"J'ai l'intime conviction que les ventes de Nethys ont été opérées au bon prix" (Muriel Targnion)

©BELGA

Muriel Targnion, présidente du conseil d'administration d'Enodia, la maison-mère de Nethys, insiste: Nethys a respecté la ligne de conduite qui lui avait été imposée en vendant les activités non liées aux intercommunales.

La saga Nethys n'en finit pas de rebondir. Fin septembre, le Conseil d'administration d'Enodia mandatait un cabinet d'avocats et un réviseur d'entreprises, tous deux indépendants, pour analyser les conditions de la vente des actifs effectuée par Nethys (VOO, Elicio, Win). Ils avaient notamment conclu qu'il n'y avait pas conflit d'intérêts. Aujourd'hui, l'impartialité du réviseur BDO est remise en cause par le ministre wallon des Pouvoirs publics, Pierre-Yves Dermagne.

Interrogée sur les ondes de Bel RTL, Muriel Targnion, présidente du Conseil d'administration d'Enodia, ne peut expliquer ces deux visions: celle du rapport reçu par Enodia et celle du gouvernement.

Ils n'ont pas été licenciés pour faute grave, car actuellement aucune faute grave n'a pu être relevée. Le conseil de Nethys a plutôt salué leur travail, car en 15 ans, la valeur de l'entreprise et l'emploi ont été multipliés par trois.
Muriel Targnion
présidente du conseil d'administration d'enodia

"Enodia avait demandé ce rapport à des acteurs indépendants avant que le gouvernement ne se prononce sur ces ventes. Ils ont confirmé qu'il n'y avait pas eu de conflit d'intérêts et que ces actifs avaient été vendus à leur bonne valeur. J'en ai moi-même l'intime conviction, mais ce n'était pas le cas alors de tous les membres du conseil d'Enodia", explique Muriel Targnion.

Pourquoi, le ministre remet-il donc en cause ce rapport? "En tant que présidente d'Enodia , je n'ai pas accès au rapport du gouvernement." 

Elle ajoute, par ailleurs, que si le gouvernement a annulé les actes administratifs de ces ventes, il n'a nullement annulé les ventes. "Seule la justice peut annuler ces ventes, mais si elle le fait on aura un chaos judiciaire."

Interview de Muriel Targnion sur Bel RTL


Moreau & Co licenciés 

Muriel Targnion confirme également qu'à sa demande, le conseil démissionnaire de Nethys a fait signer, lundi, aux cinq membres du comité de direction, dont Stéphane Moreau, la fin de leur contrat. L'opération ne sera toutefois finalisée que ce vendredi.

"Ils n'ont pas été licenciés pour faute grave, car actuellement aucune faute grave n'a pu être relevée. Le conseil de Nethys a plutôt salué leur travail, car en 15 ans, la valeur de l'entreprise et l'emploi ont été multipliés par trois."    

Comme le prévoit le décret fixant les salaires, le management de Nethys sera gratifié d'une prime de sortie équivalente à deux années de salaires, soit quelque 500.000 euros.  

Il y aura-t-il une AG ce vendredi?

Une assemblée générale de Nethys devra, par ailleurs, désigner un nouveau conseil d'administration. Elle est annoncée pour ce vendredi. Les noms de Jean-Pierre Hansen, Laurent Levaux et Bernard Thiry sont cités.

"Le conseil de Finanpart (qui réunit les mêmes membres que celui d'Enodia) a demandé la tenue d'une assemblée générale de Nethys ce vendredi. Or la loi dit qu'il faut 15 jours pour convoquer une AG, mais le monde politique nous presse d'aller plus vite. Il faut donc que les actionnaires valident sa tenue, à savoir Finanpart et WBCC (une  société présidée par Stéphane Moreau et qui gère le call-center de Nethys, NDLR). À ce jour je ne sais pas ce qu'a décidé WBCC."   


Lire également

Publicité
Publicité