ans, a annoncé le ministre fédéral de l'Agriculture, Denis Ducarme. Elle souhaite s'inscrire dans le cadre de la résolution du parlement européen et renouveler l'autorisation pour une durée maximale de 5 ans, incluant un "phasing-out" de l'utilisation de ce produit. La France, l'Autriche, l'Italie et le Luxembourg ont aussi déjà publiquement déclaré qu'ils refuseraient une autorisation pour 10 ans.

"Il faut en finir avec le système Monsanto et aider les agriculteurs à passer à des alternatives durables."
Frédérique Ries
Eurodéputée (MR)

Vers une interdiction?

Lundi, une pétition européenne en faveur de l’interdiction du glyphosate avait recueilli 1,3 million de signatures. De leur côté, les députés européens ont demandé mardi dans une résolution votée à une large majorité (355 pour, 204 contre) l’élimination du glyphosate d’ici cinq ans. Le texte exhorte les États membres à "adopter les mesures nécessaires à l’élimination progressive de la substance active glyphosate dans l’Union européenne d’ici au 15 décembre 2022".

"Il faut en finir avec le système Monsanto et aider les agriculteurs à passer à des alternatives durables", a notamment réagi l’eurodéputée belge Frédérique Ries (MR), favorable à la résolution. "Par ce vote, nous envoyons un signal fort aux gouvernements nationaux", a indiqué de son côté Marc Tarabella (PS), estimant cependant la période de cinq ans encore trop longue.

Le glyphosate est sur le marché depuis 1974 et représente aujourd’hui environ un quart du marché mondial des herbicides. La controverse sur son utilisation a émergé en 2015 avec l’évaluation de l’Agence internationale de recherche sur le cancer: selon cette branche de l’OMS, le glyphosate serait "probablement cancérigène pour l’humain". La Commission européenne n’en avait pas tenu compte à l’heure de proposer le renouvellement de l’herbicide: deux agences européennes avaient au contraire estimé que le glyphosate n’était pas cancérigène pour l’homme.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content