Pas d'accord pour le glyphosate. Et maintenant?

©AFP

La proposition de la Commission pour renouveler la licence du glyphosate (Roundup) n'a pas réuni la majorité qualifiée requise. La licence actuelle expire le 15 décembre.

Les représentants des 28 Etats membres de l'UE n'ont pas réussi à s'accorder sur un renouvellement de la licence du glyphosate de Monsanto pour 5 ans. La proposition de la Commission n'a pas réuni la majorité qualifiée requise.

"Pas de majorité qualifiée pour la réautorisation du glyphosate dans un vote aujourd'hui (jeudi)", a indiqué la ministre luxembourgeoise Carole Dieschbourg sur Twitter, un résultat dont s'est aussi fait écho notre ministre de l'Agriculture Denis Ducarme.

La dangerosité du glyphosate est au cœur d'une controverse. Le principe actif du Roundup du groupe américain Monsanto et de ses génériques, est très largement critiqué pour ses effets secondaires néfastes, étant notamment accusé de provoquer des cancers. Le Centre international de recherche sur le cancer (OMS) l'a classée "cancérigène probable" en 2015, contrairement aux agences européennes Efsa et Echa. 

La Commission avait proposé fin octobre une autorisation pour dix années supplémentaires, qui s'est heurtée à l'opposition de plusieurs états membres, dont la France, l'Italie ou la Belgique. Nouvel échec sur base d'un renouvellement pour 5 ans, donc. Ce casse-tête dure depuis plus de deux ans dans l'UE.  La licence actuelle du glyphosate expire le 15 décembre.

Et maintenant?

Lors du vote ce matin, 5 États membres se sont abstenus, 9 ont voté contre et 14 pour la proposition avancée par la Commission. La décision va être reposée devant un "Comité d'appel" composé de représentants d'États membres - on ignore qui le composera, il devra s'agir de personnes d'un niveau de responsabilité supérieur à celui de celles qui étaient autour de la table aujourd'hui...

Le glyphosate en Belgique?

→ La Région wallonne a tranché en mars dernier, en prohibant son utilisation par les particuliers tout en laissant une période transitoire jusqu’en mi-2018 pour les jardiniers professionnels.
→ La Région bruxelloise, elle, a interdit son utilisation aussi bien par les particuliers que par les professionnels.
→ La Flandre, enfin, l’a prohibée pour les particuliers mais continue de l’autoriser aux entrepreneurs de jardin pour autant qu’ils disposent d’une licence ad hoc…

©REUTERS

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content