Sarah Algoet (SingSing!): "Si un investissement en vaut la peine, il faut oser sauter le pas"

Qui? Sarah Algoet. Quoi? Singsing!, coaching vocal pour orateurs et chanteurs. ©Wouter Van Vooren

La coach vocale Sarah Algoet a tiré profit de plusieurs méthodes de financement avantageuses. Elle a aussi puisé dans d’autres initiatives soutenant les indépendants, afin notamment de développer des cours particuliers (en ligne) et d’organiser des ateliers et masterclasses en Belgique et à l’étranger.

Sarah Algoet est coach vocal pour orateurs et chanteurs, de la soprano classique au heavy métal. "C’est au cours de ma formation au conservatoire de La Haye que j’ai pris goût à l’enseignement. Quand on peut travailler sa voix avec quelqu’un, on travaille avec son âme." Sarah Algoet a commencé à donner des cours alors qu’elle était encore aux études. "Quand j’ai frappé à la porte du guichet entreprises en 2007 pour m’installer comme coach indépendante de la voix, j’avais déjà une clientèle. Cela donne confiance, mais cela n’empêche pas qu’on ait besoin d’un capital de départ pour s’acheter un ordinateur ou une voiture. J’ai pu contracter un emprunt auprès du Fonds de participation de l’époque. Il existait pour les moins de 30 ans une formule d’emprunt dont une partie était sans intérêt, tandis que l’autre affichait un taux de 2,5%."

Guide Indépendants 2018

Toutes les mesures qui facilitent l'entrepreneuriat

Le 'Guide Indépendants' est paru le 16/6. Abonné à L'Echo? Cliquez ici pour le lire au format PDF.

L’argent reste un besoin crucial lorsqu’on lance sa propre affaire. "Si un investissement vaut la peine, il faut oser sauter le pas. Même si ce n’est pas évident sur le plan financier. En 2011, j’ai commencé une formation privée de 3 ans à Copenhague. La méthode de formation en CVT Teacher (CVT pour ‘Complete Vocal Technique’, NDLR) était révolutionnaire et elle n’avait pas encore percé en Belgique. Mais la formation coûtait un pont: 6.000 euros par an, sans les billets d’avion et les frais de séjour. Au départ, je n’avais aucune idée de la manière de financer tout cela, un emprunt bancaire n’étant même pas imaginable. J’ai trouvé mon bonheur dans le prêt gagnant-gagnant. Il s’agit de prêts obtenus auprès d’amis ou de la famille et stimulés fiscalement par le gouvernement flamand."

"Sans cette formation, je n’aurais pas pu rester au top. Elle m’a en outre apporté des missions à l’étranger. C’est ainsi que j’ai commencé à donner des cours individuels en ligne, via Skype. Les Français sont très ouverts à cette formule, en Flandre, on est plus timide. Depuis deux ans, je vis la moitié de mon temps en Espagne: j’y ai suivi l’amour… Au début, je me disais que je pourrais passer la moitié de mon temps à donner des cours. Mais les affaires vont mieux que jamais. Du coup, j’ai intensifié le système de coaching privé en ligne via Skype. Sur une même journée, je travaille avec des Français, des Américains, des Slovènes, etc. Donner des cours en Espagne, je ne l’ai pas envisagé: la situation économique du pays ne permet pas de demander des prix semblables à ceux pratiqués en Belgique. Et comme mon affaire est établie en Belgique, c’est ici que je dois payer mes impôts et mes charges. Fixer mes prix a été un combat. Surtout quand je devais les revoir à la hausse. J’ai pris conscience entre-temps qu’on doit oser demander le prix qu’on vaut."

"En donnant des cours via Skype, j’ai découvert le potentiel du commerce en ligne. Leur lancement a coûté beaucoup d’argent, mais je vois ces cours comme mon assurance-maladie."

"En donnant des cours via Skype, j’ai découvert le potentiel du commerce en ligne et j’ai commencé à développer des cours en ligne en néerlandais, en français et en anglais. Leur lancement a coûté beaucoup d’argent, mais je vois ces cours comme mon assurance-maladie. Car je peux les poursuivre si je tombe malade."

"Les initiatives pour soutenir les indépendants, je trouve cela très important. Ainsi, j’ai beaucoup appris de Flanders DC, qui soutient les entrepreneurs flamands dans le secteur créatif. J’ai ainsi pu tester pendant un concours les projets pour mon cours en ligne. Sous peu, je recevrai aussi d’eux un accompagnement pour la recherche de fonds. Je n’ai pas encore décidé si je ferai appel à des investisseurs ou au crowdfunding. Ce dernière formule m’a déjà permis de participer à une procédure d’audition internationale à un moment où mes finances n’étaient pas au beau fixe et grâce à laquelle je suis aujourd’hui membre de la banque de talents du Cirque du Soleil."

Contenu sponsorisé

Partner content